La doctrine des atomes chez Kanada et Prashastapada.

 PanoramaOrdreEtDésordre1det

L’intérêt de l’atomisme comme mode de pensée est qu’il questionne le passage de la discontinuité à la continuité, question qui jalonne l’histoire et la philosophie des sciences. La discontinuité est profondément corrélée avec les visions sur le temps, l’espace et le mouvement. Encore aujourd’hui, ces notions restent encore pleines d’interrogations et un détour par l’histoire de la pensée est l’occasion d’un plus ample réflexion. Concernant mon sujet de recherche, il s’agit de comprendre comment ces questions sur le continu restent encore en image de fond des physiciens d’aujourd’hui, qu’ils soient indiens ou français.

Je traite dans ce billet d’un article de Viktoria LYSSENKO, publié dans le Journal Asiatique. Vol. 248, N 1, Paris, 1996, p. 137-158. Dont le litre est celui donné à ce billet.

Contexte de publication

Le Journal Asiatique est une publication semestrielle française fondée en 1822 par la Société asiatique dans le but de présenter le résultat de recherches en études orientales, en langue française et européennes. Il est géré par la Société Asiatique avec le concours du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Plus ancien journal orientaliste édité en France, le Journal Asiatique publie des articles  érudits présentant des recherches actuelles et anciennes. Initialement dévolu à l’histoire et la philologie, il couvre aujourd’hui tout un échantillon de sciences sociales. Fondée également en 1822, avec les débuts enthousiasmants de l’orientalisme scientifique, la Société Asiatique, compta parmi ses premiers membres Jean-François Champollion ou Eugène Burnouf. Elle a pour objet de rassembler, de promouvoir et de diffuser les travaux de la communauté scientifique francophone par le biais de conférences mensuelles et de son journal. Son aire d’étude va du Maghreb à l’Extrême-Orient, son approche est interdisciplinaire, et elle entretient des liens étroits avec diverses institutions comme le Collège de France.

Sur la base de donnée Web of Science et Web of knowledge, l’article n’est pas référencé. D’autres articles de l’auteur y sont référencés et leur statistiques de citations (« cited reference ») sont très faibles (2 références maximum), ce qui montre que le sujet est relativement peu étudié.

Il faut dire que le Vaiśeṣika a fait l’objet de peu d’études récentes en anglais[1] et encore moins en français, malgré sa spécificité rare et captivante d’être un texte ancien à dimension scientifique (ou en tous cas réaliste). Assez étrangement, le Vaiśeṣika suscite moins l’intérêt des chercheurs indianistes que le Nyaya. Une raison majeure de cet oubli, d’après Marc Ballanfat, « semble être le fait que le Nyaya englobe, à partir du XIIIème siècle, les adeptes des deux écoles, et finit par les représenter à lui seul. »[2]

C’est probablement ce qui explique le peu de référence à cet article dans les bases de données, ainsi que, globalement, la faible littérature scientifique sur l’atomisme du Vaiśeṣika.

L’auteur : Viktoria LYSSENKO

Viktoria Lyssenko est directrice d’études au Centre des philosophies orientales à l’Institut de philosophie de l’Académie des sciences de Russie. Fondée à Saint-Pétersbourg par Pierre Le Grand en1724, l’Accadémie des sciences de Russie engendra en 1921 l’Institut de Philosophie des Sciences, qui devint plus tard l’Institut de Philosophie. Ce dernier est maintenant une unité de recherché regroupant différentes branches : l’une d’elle se consacre à l’étude de l’histoire de la philosophie, et c’est en son sein que ce situe le laboratoire de philosophie orientale où travaille Viktoria Lyssenko.  Née en 1953, celle-ci obtint sa thèse en 1982 au sein de l’Institut de Philosophie sur « l’atomisme du Vaiśeṣika», et sa “D.Litt” en 1998 sur « la continuité et la discontinuité dans la pensée indienne : Vaiśeṣika et Philosophie grammaticale ». Parmi ses publications, on compte cinq livres sur  le Nyaya- Vaiśeṣika, le Bouddhisme ou la tradition linguisto-philosophique indienne, ainsi qu’environ 200 articles sur ces mêmes sujets, écrits aussi bien en russe, qu’en anglais et en français. Victoria Lyssenko est aussi professeur à la Russian State University for Humanities à Moscou.

 

Contexte du sujet (petit exposé pour les non-initiés !)

Le Vaiśeṣika est l’un des six systèmes philosophico-religieux (dars’ana) de l’Inde ancienne. Il a la spécificité de se donner pour objet d’établir une classification des entités du réel fondée sur une théorie atomique. La difficulté de son étude (comme la plupart des doctrines indiennes) tient en la nature des sources originelles, destinées à une transmission orale sous une forme la plus synthétique possible pour en faciliter l’apprentissage, et qui présente de ce fait des « énigmes sans fin» [3], selon le mot d’Arthur Berriadale. Les sutras du Vaiśeṣika, comme la plupart des sutras destinés à une transmission orale, sont extrêmement laconiques et requièrent un commentaire pour être compris, d’où les nombreux commentaires anciens qui existent à son sujet ! Le commentaire le plus ancien qui nous soit parvenu est celui de Prashastapada (530 de notre ère)[4]. Différentes écoles, en particulier la logique (Nyàya) et l’exégèse (Mïmàmsâ), reprendront à leur compte la classification du Vaiśeṣika en se livrant à une réflexion critique sur la catégoriologie.

Le Nyaya-Vaiśeṣika va bien au-delà d’une simple présentation d’un atomisme, il évoque les propriétés de la matière et propose toute une métaphysique, associée à une logique. Concernant l’atomisme, il présente en effet l’atome (anu en sanskrit), comme un élément invisible et intangible, qui est appelé paramanu lorsqu’il prend une forme tangible, la plus petite dimension possible d’une particule élémentaire. En s’agrégeant, les atomes produisent les molécules et l’univers visible. Différents types d’atomes correspondent aux différents éléments et possèdent certaines propriétés caractéristiques (gunas) telles que valeur numérique, quantité, individualité, masse, gravité,  fluidité (ou son opposé), viscosité (ou son opposé), vélocité (ou quantité de force de mouvement, Vega, l’impulsion),…

Assimilés à des formes sphériques, les atomes sont animés d’un mouvement vibratoire ou rotation caractéristique. Ils ont une tendance innée à s’unir pour former des molécules homogènes tant qu’ils ne sont pas soumis à l’influence des corpuscules de chaleur. Ils ont alors tendance à former des agrégats plus vastes de substances hétérogènes provenant de divers éléments.

 

Synthèse de l’article

 

Rappel des termes :

PB est le sigle utilisé pour le Prashastapada Byasa, le commentaires de Prashastapada sur les sutras du Vaiśeṣika compilés par Kanada.

Les Nyaya Sutras (NS), élaborés par Gautama, sont associés au Vaiśeṣika, comme leur corolaire logique.

L’auteur expose dans le résumé-introduction (abstract) les problèmes que l’article aborde dans le contexte de l’atomisme du Vaiśeṣika et de la pensée indienne plus largement, à savoir :

  1. l’indivisibilité de l’atome,
  2. la mesure de l’atome
  3. la composition des objets perceptibles à partir d’atomes imperceptibles

 

Elle expose également les deux approches possibles pour aborder ces problèmes:

  1. physique (l’atome envisagé comme un constituant matériel)
  2. métaphysique (l’atome éternel « nitya »)

 

Elle introduit aussi déjà une ouverture, c’est-à-dire une autre piste de réflexion : le lien entre la structure du langage et l’atomisme.

 

L’auteur explore immédiatement après son abstract les références aux atomes chez Kanada et Prashastapada. Elle fait remarquer qu’ils sont relativement peu évoqués, comme si leur existence était une évidence.

Puis, p140 apparaît la première question, c’est-à-dire le premier problème évoqué dans l’abstract.

 

1ère question : les atomes sont-ils indivisibles ?

L’auteur  analyse les termes de langage utilisés pour décrire les atomes dans la langue sanskrite et remarque que les terminologies incitent à concevoir les atomes comme ténus, subtils, telle une « graine ». Ils apparaissent comme la mesure de longueur ou de l’unité de temps, mais rien dans les textes ne prête à les penser comme indivisibles.

« Il est très important de noter que ni Kanada, ni Prashastapada ne posent la question de l’indivisibilité des atomes. Cela peut impliquer deux choses : soit ils l’ignorent, soit ils regardent l’indivisibilité comme découlant naturellement des autres caractéristiques des atomes, et notamment leur éternité (nityatva). » L’auteur penche en faveur de la dernière supposition. : en effet, explique-t-elle, « dans la pensée indienne en général, l’éternité est synonyme de la causa prima, la cause dépourvue d’antécédents – ce qui implique la substance caractérisée par l’ensemble de parties composantes ainsi que par l’indivisibilité ».

A la page142, elle fait un détour par le Nyaya (« NS de Gautama »), détour justifié par l’association du Nyaya et du Vaiśeṣika dans la tradition. L’indivisibilité de l’atome y est considérée comme le seul moyen qui permette d’éviter anavastha, la régression à l’infini (NS IV.2.25). La division a sa limite, et c’est l’atome (NS IV 2 16).

1ère Ccl : l’atome semble jugé indivisible dans le VS

 

Nous abordons ensuite la

2ème Question : que nous apprend la mesure de l’atome sur l’atome lui-même ?

P143 L’auteur précise que dans le Vaiśeṣika, l’atome possède des qualités (gunas), la plus révélatrice d’entre elles concernant le rôle de l’atome lui semble être la mesure (parimana).

Prasastabata divise en effet parimana en 4 espèces, les deux premières étant anu (petit) et mahat (grand) qui peuvent être de type éternel (nitya) ou non. Il y a donc deux types de mesures qui nous intéressent au sujet de l’atome :

– Parimana mahat nitya : la mesure des grandeurs infinies, qui sont en fait les substances omniprésentes (vibhu) : ces substances sont l’espace (akasha et dik), le temps (kala) et l’esprit (atman).

– Parimana anu nitya : la mesure de l’infime éternel au sein de laquelle se trouve «  la mesure des atomes » portant le nom technique de parimandala.

Or, écrit l’auteur, «  avec le parimandala jouant le rôle de limite inférieure de mesure nous ne devrons pas nous interroger sur la mesure du parimandala même. La question est ici la même que celle portant sur la cause de la cause première – question interdite, parce que, sans aucun doute, elle déboucherait sur une régression à l’infini ou anavastha » P145.

2ème Conclusion : la notion de parimandala, la mesure d’un atome, confirme l’indivisibilité des atomes.

 

Une autre conclusion subalterne vient se rajouter à cette deuxième conclusion : « La conception de la mesure (parimana) est entrelacée très étroitement avec celle du nombre (samkhya) PB 131 13 ». P146. On apprend en effet que chacun des types de mesure correspond à un nombre : la parimandala à 1, anyitiya anu à 2, mahat anitya aux nombres à partir de 3. Donc, la mesure souligne la relation de l’atome avec les nombres.

dyade

Vient la

3ème Question : comment se forme la matière grossière ?

D’après l’auteur, le NV, à l’inverse de la conception bouddhiste, considère le tout (avayavin) comme différent de la somme des parties (avayava).

Pour le NyayaKandali (p147), la différence entre la dyade (deux atomes connectés) et l’atome singulier n’est pas la différence entre deux mesures, mais entre deux nombres, 1 et 2.  2 n’est ainsi pas la somme de 1 +1 mais constitue « un tout indépendant ». Pour le VS, les nombres sont les attributs des substances dans lesquelles ils résident. L’auteur se demande p148 pourquoi Prashastatapa et les commentateurs du VS insistent-ils tellement sur le fait que la formation des choses perceptibles doit suivre un certain ordre numérique ? Des atomes singuliers aux dyades, des dyades aux triades ? Et pourquoi les triades sont-elles formées de trois dyades plutôt que trois atomes singuliers ? Des éléments de réponses sont développés : les dyades constituent les causes capables d’initier un effet mais sont imperceptibles. La triade rend les choses perceptibles. « Les atomes physiques ne sont que les triades » p 153. « A partir des triades, toutes les combinaisons d’atomes se composent et décomposent d’une manière mécanique avec l’abhighata et le nodana (choc élastique et non élastique) en tant que cause de leurs mouvements. » p153. L’auteur suggère au passage que les mouvements premiers des atomes causés par Ishvara (et les nombres).

3èmeconclusion. La conclusion de ce troisième problème peut se résumer par ce schéma. La matière grossière se forme selon ces étapes :

L’auteur observe à ce moment là deux ruptures, c’est à dire deux discontinuités :

–          passage de l’atome à la dyade : une qualité des dyades (la cause) qui n’existe pas dans l’atome

–          passage à la perceptibilité dans la triade qui n’existe pas dans la dyade.

Il s’agit pour l’auteur d’un paradoxe car, chez Kanada, « les qualités de l’effet sont vues comme précédées par les qualités des causes ». VS.II.I.214.

 

La page 150 introduit la Question 4 : les atomes sont-ils imperceptibles ?

L’auteur fait de nouveau remarquer l’opposition entre les points de vue bouddhistes et le NS : pour les Bouddhistes, la non-perception des atomes serait liée à une insuffisance des sens. Pour le NS, cela va au-delà : l’imperceptibilité de l’atome s’explique métaphysiquement : les atomes sont des substances éternelles et des causes premières, c’est ce qui les rend imperceptibles (dépassant les sens ordinaires) sauf par la vision mystique du yogi (arshalakshana).

Conclusion 4 : l’imperceptibilité des atomes tient a leur caractère originel et éternel.

 

On aboutit donc à la Question 5 : comment savoir que les atomes existent, s’ils sont imperceptibles ?

Il existe plusieurs types de preuves :

– une preuve logique et physique (pratyaksa : la pratique ordinaire) : la décomposition des choses grossières existe dans la vie ordinaire, et si elle existe c’est qu’elle a une cause originelle. La décomposition implique l’atome. C’est la position mise en avant par Kanada et Prashastapada.

– Une preuve ontologique : pour arrêter la régression à l’infini, le processus de décomposition doit avoir une limite. C’est la position du NS.

Plusieurs polémiques sont liées à ce sujet : pour les bouddhistes et les védantistes par exemple, « l’atome doit avoir des parties parce qu’il est pénétré dehors et dedans par l’akasha ».  NS 4/2/18. En réponse le NS souligne que l’omniprésence de l’akasha consiste à être en conjonction, donc sans impliquer de dehors ou de dedans pour l’atome.

A la p153, l’auteur explique les différentes positions des chercheurs au fil des générations et encore actuellement, certains défendant une preuve ontologique, d’autres une preuve physique, ce qui reflète d’après elle les tendances physiques et métaphysiques du VS.

Victoria Lyssenko souligne cependant que l’explication physique n’a pas été suffisamment élaborée. Elle rappelle que l’incompatibilité du caractère à la fois physique et indivisible de l’atome a mis en difficulté aussi les doctrines atomiques grecques, arabes et indiennes. Si l’atome n’est pas physique, comment expliquer la transformation de ce point inétendu en objet grossier? Ce que reflète cette dualité entre les preuves physiques et ontologiques, c’est que « L’atome est condamné à osciller entre la nécessité d’être un corps et l’impossibilité d’en être un » p154

Conclusion 5 : L’auteur ne répond pas directement à la question, mais suggère implicitement que l’atome existe davantage ontologiquement que physiquement, puisque la preuve physique n’a pas été suffisamment élaborée.

 

Dans les pages suivantes, l’auteur de ne pose pas de problèmes clairement, mais propose des conclusions à l’ensemble des points abordés. Elle soumet la thèse que la fonction principale de l’atome dans le VS est d’être un présupposé pour l’interprétation ontologique des objets, p 155. Parfois corpuscules physiques, parfois essences métaphysiques, selon les polémiques. (spécialement celle des bouddhistes et du NS) . Ainsi la conclusion globale de l’article serait-que le « Mode atomistique de pensée » est plus important que l’atome même.  Ce mode de pensée introduit la décomposition et à la fois l’unicité des éléments.

Le VS a voulu attester la continuité entre la cause et l’effet en termes de substances. Or, la continuité suggère une certaine unicité des phénomènes. La discontinuité au contraire suggère une individualité, une séparation. En fait, l’atomisme reflète clairement la question de la continuité et de la discontinuité, unicité ou séparation ?

A la page 156, on apprend que le continu et le discontinu sont aussi relatifs au temps, à l’espace et au mouvement : leur discontinuité est représentée par les atomes de temps, d’espace et pour le mouvement par la conjonction et disjonction avec les atomes d’espace ;  et leur continuité par leur omniprésence vibhu. La continuité du mouvement « est réalisée avec l’aide de l’inertie (samskara) ». L’auteur semble donc vouloir indiquer que le choix de l’atomisme est profondément corrélé avec les visions sur le temps, l’espace et le mouvement.

 

En guise d’ouverture et de conclusion, Victoria Lyssenko propose de faire le lien entre l’atomisme et la langue et la grammaire et les Védas. L’utilisation des termes anu et paramanu s’y déploie comme une unité imperceptible sur lesquelles reposent les mesures métriques. On peut en effet se demander « Quelles considérations ont ramené les anciens phonéticiens et les grammairiens védiques à la nécessité d’introduire les paramanu en tant qu’intervalles imperceptibles entre deux phénomènes ? »

 

 

L’article décrit en conclusion l’atome du Vaiśeṣika comme

– eternel

– indivisible

– possédant des qualités (gunas)

– imperceptible aux sens ordinaires

– ayant une mesure : parimandala.

– à la fois substance matérielle et immatérielle

– possède une portée physique et métaphysique

 

 

Critiques

L’article aborde l’atomisme en se posant de bonnes questions, les trois qui sont proposées dans l’abstract :

–          l’indivisibilité de l’atome,

–          la mesure de l’atome

–          la composition des objets perceptibles à partir d’atomes imperceptibles

 

Si l’on reprend très schématiquement le contenu de l’article, on peut le décomposer en 6 questions ou sujets.

  1. Les atomes sont-ils indivisibles ? oui.
  2. Que nous apprend la mesure de l’atome sur l’atome lui-même ?: la notion de parimandala, la mesure d’un atome, confirme l’indivisibilité des atomes.  Et la mesure souligne la relation de l’atome avec les nombres.
  3. Comment se forme la matière grossière ?
  4. Les atomes sont-ils imperceptibles ? l’imperceptibilité des atomes tient a leur caractère originel et éternel.
  5. Comment savoir que les atomes existent, s’ils sont imperceptibles ? l’atome existe davantage ontologiquement que physiquement. Le « Mode atomistique de pensée » est plus important que l’atome même.  Ce mode de pensée est corrélé à la question du continu et du discontinu et avec les visions sur le temps, l’espace et le mouvement.es éléments.
  6. Il faudrait faire le lien entre l’atomisme et la grammaire des Védas

 

L’auteur répond donc bien aux questions qu’elle pose en introduction et va même au-delà puisqu’elle propose le lien avec le passage du continu au discontinu ainsi qu’avec celui du langage (qu’elle ne traite pas ici, mais dont on sait qu’il s’agit d’un de ses sujets de recherches par ailleurs –voir biblio).

 

On reste cependant légèrement sur notre faim par rapport au but fixé. On ne saisit pas très bien la portée de cet atomisme dans sa dimension réaliste, le VS étant connu pour être un texte réaliste. Les atomes existent-ils réellement ? La réponse de l’auteur est que cette question n’a pas été suffisamment traitée. Par qui ? Kanada, Prashastapada, les autres commentateurs ? Et pourquoi ?

On peut aussi critiquer le fait de parler d’atomisme sans discuter la portée même de ce mot dans notre langage occidental. Car notre conception actuelle de l’atomisme n’est évidemment pas la même que celle des fondateurs du Vaiśeṣika. Le mot est devenu chargé de sens et d’images. Et c’est peut-être faire figure d’anachronisme que de l’utiliser dans un tel contexte. Une discussion sur ce sujet aurait gagné à figurer dans l’article.

Une autre remarque sur l’article concerne justement la mise en contexte. L’auteur cherche très bien à nous remettre dans la pensée de l’époque. Mais, elle pourrait le faire davantage en parlant du contexte de connaissance, des dates, des autres écoles, etc. Sachant que l’auditoire du journal est un public averti, on comprend qu’elle ne le fasse pas, mais même les orientalistes ne maîtrisent pas nécessairement la chronologie des différentes polémiques, par exemple entre Gautama et le Vedanta ou les bouddhistes. Je me suis demandée : comment se fait-il que ces écoles qui sont postérieures au VS puissent interférer sur l’atome du VS? La réponse est en partie donnée par l’article : la doctrine du VS s’est élaborée en fonction des développements constants de sa polémique. Mais il m’a fallu me référer à un travail historique[5] pour comprendre le développement des commentaires et la construction progressive de la doctrine. On ne distingue d’ailleurs pas bien dans l’article ce qui relève de Kanada, de Prashastapada ou  de NS…

Un autre détail qui m’a questionné : p 156, la continuité du mouvement « est réalisée avec l’aide de l’inertie (samskara) ». Or samskara n’est pas traduit par « inertie » dans les manuels, mais comme l’emprunte des actes passés. C’est donc un choix non neutre que de la traduire par « inertie » qui est un terme usuel de physique. (L’inertie ne se traduit-elle pas apravritti ?).

Enfin et c’est davantage une suggestion, n’y aurait-il pas bénéfice, sans juger ce texte à la lumière de connaissances, de saisir l’occasion de nous reposer des questions de scientifiques, ou plutôt d’épistémologues ? Ainsi par exemple, comment expliquer cet aspect sphérique de l’atome parimandala (p144) ? Faut-il l’attribuer à une fascination comme les anciens Grecs pour la perfection attribuée aux sphères ? Arrêtons-nous quelques instants sur le terme de Parimandala. Dans l’article,  parimandala est une parimana anu nitya. : la mesure de l’infime éternel désignant «  la mesure des atomes ». Dans le dictionnaire sanskrit[6], parimandala (परिमण्डल) est un adjectif se rapportant à la mesure d’un atome, d’une sphère, d’une orbite.

Or, il est souvent traduit par « rond, » « circulaire, » « spherique », « orbital, » « circonférence,” « de la mesure d’un atome. » [7] Cela ne nous parle-t-il pas de notre tendance encore actuelle (et erronée) à concevoir l’atome comme sphérique ?

Enfin, il serait intéressant d’avoir un aperçu de l’enjeu recouvert par cette interprétation de l’atomisme chez Kanada et Prashastapada. Certes, redéfinir leur perception de l’atome est intéressant, mais dans quel objectif ? Le Vaiśeṣika, rappelons-le, vise la perfection mentale et délivrance. La tentative d’une description réaliste des atomes s’inscrit-elle dans cet objectif-là ?

Autres Références

 

 

L’auteur cite comme référence H.Jaccobi, B.Faddegon, A. Keith ou Chatterji dont les écrits datent du début du XXème siècle ! N’y a –t-il pas des publications plus récentes auxquelles confronter son avis?

En fait, on remarque les auteurs occidentaux semblent avoir travaillé sur le sujet au début du XXème siècle et que les travaux plus récents sont majoritairement la production d’éditeurs et d’auteurs indiens.

Voici un quelques autres références sur l’atomisme et le Vaisesika.

– Bhaduri, S. Studies in Nyaya-Vaisesika Metaphysics. Poona: Bhandakar Oriental

Research Institute, 1975.

– Halbfass, W. On Being and What There Is: Classical Vaisesika and the History of

Indian Ontology. New Delhi: Sri Satguru Publications, 1992.

Keith, A.B. Indian Logic and Atomism. New Delhi: Munshiram Manoharlal Publishers,

1977.

– Mishra, U. Conception of Matter According to Nyaya-Vaisesika. New Delhi: Gian

Publishing House, 1987.

– Seal, B. The positive sciences of the ancient hindus. London: Longmans, Green and Co., 1915.
Bose D.M., A Concise History of Science in India, New Delhi: Indian National Science Academy, 1971
– Subbarayappa B.V. Glimpses of Science and Technology in Ancient and Medieval India, Endeavour New Series 6(4): 177-182, 1982.
Chattopadhyaya D., History of Science and Technology in Ancient India, The Beginnings. Calcutta: Firma K.L. Mukhopadhyaya, 1986.
– Chattopadhyaya D., Natural Science of the Ancient Hindus, ICPR series in Philosophy of Natural and Social Sciences #2, New Delhi: Indian Council of Philosophical Research, 1987.
– Rahman A., Science and Technology in Indian Culture: A Historical Perspective. New Delhi: National Institute of Science, Technology and Development

Annexes

 

bibliographie indicative de V.Lyssenko

Livres

 « Philosophy of Nature in India. Atomism of the Vaiśeṣika School ». Moscow, « Nauka Publishers », 1986 (in Russian);

Early Buddhist Philosophy, « Vostochnaya Literatura Publishers », Moscow, 1994, 310 p. (in Russian); 

Universum of Vaiśeṣika, Moscow,Vostochnaya Literatura, 2003, 600 p. (in Russian);

Early Buddhism. Religion and Philosophy. Institute of Philosophy.Moscow 2003, 246 p. (in Russian);

« Padartha-dharma-sangraha » of Prashastapada with Nyayakandali of Shridhara. Translation from Sanskrit into Russian, Introduction, Historico-philosophical commentary, Notes and Indexis by Victoria Lyssenko. Moscow, Vostochnaya Literatura, 2005, 760p. (in Russian);

Victoria Lyssenko, Michel Hulin. Classical Indian Philosophy Reintepreted. Decent Books, New Delhi, 2007 (in English);

Immediate and Mediated Perception: Controversy between Buddhist and Brahmanic Philosophers (analyzing the texts).Moscow: Institute of Philosophy, 2011 (in Russian).

 

Articles

Around 200 papers in Russian, English and French, among them

In French:

« La connaissance suprarationelle chez Prashastapada ”. – Asiatische Studien/ Études Asiatiques LII/1/1998, p.85-116.

Shankara, critique du Vaiśeṣika. Une lecture de Brahmasutrabhashya (II, 2, 11-17). — Asiatische Studien/ Etudes Asiatique, Lousanne, LIX, 2, 2005, p .533-580.

Le principe de correspondence : la version de Prashastapada. Categories de langue et categories de pensee en Inde et en Occident. P. :2005 L’Harmattan, С. 79-90.

La philosophie bouddhique en Russie: breve histoire de l’approche et des methodes d’etude de la fin de XIX siecle aux annees 1940. – Slavica Occitania, Numero 21. Presence du bouddhisme en Russie, Toulouse, 2006, pp. 89-114.

 

Recent publications 2008-2011 in Russian:

4) Shabda as Sound and Sense: the analysis of the Word Models in the Philosophy of Vyakarana and Mimamsa. // Donum Paulum. Studia Poetica et Orientalia. Collective Essays in Honor of  Professor Pavel Grintzer. Nauka Publishing House, 2008, p. 450-465.

10) «Natural philosophy» of Body in India: Ayurveda, Samkhya and Vaiśeṣika. // Embodiment as Epistemological Phenomenon. Moscow:Institute of Philosophy, 2009, p. 103-123.

15) How I understand Indian Philosophy. // Philosophical Journal.  Moscow:Institute of Philosophy, 1 (4) 2010, p. 7-17.

16) Perceptual and Rational Cognition: India and West (Principles of Comparative analysis). – Philosophical Journal. Moscow: Institute of Philosophy, № 2 (5) 2010. p.5-16.

18) Atomism and Linguistic Hypothesis. // Shabdaprakasha. Collective Essays. Ed. Y.V.Vasilkov, S.V.Pakhomov, Sankt Petersburg, 2010, p. 79-89.

19) Western and Indian Theories of Perception: Some Typological Parallels. – Questions of Philosophy, 3, Moscow, 2011, p. 122-132.

21) Continuity and discontinuity in the  second kanda of Bhatrhari’s  «Vakyapadiya». –     Zograffsky sbornik (Collective Essays). Issue 2 / Yaroslav Vasilkov ed. SPb.:RAS, 2011. С. 198-210.

 

In English:

« Atomistic Mode of Thinking » as Exemplified by the Vaiśeṣika Philosophy of Number, in: Asiatische Studien, XLVIII, 2, 1994, p. 781-806.

The Vaiśeṣika Notions of akasha and dish From the Perspective of Indian Ideas of Space, – in: Beyond Orientalism: The Work of Wilhelm Halbfass and its Impact on Indian and Cross-Cultural Studies. Poznan Studies in the Philosophy of Science and Humanities. Vol. 47, Amsterdam, 1996, p. 417-447.

The Human Body Composition in Statics and Dynamics: Ayurveda and the Philosophical schools of  Vaiśeṣika and Sаmkhya. – Journal of Indian philosophy, vol. 32, No 1, 2004, p.31-56.

Atomistic Formulations in Indian Thought. – Victoria Lyssenko, Michel Hulin.

Origin of the Idea of Universals: Vaiśeṣika or Vyakarana. – Victoria Lyssenko, Michel Hulin. Classical Indian Philosophy Reintepreted. Decent Books, New Delhi, 2007, p. 27-46.

The Difficult Task of Hitting the Mean – Aristotle’s Mean and Buddha’s Middle Path. – Victoria Lyssenko, Michel Hulin. Classical Indian Philosophy Reintepreted. Decent Books, New Delhi, 2007, p. 61-82.

Between Materialism and Immaterialism: Atomism in India and Greece. – Materialism and Immaterialism in India and the West. Ed. Partha Ghose. PHISPC 12(5), Centre for Studies in Civilizations, Delhi, 2010, p.253-268.

The Atomistic Theory of Vaiśeshika: Problems of Interpretation. – History of Indian Philosophy a Russian Viewpoint, Delhi, 2010.

Teaching of Indian Philosophy in Overcoming Europocentrism // Philosophy in the Dialogue of Cultures : Proceedings of the International Philosophy Day. Moscow., Progress-Tradition, 2010. С. 1267-1273.


[1] On trouve une liste des références sur le sujet sur http://hinduonline.co/Books/BookIndex/NV.html

[2] Le vocabulaire des philosophies de l’Inde, Marc Ballanfat, Ellipse, 2003.

[3] Indian logic and atomism; an exposition of the Nyãya and Vaicesika systems (1921), Keith, Arthur Berriedale, 1879-1944, Oxford Clarendon Press.

[4] La plupart des commentaires sur les Vaiśeṣikasutras antérieures au XVème siècle (Vyomasiva (950), Úridhara (991), et Udayana (1054)) sont connues uniquement par références, mais il existe un commentaire complet par Shankara Mishra (1425 A.D.) appelé Upaskara.

 

[5] A history of Indian literature. Vol. VI, Scientific and technical literature, part III. Fasc. 2, Nyāya-Vaiśeṣika Bimal Krishna Matilal, Gonda, Jan. Éditeur scientifique, 1977

[6] Spocken Sanskrit, dictionnaire numérique sur internet

[7]B. David Burke, On the measure « Parimandala« , Philosophy Est and West, n°33, 1983, Issue 3.

 


Une réflexion au sujet de « La doctrine des atomes chez Kanada et Prashastapada. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *