« La religion brahmanique est, après tout, plus une physique qu’une véritable religion » Jean Filliozat, 1955

 

Jean Filliozat, en 1966 / © Académie des inscriptions et belles-lettres

Jean Filliozat, en 1966

/ © Académie des inscriptions et belles-lettres

 

Quelques citations extraites du discours de Jean Filliozat, professeur au collège de F. (n.d.). Les sciences dans l’Inde ancienne. Université des Paris, Conférence faite au Palais de la Découverte le 2 avril 1955.

« L’Inde est un pays de science antique et aussi, maintenant, de science moderne. L’historien des sciences, quand il parcourt l’Inde aujourd’hui, est tout de suite frappé d’observer la coexistence de la science antique et de la science moderne, la coexistence des traditions les plus anciennes, les plus respectées, et, en même temps l’entreprise des réalisations les plus nouvelles. On peut croire que c’est par une certaine routine que l’Inde s’attache encore pour une part à ses traditions antiques tout en adoptant la science moderne, mais, si on examine de plus près les rapports entre la science moderne nouvelle et ses sciences antiques, on constate un effort d’adaptation qui présente un intérêt considérable, car il montre que, d’une part, l’Inde n’entend pas renier son passé, tout en se mettant à vivre à la moderne et que, d’autre part, il arrive que dans certains domaines elle puisse utiliser ses connaissances acquises accumulées au cours des siècles pour les intégrer dans les recherches présentes. De toute façon, du point de vue historique, nous devons passer en revue en quoi consiste l’ancienne science de l’Inde, science qui reste vivante et qui tâche de s’accommoder avec la science nouvelle. »

« Une partie des notions relatives au monde et à la loi naturelle qui se rencontrent dans la civilisation indienne se rencontre aussi, avec les mêmes mots, pour les désigner, dans l’ancienne civilisation iranienne. Ces idées appartiennent donc, très vraisemblablement à un fonds commun. L’idée générale est la suivante : le monde obéit à une loi qui est manifestée par la reproduction périodique des phénomènes célestes et la religion brahmanique est, après tout, plus une physique qu’une véritable religion. Il y a des éléments purement religieux, mais l’ensemble du rituel vise à découvrir le secret de l’ordre du monde et à maintenir cet ordre du monde en bon fonctionnement, en état normal. »

« L’idée de normes physiques dans le monde est l’idée dominante de la religion védique et brahmanique la plus ancienne de l’Inde. Non seulement, les phénomènes astronomiques ont été constatés de bonne heure, non seulement on a cherché à établir des calendriers, mais encore on a tenté de prévoir les éclipses, de prévoir aussi, et surtout, le retour daté des phénomènes, des positions astronomiques des astres. On a cherché aussi à constater et à prévoir la reproduction des phénomènes météorologiques et ceci se faisait particulièrement bien dans l’Inde, étant donné le système régulier des moussons qui faisait apparaître sous la forme de pluies arrivant à des dates fixes, une loi de production périodique. Partant donc d’une représentation de la périodicité des phénomènes astronomiques, on a cherché aussi à ramener aux grandes lois générales les phénomènes de la vie. De très bonne heure, par conséquent, se sont développées une astronomie, une météorogologie rudimentaire, une physiologie et une médecine. Ce n’est pas à cela qu’on s’attend d’ordinaire quand on aborde l’étude de la pensée indienne. »

« L’Inde, en effet, est surtout connue en Europe – et déjà elle était remarquable en Europe au temps d’Alexandre- par sa sagesse. On se représentait volontiers chez les Grecs d’autrefois, on se représente encore aujourd’hui l’Inde comme un peuple de philosophes, parce qu’en effet, la philosophie et la sagesse ont toujours été si remarquablement développés dans l’Inde qu’on pouvait les prendre pour des traits absolument spécifiques de l’indianité. »

« Pourtant l’Inde a été la patrie de recherches scientifiques aussi bien que de mysticisme. L’aspect de sagesse et de réflexions philosophiques n’est pas l’aspect le plus ancien, car l’antique religion védique atteste peu de mysticisme et peu de philosophie. Mais nous devons constater précisément qu’il existe des aspects multiples de l’Inde. « Il y a cette attitude de recherche de la loi générale du monde et de la représentation purement rationnelle des phénomènes constatés et il y a aussi l’attitude à laquelle on s’attendait le plus, celle des magiciens, dans laquelle, au lieu d’essayer de comprendre les relations entre les phénomènes, on admet traditionnellement, sans chercher à les entendre, certaines relations qu’on a constatées et dont on croit pouvoir se servir pour reproduire les phénomènes par opérations volontaires en utilisant les similitudes, les corrélations apparentes. » Il ya donc deux attitudes principales : une rationnelle et une autre magique. Toutes deux se sont développées en même temps dans des milieux différents. Nous avons un grand nombre de textes qui sont des manuels purement scientifiques, qui excluent à peu près totalement la magie et même nous avons une astronomie qui est d’abord purement physique, qui est simplement une cosmographie qui ne cherche pas d’emblée à deviner la destinée, qui n’est pas encore une astrologie. L’astrologie indienne s’est développée considérablement, mais seulement après l’essor d’une astronomie proprement dite. La première préoccupation des astronomes de l’antiquité a été de d’établir les dates exactes des phénomènes qui importaient pour la célébration des ries et d’une manière générale, pour la compréhension de la nature. »

« On est arrivé à se faire une idée, sinon vraie, du moins rationnelle de tous les phénomènes organiques et on a cherché à expliquer toutes les perturbations par des mécanismes qu’on se représentait généralement d’une façon simple. Cependant, on est toujours resté dans le vague et la physiologie ne s’est pas développée beaucoup, non pas faite d’expérimentation ou d’observation, mais parce que l’observation et l’expérimentation n’ont pas été suffisamment utilisées systématiquement pour arriver à une compréhension. On a voulu, avant d’avoir fait les observations suffisantes, essayer d’expliquer. Il y a une hâte vers l’explication rationnelle. Ce n’est pas tout à fait le cas en ayurveda, où l’observation a tenu une place très notable.

« Ayurveda, c’est à dire la science de la vie. Nous pourrions traduire ce terme littéralement par « biologie » et cette traduction serait plus exacte au fond que celle qu’on donne habituellement, à savoir « médecine », car il ne s’agit pas seulement de médecine, surtout pas de médecine empirique, mais d’une représentation de l’ensemble des phénomènes vitaux, qu’ils soient normaux ou pathologiques. Dans cette biologie est incorporée une psychologie, car il n’y a pas une opposition très complète entre dans la pensée indienne, entre les phénomènes somatiques et les phénomènes psychiques. Les uns et les autres, surtout en vertu de la théorie équivalente à celle du pneuma, sont liés à l’action spéciale du vent. L’esprit est un souffle. »

« Or, du côté de la science des phénomènes psychologiques, l’Inde a été très avancée, si avancée qu’au XIXème siècle, quand on a découvert la science indienne, on n’a pas compris de quoi parlaient les Indiens lorsqu’ils exposaient des théories compliquées sur les phénomènes inconscients. La psychologie européenne était, au début du XIXème siècle, purement intellectualiste. »

« Il est certain que les Indiens ont découvert l’importance des phénomènes inconscients et s’en sont servi techniquement dans des exercices, dont le nom est bien connu, qui sont ceux du yoga. Le Yoga est une discipline psychologique et physiologique en même temps. Ils ont cherché à produire par des attitudes, par une régulation spéciale de la respiration surtout, des phénomènes physiologiques et, en même temps, des états psychiques particuliers. Ils sont arrivés dans ce domaine à des réalisions qu’on a cru longtemps charlatanesques, jusqu’au jour où des enregistrements d’électrocardiogrammes ont permis de voir qu’il n’y avait pas supercherie, mais bien en oeuvre d’une technique particulière de yoga, qui mettait en évidence des phénomènes physiologiques reconnus dans l’Inde et non encore observés dans la physiologie européenne. »

« Nous avons donc là un champ d’études qui, précédant des anciennes recherches techniques indiennes, s’ouvre à l’heure actuelle à la physiologie et la psychologie modernes.
La médecine moderne a été surtout façonnée en Europe. En attendant qu’elle s’adapte à l’Inde, il convient encore que les malades puissent se servir des vieilles thérapeutiques éprouvées et plus accessibles. Bref, il y a, dans l’Inde, une tentative intéressante d’accommodement des anciennes idées avec les nouvelles et surtout d’utilisation des anciennes connaissances valables ou des anciennes connaissances de faits en présence des nouvelles. »

« La chimie indienne consiste en l’examen des produits minéraux et de leurs réactions quand on les place en présence les uns des autres et elle servi d’abord à préparer des remèdes minéraux. C’est seulement secondairement et, en partie probablement, sous l’influence de l’alchimie grecque qu’on a cherché la pierre philosophale et l’élixir d’immortalité, mais on a continué toujours à garder une utilisation purement empirique aux médicaments préparés, en même temps qu’on essayait de se représenter d’une façon rationnelle, quoique très rudimentaire souvent, le mécanisme des réactions chimiques. De toute façon, nous constatons qu’en pratique, les observations qui avaient été faites ont abouti à une technique extrêmement perfectionnée et même à une technique de la métallurgie qui est fort étonnante car sans avoir trouvé sur ce point aucun texte qui nous explique les procédés de fabrication, nous avons des preuves que la métallurgie indienne a été très développée. Nous possédons encore des piliers de fer dont le plus grand remonte au moins au IVème siècle de notre ère. Enorme bloc de fer pur contenant à peine un peu de chrome. »

« Les Perses ont dominé la vallée de l’Inde pendant 200 ans avant qu’Alexandre ne les batte.
En Inde comme en Chine, les étoiles choisies comme déterminatrices sont presque toutes les mêmes. »

« On peut observer certaines des méthodes des sciences anciennes indiennes encore sous nos yeux. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *