Les thematas de G. Holton

69637291

Pourquoi un chercheur soutient-il un ensemble de postulats fondamentaux plutôt qu’un autre ? Qu’est-ce qui le fait adhérer à une théorie plutôt qu’une autre ? Une représentation du réel plus qu’une autre ? Ces questions intéressent mon sujet de recherche parce qu’elles  illustrent les différences que l’on pourrait trouver entre un physicien indien et un physicien français au sujet de la représentation du réel.

Pour Einstein  « il n’existe aucune voie logique menant des expériences sensibles aux axiomes » [1]. La connexion, loin d’être nécessaire, serait « intuitive » et contrainte par des « thematas », terme que l’épistémologue G.Holton choisit pour désigner les croyances ontologiques fondatrices, globalisantes et indémontrables. Le plus souvent implicites, ces thematas se présentent sous la forme de couples d’opposition du type ordre versus désordre, continuité versus discontinuité. Dans son livre, « L’imagination scientifique » [2], Holton propose ainsi une liste non exhaustive de thematas : atomisme/continu, simplicité/complexité, analyse/synthèse, invariance/évolution, liberté/destin. Les chercheurs auraient des préférences, des penchants pour la continuité au détriment de la discontinuité, ou l’inverse; pour l’ordre au détriment du désordre, ou l’inverse. Quelles sont les motivations sous-jacentes à de telles préférences ? Alors qu’ils ont accès à un matériel empirique identique, pourquoi les savants s’orientent-ils vers des thematas différents ?

Holton donne l’exemple d’un article du physicien prix Nobel, Weinberg publié dans une revue relativement populaire, plutôt que dans une publication scientifique destinée aux archives, car, « pour une raison x, c’est quand il s’adressent à un public de profanes que les scientifiques sont plus à susceptibles de mettre à découvert leurs présupposés thématiques, normalement implicites par ailleurs. « Le nombre et la diversité des particules élémentaires sont confondants, écrit Weinberg, mais il y a moyen de rester lucide et d’acquérir quelque intelligence des choses en en maîtrisant la diversité confondante« . La mise en ordre du chaos, au moyen de forces reliées entre elles par une hiérarchie, ou un niveaux de catégories, en nombre assez faible pour rester maniable, quatre tout juste, vient à la rescousse en tant que themata méthodologique, explique Holton. « Cette division en quatre catégories – la gravitation, l’interaction électromagnétique, les interactions fortes et les interactions faibles – ne revient pas simplement à répartir, dans des cases distinctes, des espèces tout à fait différentes. Il y a une authentique hiérarchie. » (p37) Nous découvrons dans cet article de Weinberg, comme l’explique Holton  plusieurs engagement thématique, dont celui d’une construction de la vision unitaire de la nature  « recherchée, à partir de particules élémentaires et de leur interaction réciproque. L’objectif des thematas est bien de rendre le monde intelligible (comme le désire Weinberg), quand la logique seule ne le permet pas. Il y a dans cette théorie une résonance avec un schème plus ancien à 4 catégories, un schème si superbement réussi qu’il servit à rendre raison des phénomènes observables pendant quelque 2000 ans : les quatre Éléments, avec leur hiérarchie interne du plus lourd au plus léger, et leurs règles d’interaction ». [On pourra voir à ce sujet mon billet sur ce carnet de recherche intitulé « analogisme versus naturalisme »]. Essayer de réduire ces 4 forces à une seule nécessite de recourir à des analogies de comportement, etc. « Notre espoir de déceler une identité sous-jacente des interactions faibles et électromagnétiques nous amène naturellement à supputer l’existence de quelque symétrie de jauge, qui intégrerait le photon et le boson, vecteurs intermédiaires, au sein d’une même famille. » écrit Weinberg. Une sorte de connexion familiale qui existe en dépit des apparences.

Il y a là un écho du tout est atome et vide, de Démocrite. Mais tous les physiciens contemporains n’ont pas souscrit à une telle idée. Pas plus que les biologistes, les psychologues… explique Holton (p 40). La plupart des physiciens contemporains se rattachent thématiquement à Démocrite, mais Einstein, Schrödinger, et d’autres pour qui l’instrument fondamental était le continu, opposaient un désaccord farouche : « si la discontinuité devait être adoptée comme caractère fondamental des processus atomiques, affirma l’un deux, il préférait arrêter de faire de la physique ». Souvent les thematas conduisent, selon l’adhésion des savants, à la formation d’écoles ou de corps de doctrines (p34). Einstein ou Schrödinger s’accommodaient très mal de la mécanique quantique comme description réaliste de la nature.  Pour Heisenberg, il faut chercher la matière dans les principes formels mathématiques : Heisenberg réagissait en disant :« Par quoi faut-il donc remplacer ce concept d’une particule fondamentale ? Par le concept d’une symétrie fondamentale. » Comme les structures formelles du Timée de Platon.

Une bonne part, voire l’essentiel de l’imagination thématique du savant serait formée dans la période précédant son entrée dans la carrière. Certains sont manifestés dès l’enfance et d’autant plus défendus farouchement. Parfois les thematas d’un même chercheur changent. Holton cite l’exemple de Millikan, défenseur de l’atome d’électricité (électron) mais pas de la lumière (photon). Autre exemple : Poincaré conservateur d’une certaine manière parce qu’il défendait l’idée de l’ether, ne m’était pas en adhérant à la mécanique quantique.

 

atomisme simplicité analyse invariance Hasard Ordre, hiérarchie isotropie,
continu complexité synthèse évolution déterminisme  désordre homogénéité, (particules de même espèce identiques où qu’elles soient)

 

représentation géométrique nombres premiers comme instruments d’interprétation infinité l’utilité des modèles  symétrie conservation (de l’énergie, de la quantité de mouvement) Structures mathématiques fondements de la matière
     finitude        

Tableau 1: quelques exemples de couples de themata. On pourrait citer aussi  : l’efficacité d’une représentation géométrique (ex graphes de Feynman), efficacité des nombres premiers comme instruments d’interprétation (ce que la mécanique quantique contemporaine doit au précepte de Pythagore), l’infinité et la finitude (de masse), l’utilité des modèles (cf esprit ample des Anglais, voir mon billet sur les styles de pensés scientifiques),matière à rechercher dans les fondements des structures mathématiques (particule fondamentale = symétrie fondamentale), etc.

Bien que ne répondant à aucune nécessité logique, ces penchants ne sont ni arbitraires ni aléatoires.

Pour Matthieu Quidu [2], « nombreux sont les travaux visant à identifier les conditions d’émergence d’un réservoir partagé de thematas (simplicité, symétrie, unité). Des origines biologiques (Sperber, 1996), psychiques (Bachelard, 1938), sociales (Durkheim & Mauss, 1969) voire théologiques (Funkenstein, 1995) ont ainsi été révélées ». Documentant de telles croyances en ce qu’elles ont de commun voire d’universel, ces recherches ont négligé le fait que tous les scientifiques n’adhèrent ni à tous ni aux mêmes thematas, explique Matthieu Quidu, qui a analysé un corpus de récits autobiographiques (entretiens et mémoires) produits par des chercheurs issus de disciplines variées (Quidu, 2009). « L’adoption d’une posture clinique envisageant le sujet comme une totalité singulière et évolutive (Bénony & Chahraoui, 1999) couplée à la spécificité du genre narratif, espace de mise en relation d’une sélection d’évènements et d’anticipations relevant du projet existentiel de chacun (Ricoeur , 1990), a permis de révéler le lien intime unissant un savant à ses thematas ».

Certains thematas semblent « s’imposer » au chercheur, de façon spontanée et évidente, parce qu’ils entrent en résonance avec des expériences vécues mémorables et résonnent avec des problématiques personnelles. « Par l’entremise de son choix thématique, le savant s’engage à tenir sa parole, à demeurer fidèle à lui-même, à préserver son intégrité morale ». Si le chercheur a de « bonnes raisons » (Boudon, 2003) de privilégier certains thematas, celles-ci sont moins d’ordre épistémique qu’axiologique. Un tel processus décisionnel rend compréhensible « l’adhésion farouche des savants à leurs thematas », voire « l’obstination sauvage » mise à les défendre (Holton, op. cit.). Ils représentent des choix absolus, inconditionnels, aussi intimes qu’impliquant, sortes d’évidences existentielles face auxquelles les arguments rationnels ont peu d’effets. Une proximité se dégage ici avec la volonté de Schopenhauer (2009). Celle-ci décrit une intuition immédiate, globale, mobilisatrice et originaire qui précède et instrumentalise l’intellect. Dès que ce vouloir primordial entre en jeu, la personne toute entière se trouve intéressée.[…] Les choix thématiques seraient les échos d’un engagement éthique, émotionnel et signifiant s’imposant comme évident. [..] Pour ne citer que quelques hypothèses, une option thématique pourrait résulter de préférences perceptives singulières (Berthoz, 1997), de la projection d’une image inconsciente du corps spécifique (Anzieu, 1981) ou d’une position particulière dans le champ académique (Soulié, 1995).

 

[1] cité par Holton, ci-dessous.

[2] Holton, Gerald James, Jean-François Roberts, Monique Abeillera, and Emmanuel Allisy. L’Imagination Scientifique, Gallimard, (Bibliothèque Des Sciences Humaines), 1981.

[2] Quidu, Matthieu. (1994). PROGRAMME DE RECHERCHE ET PLURALITE DES GENRES DE DECISION ou (2009) Les thêmata dans la recherche en STAPS. STAPS, 84, 7-25.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *