Science bien ordonnée et cultures épistémiques en Inde

large_jonardonganeri

L’historien des sciences sinologue Jospeh Needham se demandait : « pourquoi des cultures telles que l’Inde ou la Chine n’ont pas développé une forme de science moderne comme ce fut le cas en Europe ? ». Jonardon Ganeri, professeur de philosophie au Royaume-Uni, en Korée et en Inde propose de répondre à cette question dans son article dans son article récemment publié : « Well-Ordered Science and Indian Epistemic Cultures: Toward a Polycentered History of Science ». Isis104(2), 348–359. A l’aide de l’exploration de deux périodes historiques en Inde : le pluralisme synthétique (syâdvâda) avancé par les penseurs jainas dans la seconde moitié du premier millénaire, et la délibération équilibrée (vâdayutti) bouddhiste de la période d’Ashoka.

Auparavant, il définit ce qu’est la science ou ce que sont les sciences :

  • selon l’approche de K.K.Cetina : les sciences comme cultures épistémiques, ces amalgames d’arrangements et de mécanismes qui, dans un domaine donné, rendent compte de comment nous savons ce que nous savons.
  • selon l’approche de P. Kitcher : la science comme système de savoir public. Ce que la pratique scientifique devrait viser est une reconnaissance du public jugée digne d’intérêt par une conversation idéale parmi toute la population dans des conditions d’engagement mutuel, la pratique est alors, dans son expression, «bien ordonnée».

La science est ainsi, dans sa définition élargie, une culture épistémique bien ordonnée facilitant la production de la connaissance publique. Comprendre la science de cette façon permet de demander, à l’inverse de la démarche de Needham, si les cultures épistémiques de l’Inde ou de la Chine peuvent être considérées comme de véritables modes d’investigation scientifique. Une approche prometteuse, avec laquelle l’auteur a beaucoup de sympathie, est celle de Kapil Ra (Kapil Raj, “Beyond Postcolonialism . . . and Postpositivism: Circulation and the Global History of Science,”)j. Raj recommande une démarche au-delà de l’utilisation de concepts tels que la diffusion, la transmission et la communication; à la place, il utilise l’idée de circulation afin de recentrer l’attention sur «les processus de rencontre, la puissance et la résistance, la négociation et la reconfiguration qui se produisent dans les interactions interculturelles.

« Donc, en réponse à J.Needham, ce n’est pas la «science moderne» qui a échoué à se développer en Inde ou en Chine, mais plutôt la science mal ordonnée, la science non contrainte par la valeur sociale et le consentement démocratique. Ce que je fais valoir, c’est que ce n’est pas un déficit dans les histoires de ces pays, mais une vertu. »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *