Le « style » des physiciens français de l’entre deux-guerre

Légende de l’image: Allocution de remerciements du duc Louis Victor de Broglie (1892-1987), physicien français, venant de recevoir une médaille pour ses travaux sur la mécanique ondulatoire, Paris, Sorbonne, mars 1944physiciens français

En 1984 (réédition en 1992), Dominique Pestre a publié un ouvrage issu de ses recherches historiques sur la physique et les physiciens en France entre 1918 et 1940, aux Editions des Archives contemporaines. L’ouvrage peut paraître a priori sans lien avec ce carnet de recherche dédié à la physique indienne. En fait, les études sur les styles nationaux en histoire des sciences sont rares. Et celle-ci a l’avantage d’être particulièrement réussie et convaincante. Par ailleurs, ma recherche s’occupe des influences culturelles sur la science, donc, une comparaison avec la France permet de mieux mettre en évidence les spécificités culturelles. Certes, ce travail de Dominique Pestre n’est pas relatif aux physiciens contemporains, mais l’histoire n’est jamais étrangère au présent !

L’intérêt des études de ce genre est de comprendre notamment comment se fait – on non- la reconnaissance par les spécialistes d’une nouvelle rationalité, d’une nouvelle structure épistémologique. Une formulation théorico-mathématique peut avoir sa cohérence, une cohérence nouvelle d’ordre supérieur cela ne peut suffire à son acceptation par tout le milieu physicien.[…] «Nos savants ne sont jamais pure réalité, ils relèvent de systèmes de cohérence locaux qui diffèrent suivant les convictions philosophiques ou religieuses, suivant l’éducation reçue (sociale et scolaire), suivant les spécialités pratiquées (physique mathématique ou physique expérimentale), suivant les institutions d’accueil, suivant les générations. [Dans cette approche domine] la volonté de comprendre pourquoi ici et là tel arrangement nouveau apparaît et pourquoi ailleurs cette restructuration est refusée ou ignorée. » p6

 « Chaque physicien apparaît comme un ensemble complexe de tradition scientifique, d’innovation partielle et de valeurs extra-scientifiques. […] Reste premier pour chaque individu, ce qui pour lui fonde la science, ce qui pour lui a valeur de preuve, ce qui pour lui a valeur d’explication.] L’ensemble des « valeurs relatives à la science et à la pratique scientifique auxquels croient les physiciens relève d’une longue tradition transmise depuis l’enfance, acquise à dose homéopathique journalière depuis les bancs de l’école républicaine et qui imprègnent un milieu largement clos. » p 173

Repérer des styles nationaux, est-ce une démarche valable ?

A la page 4, Dominique Pestre justifie sa démarche et en limite la portée.

« La physique française présente un certain nombre de traits particuliers… Ce que nous entendons par trait particulier peut très bien être défini négativement : nous ne voulons pas dire que ces traits sont exclusifs et propres aux seuls physiciens français. Certains d’entre eux se retrouvent en effet hors des frontières de l’hexagone. Nous ne voulons pas dire non plus qu’ils sont absolus et communs à tous les physiciens sans exception : il existe bien sûr des cas atypiques. Il s’agit plutôt de définir les comportements dominants, ceux de l’immense majorité et dans la mesure essentielle où ils sont originaux relativement à l’étranger, à l’Allemagne, à l’Angleterre, aux Etats-Unis notamment. Le problème est épineux à deux titres : parler des comportements dominants peut amener à naviguer dangereusement entre des généralités valables pour tous mais par là-même banales et des traits trop particuliers mais propres seulement à certains groupes français. Il faut donc tenter de mesurer le plus souvent possible le domaine d’extension des affirmations avancées. D’autant plus que peu d’études ont été faites dans cette direction et que les références pouvant servir de garde-fou sont rares. Plus souvent en effet, on s’est attaché à saisir l’émergence du neuf à l’échelle de petits groupes et non le maintien d’une tradition – jamais parfaitement stable- au sein d’un groupe très stable- et par là-même différencié. » (Pestre, p4)

« C’est pourquoi nous nous attacherons aux productions les plus représentatives du milieu » dit Pestre, p4 : « les manuels, les principales revues françaises, les équipes de recherche et leurs centres d’intérêt. » [L’Indécise : aujourd’hui, ces objets cités par Pestre sont bien plus internationalisés et il est difficile d’en tirer suffisamment de spécificité. Je m’intéresse donc aux discours, qui me donnent accès aux représentations.]

Il organise son étude autour des productions scientifiques (les œuvres non universitaires ou universitaires) des physiciens, mais aussi aux savants eux-mêmes, en tant qu’hommes, « que Français marqués par leur éducation et habités de certitudes philosophiques. » (Pestre, p 5).

« Pour reprendre une formule célèbre, nous viserons les socles archéologiques du groupe physicien, les cadres d’idées, de principes fondamentaux, d’évidences axiomatiques plus ou moins conscientes, l’ensemble des référents ultimes qui enracinent le travail intellectuel et qu’on peut systématiser à la lecture des œuvres extra-scientifiques des physiciens français. Plus généralement les convictions sur ce que doit être la science et ce que doivent être ses règles. Ainsi espérons-nous mettre en évidence de possibles homologies entre ce monde culturel – reflet partiel du monde culturel français – et les traits propres de la recherche et de l’enseignement de la physique. » (p.5).

Ce projet peut a priori susciter diverses objections, et Pestre commence par répondre à quelques unes d’entre elles, et par là même précise ses postulats.

p 5. « La science n’est-elle pas par définition universelle ? La recherche de spécificités individuelles ou nationales, de déterminations externes à la science constitue-t-elle la part la plus importante du travail de l’historien des sciences ? Nous pensons ici aux thèses de Gaston Bachelard et plus globalement à celle de l’épistémologie française qui lui a fait suite. Pour elle, en résumant succinctement, faire l’histoire des sciences c’est faire l’histoire du rapport progressif de l’intelligence à la vérité, c’est montrer la formation de l’esprit scientifique en lutte permanente avec l’ « instinct de conservation de la pensée », c’est en fait dégager les moments des grandes avancées de la raison scientifique. En d’autres termes, c’est se centrer sur le « surrationalisme » des savants, c’est écrire une « historie jugée » des filiations conceptuelles, c’est écrire l’histoire de façon récurrente en constituant les questions et les réponses du passé au vu de l’état actuel des sciences. » Pestre, p 6

« Nous comprenons l’intérêt de cette analyse « des démarches caractéristiques de la science », mais notre propos est bien différent. Il s’apparente beaucoup plus à celui d’Alexandre Koyré d’une part, à ceux de Thomas Kühn, Paul Forman d’autre part. » C’est-à-dire que la pratique scientifique est d’abord considérée comme forme historique particulière : l’objet de l’histoire des sciences est avant tout de démêler, dans ce que  la science dit, dans les formes concrètes des énoncés qu’elle profère, les formes différentes de rationalité qui sont à l’œuvre, les représentations culturelles plus vastes qui les sous-tendent (les substructures psychologiques dirait Koyré), de façon générale les déterminations socio-mentales extérieures qui les marquent. » Pestre p6

Une autre objection peut être faite à ce type d’analyse qui cherche des spécificités nationales : « certes on peut admettre des différences essentielles entre individus, entre groupes, entre générations. Mais pourquoi se focaliser sur les spécificités nationales ? La pratique scientifique n’est-elle pas supra-nationale au point de placer au second plan les caractères propres à chaque pays ? Cette objection est partiellement recevable : des différences apparaissent entre divers groupes, en France [et en Inde] même. Cependant, il n’est pas a priori absurde de tenter une telle caractérisation. Au XIXème siècle, par exemple, des différences sont sensibles entre les approches des physiciens anglais et celle des continentaux et Duhem a écrit quelques pages convaincantes à ce propos. [voir ma page sur ce travail de Duhem lien sur L’Indécise]» Pestre p 8.

 

Ce que montre l’étude des manuels de physique de l’époque

L’étude des manuels menée par Pestre (p34-57), aboutit à :

  1. « L’approche d’ensemble proposée aux étudiants est calquée sur un découpage du champs de la physique hérité du XIXème siècle
  2. On communique une vision historico-inductive de la physique qui place en position première la recherche expérimentale. Cette approche perdure en France plus loguement qu’ailleurs (jusqu’à 1945 environ).
  3. Est ainsi transmise aux étudiants l’idée que « faire de la physique » c’est faire des expériences nombreuses amenant à l’établissement de lois au sein desquelles la partie théorique doit être réduite au minimum ; la théorie se ramène à l’établissement des régularités observées, elle n’a pas d’autonomie. Il observe des racines encore vivaces dans les pratique positiviste énergétique du tournant du siècle. Ne cherche pas à fabriquer des modèles explicatifs des lois mathématiques établies de longue date, exemple de l’interraction matière-rayonnement, pas de lois phénoménologistes.
  4. Est diffusée l’idée que la meilleure physique est celle du continu, des équations différentielles : les approches discontinuistes et leurs avatars statistiques sont marginalisés, traités en fin de volume quand ils ne sont pas ignorés. Les références à la mécanique quantique se font sous la forme quasi-immuable de « la mécanique ondulatoire de Louis de Brooglie ». Pas que par référence nationaliste.
  5. Si une théorie continuisite s’avère particulière performante face à un vaste contexte expérimental et qu’elle est simple qu’elle n’a pas de concurente continuiste ou macroscopique, on l’utilise et est acceptée. Ex ; première théorie des quanta (Planck et théorie atomiste de Bohr)
  6. Lorsqu’on se doit d’aborder des phénomènes relevant des statistiques, on préfère d’abord limiter l’approche à la description des lois macroscopiques : qu’on pense aux théories des propriétés magnétiques, à la thermodynamique. Seulement ensuite, on exposera quelques théories explicatives.
  7. Crainte des nouveautés théoriques, des théories heurtant le bon sens ou dont les fondements expérimentaux ne sont pas jugés suffisants.
  8. On n’initie pas au doute, on craint la multiplicité théorique, on forme au dogmatisme.
  9. Ce qui conduit à un dramatique retard…

[Dans notre cas, nous n’avons pas pu baser une part de notre analyse sur l’étude des manuels car ceux-ci sont à présent largement universalisés.]

 

En France : une science pure et raisonnable, cohérente et non pertubée

Dominique Pestre a mis en évidence deux faces du monde culturel et mental des physiciens français de l’entre deux guerres

p172. « La première peut se résumer derrière le mot de scientisme, chargé de signifier la confiance dans la « science pure », dans ses vertus éducatives, dans le progrès qu’elle engendre dans toute société, moralement et socialement. » « Le second est la place capitale de la Raison au centre de toutes les convictions. Un véritable culte l’entoure, culte du raisonnable d’abord, du bon sens, qu’on rattache au nom de Descartes,- le bon sens étant la chose la mieux partagée, surtout en France, comme chacun sait- mais aussi culte de la raison positive, rationnelle celle-là, évoquant Condorcet et Auguste Comte. » Ces termes sont ambigus, fonctionnant avant tout comme des étendards, et d’autant plus efficace qu’on ne les définit pas. Pestre, p172. « Le contexte idéologico-philosophique n’incite en rien à remodeler les schémas de la physique galiléenne, ni le sacro-saint déterminisme du « sens commun » qui postule à l’évidence que telle cause produira toujours tel effet, que tout est localisable, que tout est toujours reconnaissable dans la science, aux imprécisions de mesure près. Rien donc qui puisse rappeler la philosophie du cercle Ekliptica de Copenhague dans lequel se forma la pensée de Bohr, ni l’importance de l’irrationalisme ambiant de la république de Weimar, ni bien sûr les cercles estudiantains radicaux et contre-culturels évoqués par Ludwig Feuer lorsqu’il parle de l’académie Olympia dont Einstein était l’un des … trois membres. » Pestre p 172.

Les physiciens français de l’entre deux guerre étudiés par Pestre, malgré leur différence de sensibilité politique, sociale, se rejoignent sur la valeur accordée à la science, « ils accordent à celle-ci une valeur humaine et morale, une valeur qui est secrétée par la pratique même du scientifique et qui lui confère de ce fait un rôle éducatif positif. » p 175

Pour Louis de Brooglie (Grandeur et valeur morale de la science, p 237, Pestre p 176), « la science n’a pas de but utilitaire, elle est désintéressée, et s’inscrit donc, dans l’homme, du côté des valeurs utilitaires. Voulant pénétrer les harmonies naturelles, l’ordre de l’univers, l’ordre ontologique qui nous dépasse. » Enfin, mais enfin seulement, la science permet l’amélioration de la vie matérielle par le biais des sciences appliquées. La hiérarchie est nettement marquée entre la science pure et la science appliquée.

Les hommes de gauche néanmoins ont plus tendance « à faire déborder leur discours sur le social, de légiférer au nom de la science sur la métaphysique et la religion. » Pestre p 186

Le savant qui pratique la science est perçu par la société française de l’époque comme un « nouveau sage, « on aime » Pasteur et Curie, symboles de la science française, on leur fait confiance et leurs travaux font partie du patrimoine. » p 179 Pestre

Après avoir trouvé des traits qui s’apparentent à des « faits nationaux »,  la deuxième phase du travail de Pestre a été de les comprendre, de les analyser.

« La raison n’est pas que positive chez les Français, elle est aussi esprit de netteté et d’ordre, sens du choix et tolérance. Ce thème est fréquent chez les scientifiques de droite qui l’inscrivent dans une tradition remontant au XVIIème siècle, à Pascal, à Descartes et au classicisme, qu’il soit architectural, pictural ou littéraire. S’affirment ici les propriétés d’un esprit plus volontiers national, esprit perpétué à travers les siècles par la langue, le goût, les qualités personnelles des grands maîtres français. On peut classifier ces caractères de la raison française autour de deux pôles : l’un qui affirme la notion d’ordre et de rigueur, l’autre qui s’articule à la notion complexe de sens commun ou de bon sens, signifiant qui renvoient à la crainte des excès – et par là au déraisonnable – mais aussi à l’équilibre, à l’harmonie, et par là à l’évidence. (p 190)

 

Pestre p 198 « Au-delà des nuances, nous semble exister un socle archéologique commun assez solide, composé d’idées, de principes fondamentaux, d’évidences axiomatiques, de référents ultimes qui soutiennent la pratique de la communauté physicienne [entre les deux guerres]. [Cela explique en partie] la prééminence dans les manuels de l’époque de physique d’une démarche classique et cohérence, la présentation de la physique sous son aspect le plus ordonné, même si cela se fait au détriment des travaux perturbateurs les plus récents […] nous semblent trouver leurs racines dans la volonté toujours réaffirmée en France de suivre des principes de clarté dans l’exposition et de logique dans l’énoncé des postulats et des théorèmes, dans le désir de ramener la science à une synthèse close et définitive : les maîtres mots toujours répétés sont logique rigoureuse, ordonnance solide, fermeté gracieuse, pureté élégante. Le désordre de la science en construction, voire en révolution – ne saurait être toléré. »

« Tout pédagoge français garde secrètement au fond de lui le projet de présenter La Théorie globale de la physique. » Pestre p 199 themata unicité xx.

« La science a comme fonction de donner une transcription du réel en conformité avec un certain nombre de principes. » Pestre p201  « On préférera souvent garder une science « rationnelle », c’est-à-dire cohérente, sans hypothèse, entrainant trop loin du cartésianisme géométrique, c’est-à-dire encore, ne s’éloignant pas trop de la Raison humaine triomphante qui a reconstruit le monde à partir de règles d’évidence. Bien sûr encore on sera capable d’accepter les théories efficaces nées ailleurs, mais ne pouvant les recevoir pleinement dans leurs implications para-scientifiques, on sera à peine en mesure d’innover, de faire œuvre créative originale en ce domaine. Les Français ont pu jouer un rôle essentiel dans la physique mathématique du XIXème siècle, ils seront moins à l’aise dans les facultés d’imagination non classiquement rationnelles que demandera la physique quantique et le monde de l’atome, ils seront ceux qui auront le plus de difficulté à évoluer librement dans un monde de pseudo-objets ne se déplaçant plus dans le cadre du temps et de l’espace communs. Et cela semble vrai même pour ceux qui acceptèrent le plus vite ces théories étrangères : nous l’avons vu pour Paul Langevin et Louis de Brooglie. ». Pestre p 201.

Le consensus sur la culture générale

 

Qu’est-ce donc que cette culture générale revendiquée par l’ensemble de la société française ? C’est d’abord une méthode d’apprentissage plutôt qu’un stock de connaissances. C’est d’abord l’art d’apprendre à bien apprendre [enseignée dans toutes les disciplines…] Idéalement, le bon élève est aussi doué en version latine qu’en géométrie. Toutefois le tryptique littérature-mathématique-philosophie reste le noyau de cet enseignement. Sur quoi débouche la culture générale ainsi définie ? Avant tout sur l’art de développer ou d’illustrer les idées générales, une « composition claire et ordonnée » mais rarement sur une formation technique particulière.

« l’abstraction au dessus du réel, les mots au dessus des choses, la rhétorique à la science. » p292

« On ne demande pas aux étudiants d’être originaux. » « Partout c’est le livre qui commande »p294 comme en Inde.

« La quasi absence de séminaire, le privilège accordé au professeur présentant la science du haut de sa chaire. » p 294 Comme en Inde.

La dévotion va à la science pure, à la science élément de Culture. La science trop spécialisée et trop appliquée est placée en dessous.

Page 285 « Un certain nombre de traits propres aux physiciens français : la confiance dans la science pure et ses vertues morales (Pour H.G Gerlach, il n’y a pas de pays où dans l’odre des valeurs la science ait été placée auss haut, héritage de Comte, Condorcet, Saint-Simon, foi dans la science, dans ses méthodes, dans sa rationalité (Union des Rationalistes au XXème siècle), dans son déterminisme, dans ses valeurs. » savant toujours critique vis-à-vis de la spécialisation excessive, peu d’attrait pour la science appliquée et contacts avec monde industriel.

Je cherche à dégager des généralités car c’est ce qui me semble le plus passionnant. Pestre P 322 n’a-t-il pas montré que le tempérament français « le gout pour l’exposition de problèmes du point de vue toujours le plus général ? » la recherche de l’explication la plus englobante ?

Il ne s’agit pas de décrire de manière générale un « esprit indien » ou un « esprit français » à partir de quelques dizaines de physiciens interrogés, mais de partir de modèles généraux proposés par d’autres (Descola, Ramanujan, Pestre, Foucault, M. Crozier, S.Hoffmann, etc) pour montrer que les caractères mis en évidence par nous au sein du groupe de physiciens renvoient à des éléments plus vastes, pour indiquer les déterminations plus globales qui ont modelé les physiciens interrogés.

Certes une société ne reconnaît pas un, mais plusieurs systèmes de valeurs. Malgré des nuances et des contre-exemples, nous avons pu observé une trame commune d’adhésions thématiques, un « socle archéologique culturel, voire épistémologique » (Pestre, p 323). Malgré l’originalité indéniable des individus, nous pensons avoir convaincu et montré que ce socle induisait des rapports différents au réel et aux théories.

[Pour les physiciens français de l’entre deux guerres, il n’y a pas forcément de valorisation de la science théorique par rapport à la science expérimentale, mais de la science pure par rapport à la science appliquée. Cela peut amener à une contradiction interne chez les étudiants… On part de la matière pour arriver à la théorie, et la théorie ne doit pas retourner à la matière. La théorie n’a pas d’existence autonome mais ne doit pas non plus être appliquée. Quel sens donner à cela ?]

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *