En savoir un peu plus sur la « sociologie cognitive »

index

Notes de lectures issues de

La sociologie cognitive, sous la direction de Fabrice Clément et Laurence Kaufmann, Editions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 2011.

 

Raymon Boudon propose une sociologie des « rationalités », en ce sens qu’elle cherche les raisons qui poussent aux croyances et aux actes.

« la théorie générale de la rationalité implique que des raisons de caractère cognitif fondent, non seulement les représentations du monde que se donnent les acteurs sociaux, mais leurs croyances et leurs sentiments prescriptifs et généralement axiologiques. » p 64

Selon lui, « les travaux de sociologie obéissent généralement à 3 principes :

  1. Expliquer un phénomène social c’est montrer qu’il est la conséquence d’un ensemble de propositions dont chacune est acceptable.
  2. Une bonne théorie sociologique est celle qui interprète tout phénomène social pour ce qu’il est : comme l’effet d’un ensemble d’actions individuelles. Ces actions se déroulent toujours dans un contexte social qui les paramètres mais ne les détermine pas. Ainsi, pour me déplacer d’un endroit à l’autre je dois tenir compte des obstacles que je risque de rencontrer, mais ceux-ci ne déterminent pas ma décision d’aller d’un endroit à l’autre. De même les structures sociales paramètrent mais ne déterminent pas les actions sociales des individus.
  3. Les actions individuelles doivent être analysées comme rationnelles. » p.45.

 

Gerarld Bronner confirme que « le sociologue qui entend expliquer tel ou tel phénomène social a intérêt à y voir l’effet d’actions, d’attitudes et de croyances individuelles fondées sur des raisons. » P 75

Dans le cas, par exemple, des chercheurs qui adhérent à une théorie ou une de ses interprétations – [je pense explicitement à la mécanique quantique] – la sociologie cognitive estime que « la rationalité du savant qui préfère une théorie scientifique à une autre et a des raisons d’en juger ainsi n’est pas de caractère instrumental. Il ne préfère pas la première parce que ce choix entrainerait pour lui des effets favorables, mais parce qu’il a des raisons de la croire plus vraisemblable que l’autre. » Ainsi, Boudon donne l’exemple de la théorie de Torricelli-Pascal du baromètre. Elle est, dit-il, plus facile à défendre que celle d’Aristote parce que

  1. Elle n’introduit pas la l’idée anthropomorphique que la nature a horreur du vide
  2. Elle prédit en rapport avec les faits que le thermomètre montera moins haut au sommet d’une tour que d’une montagne. P 53

L’adhésion à une théorie dépend de ce que cela nous coûte d’en changer. Notamment au niveau de nos cadres théoriques. « Priestley croyait en l’existence du phlogistique, Lavoisier non. Ils avaient tous deux des raisons de croire à ce qu’ils croyaient. Il n’en résulte pas que les deux puissent être renvoyés dos à dos. » p 65. « Si l’on observe des changements, sinon irréversibles stricto-sensu, du moins tendanciels sur le long terme, s’agissant tout autant de croyances descriptives ou scientifiques que des croyances prescriptives ou axiologiques, c’est qu’il se produit couramment qu’un système de raisons (S)’ se révèle après des délais variables supérieur à un système de raisons (S). » p 65.

Je ne peux croire à la supériorité de la théorie de Lavoisier sur celle de Priestley que si je n’ai pas l’impression que les raisons qui fondent ma croyance sont de caractère privé. C’est ce qui explique le phénomène de consensus.  – [Ont-ils conscience qu’ils ont des croyances de caractère privé ?] –  « Il n’y a pas de raison de validité absolue. Une innovation peut faire qu’une théorie ou un système de raisons qui pouvait passer pour crédible soit dominé par une théorie ou un système de raisons plus fort selon certains critères. » La rationalité cognitive permet alors de prédire que l’opinion tendra à en sélectionner une. [Prédire des théories qui vont être privillégiées grâce aux thematas en MQ par exemple.]

Kuhn développe l’idée que sous l’influence de différents « paradigmes » historiques, les scientifiques perçoivent différemment les mêmes matériaux « Lavoisier a vu de l’oxygène là où Priestley avait vu de « l’air déphlogistiqué », et où d’autres n’avaient rien vu du tout. » (Kuhn, 1962 :117). Bronner, 2011

Raymond Boudon s’est intéressé dans ses autres textes aux « causes raisonnables » (Boudon, 2003). Reconnaître que la science obéit à des motifs qui ne sont pas que rationnels ne revient pas pour autant à sacrifier au relativisme épistémologique. Car il s’agit quand même de « bonnes raisons ». Boudon estime que des croyances s’expriment souvent en termes de mixte entre sentiments et raisons. Il utilise le concept d’ A priori, qu’il prend à Simmel, philosophe néo-kantien [Souvenez vous des A priori de Kant]. Simmel rajoute aux apriori kantiens le fait que ses apriori ne sont pas des cadres rigides, ils peuvent évoluer. Chacun peut réviser ses aprioris simmeliens s’il en prend conscience.

 

Influences socio-culturelles sur la perception

La perception varie également parmi les membres d’une même culture et au sein d’une même période historique. « La genre, la race, la classe, l’activité professionnelle, les handicaps, et même les hobbies, tout cela peut entraîner des distinctions sur le plan d’expertise perceptuelle et des conventions perceptuelles. » p 162

Notre perception quotidienne comporte peu de conscience des influences socioculturelles qui s’exercent sur notre vision du monde. Nous avons tendance à croire que ce que nous percevons est un exact reflet de la réalité empirique, une « correspondance » directe  « point par point » (Merleau-Ponty, 1962 :7), sans sélection ni déformation.

« Faut-il supposer qu’à des cultures différentes correspondent des rationalités différentes ? » comme le crurent Comte, Lévy-Buhl, Sahlins, Winch. Faut-il admettre au contraire, comme le soutient Durkheim, que la rationalité est une propriété indivise de la pensée humaine, mais que l’action des hommes, guidée par les théories qu’ils créent pour tenter de comprendre le monde et d’agir sur lui, et que ces théories ne sont pas identiques d’une culture à l’autre, tout comme elles sont différentes au sein d’une même culture, d’une époque à l’autre ? Dans tous les cas, la pensée et l’action des hommes leur sont guidées par des raisons, et ces raisons émanent de théories différentes d’une culture à l’autre » P 56

 

Bronner donne l’exemple de la crème glacée miraculeuse de Houston (crème qui en s’étalant malencontreusement au sol forma une image de la vierge), les gestes de dévotion furent plus le fait de la population hispanophone (majoritairement catholique) qu’anglophone (majoritairement protestante, qui, elle resta globalement indifférente à ce qui n’était qu’une glace renversée).

La disposition naturelle à voir des formes dans des images (paréidolie) s’hybride avec un système de représentation.  Mais il n’y a pas de raisons non plus de rendre compte du phénomène en invoquant un unique déterminant culturel, car il est sans doute aisé de trouver des individus d’origine hispanique n’ayant pas adhéré à la croyance et des individus d’origine anglophone l’ayant fait.

L’existence d’hispaniques n’ayant pas vu la vierge et d’anglophones qui eux, on vu la vierge, indique la caractère stochastique (et non strictement aléatoire) des phénomènes mentaux. En d’autres termes, ces phénomènes s’expriment dans un espace causal restreint, ensérrés de liens causales sociaux et naturels, mais ils demeurent le plus souvent imprédictibles rapportés à leur expression individuelle. Nous pouvons faire l’hypothèse que tel individu, ayant telle caractéristique, a des chances d’endosser telle croyance, mais la simple observation de la vie sociale nous montre qu’il ne s’agit jamais que d’un pari.

Asia Friedman. « Bagby (1957) a démontré que les Mexicains et les Américains, lorsqu’on leur présente simultanément deux scènes comparables, l’une étant issue de la culture américaine (celle d’une partie de baseball), l’autre de la culture mexicaine (telle qu’une corida) avaient tendance à ne voir que le contenu relatif à leur propre culture. P 161

 

[Les schèmes sont des « structures de la connaissance qui déterminent quels aspects de l’environnement social sont pris en compte » (Morgan et Schwalbe, 1990, 156).  Les faits discordants sont ajustés ou omis afin que l’information se conforme au schème en usage (Cerulo, 2002, 8).]

 

Petit aparté sur Boudon et ses « bonnes raisons »

Boudon cherche à expliquer pourquoi tel individu possède telle croyance, en partant du principe qu’ils sont rationnels, et non pas déterminés par des mécanismes occultes. Il propose une définition large de la rationalité. Être rationnel c’est avoir des « raisons bonnes » (même subjectivement) d’y croire. Quand on est rationnel : on trouve des raisons, quand on est irrationnel, on trouve des causes. Par exemple, si l’on pense qu’il faut danser pour faire tomber la pluie, on se réfère à une cause, pas à une raison. Les causes, à la différence des raisons, ne sont pas justifiables par des arguments, elles déterminent nos croyances, on n’en a pas conscience. Elles sont inconscientes, subconscientes. On ne peut se satisfaire de dire qu’une personne croit que deux et deux font quatre parce que c’est vrai. Une bonne raison : marche souvent. Ex l’induction est souvent utilisée par tout le monde. Il dit quand même que des croyances s’expriment en termes de sentiments. Souvent mixte sentiments et raisons. Même les spécialistes peuvent arriver à établir des idées fausses ou fragiles tout en étant rationnels. Car leur connaissance (et la connaissance de tout le monde en général) repose sur des a priori qui ont une portée générale.  Les a priori selon Boudon, par rapport aux apriori kantiens, ne sont pas des cadres rigides, ils peuvent évoluer. D’après Boudon, chacun peut réviser ses aprioris s’il en prend conscience. Le néo-kantisme de Boudon consiste juste donc à dire que la connaissance est mobilisée par des apriori, mais il n’est pas idéaliste pour autant. Il  critique le relativisme épistémologique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *