Voici quelques notes prises lors de la conférence de François Chenet à la journée d’échange franco-indienne de l’Université Lyon 3, le 27 mars 2013. François Chenet est professeur de philosophie comparée à Paris IV.

Qu’est-ce que la philosophie comparée ?

La philosophie comparée propose, à travers une herméneutique des langues et de la philosophie, une étude comparée des problèmes philosophiques, des méthodes, des concepts, des moyens d’argumenter, etc. Il s’agit de mettre en évidence des divergences ou des convergences ?

Mais ne comparer que ce qui est comparable. Partir de soi, passer dans l’autre et revenir sur soi.

Comme le dit Nietzsche, tracer des lignes isochrones de cultures à travers l’histoire, les suivre et explorer.

 

Historique de la philosophie indienne

Après les Upanishads suit une phase de maturation, remplie d’épopées. Puis 6 écoles orthodoxes 6 points de vue, dharsanas et 2 écoles hétérodoxes. Controverses entre les écoles et au sein des écoles. Age d’or, de II à Xème siècle. Puis, ne renouvelle plus pensée même si production sanskrite continue abondamment pendant ces siècles. Répétitions essentiellement.

Sous l’empire britannique, la philosophie indienne du XIXème et XXème puise dans l’anglo-saxonne : positivisme logique, Wittgenstein puis phénoménologie.

 

Préjugés

– La philosophie indienne serait essentiellement spiritualiste. Il est vrai qu’il y une reconnaissance de la réalité suprême de l’esprit. Mais plusieurs écoles le Samkhya, le Vaisesika, les matérialistes et les Jaïns postulent la réalité de la matière. Les matérialistes furent très peu influents. Certes la philosophie indienne repose sur l’expérience spirituelle, personnelle. Hors de l’intelligibilité discursive. Mais elle repose sur un édifice intellectuel élaboré. D’ailleurs la philosophie médiévale atteste que des idées originales en ontologie, en morale, en métaphysique, en philosophie du langage, peuvent naître dans un contexte spiritualiste (théologie). Pas de tel partage dans le cas de la philosophie indienne.

 

 

– Elle serait prisonnière de l’orthodoxie des Vedas. Faux car courant des shramanas, non orthodoxes. Mahavira, Bouddha. Même à l’intérieur des philos brahmaniques, il y a des «hétérodoxes » : Samkhya, Yoga.

 

– Elle serait figée dans le moule d’écoles. Faux car pas de doctrines fixées dans les écoles, les controverses ont fait évoluer les positions doctrinales. Elles sont ouvertes à la pensée rationnelle. La philosophie indienne a su s’ouvrir aux enquêtes rationnelles : Nyaya. Equivalent de l’organun aristotélicien. Sources de la connaissance valide : inference, procédures argumentatives, arguments logiques yukti (congruence de l’exposition), codifie la dialectique.

 

Comparaison pensée grecque/indienne

 

La profondeur de la philosophie indienne est équivalente à la philosophie grecque, sauf en philosophie politique.

La philosophie qui nait en Grèce privilégie l’intelligibilité de la cause, selon l’expérience.

La philosophie indienne privilégie les homologies entre microcosme et macrocosme. Au lieu de privilégier les mathématiques, elle privilégie la grammaire.

Elle préfère une démarche dans laquelle la psychologie se noue à la métaphysique.

Lachelier, 1885 si la psychologie ne veut pas rester superficielle, elle doit puiser dans la métaphysique. Nature du psychisme, alternance états de rêve, de veille de sommeil pour connaître soi.

En Grèce, « que nul n’entre ici s’il n’est géomètre » est écrit au frontispice de l’Académie d’Athènes ;

En Inde ce serait plutôt écrit « que nul n’entre ici s’il n’est grammairien ». La discipline paradigmatique équivalente à celle jouée par les maths en Grèce serait la grammaire. Lieu commun de dire cela.

 

Les Grecs sont avant tout des géomètres, ils lisent les phénomènes comme des figures idéales.

L’Inde n’a jamais été platonicienne : pas de coupure entre intelligible et sensible.

nirvikalpa : sans construction connaissance indifférenciée.

Pas d’Ontos, pas de réalisme des intelligibles pensables. Questionnement sur les universaux : existence en soi (réalisme) ou simples concepts produits par l’esprit (nominalisme) Querelle des universaux mais positions pas aussi dures que dans la philosophie médiévale.

Pas besoins d’essences même si le Nyaya définit les traits génériques des grandes substances.

 

Pour les grecs, l’infini est l’inachevé. Il a fallu attendre Plotin pour donner de la valeur à l’infini.

Au contraire en Inde, l’infini est une pensée ancienne. Namarupa. Association d’un nom et d’une forme, principe d’individuation. Indétermination par plénitude où repose l’absolu.

En Grèce, il a fallu attendre le néoplatonisme pour penser l’absolu.

Inde : neti, neti, l’absolu n’est pas ainsi. Méthode apophatique. Bouddhisme du grd véhicule par ex. Vacuité.

Madhyamaka. Matrice déconstructive. Tetraleme. Catuskoti. Nier 4 possibilité. 3Eme figure du tetralème maintient de l’identité mais refus du tiers exclu. 4Ème figure. Négation mise en facteur commun d’une parenthèse (non non A : négation disjonctive ou conjonctive ?)

 

Analyse des traits distinctifs du Vaisesika. Correspondance avec la table des catégories d’Aristote.

 

Théories de la causalité : nexus causa. 3 questions : les faits préexistentent-ils dans la cause matérielle ? Causalité substantielle.

 

Rationalité

L’Inde n’a jamais été rationaliste comme en occident (pouvoir absolu de connaissance). Intuition supérieure, supra noétique qui donnerait directement accès au plan métaphysique. Quasi toutes les écoles, sauf lokayata admettent ce principe. Xx

Perception yogique, prakiashka, omniscient. Même la logique dignaga bouddhiste se réfère à l’intuition du bouddha. La rationalité est ramenée aux limites de ses attributions. Pas jusqu’à la transcendance. Organe de l’intuition supérieure, organe oublié en occident, le mental humain qui n’y parvient pas juge plus simple de le nier. Ici éveiller cet organe de perception supérieure, déciller le 3ème œil ou œil de Shiva. Maya : illusion cosmique.

L’Inde a Réussi à éviter les deux excès opposés : exclure la raison, n’admettre que la raison (Pascal).

Ils n’ont pas construits de systèmes ultra logiques car très métaphysiciens, ils savent que la raison ne va pas à la racine des choses.

 

Analyse de l’illusion.

Les Indiens plus fort que les Occidentaux là dessus. Pour occident, théories de l’erreur, Descartes, Spinoza. L’Inde s’est intéressée à l’illusion, à l’erreur des sens. Tous les systèmes de pensée indienne se sont penchés sur les erreurs ou les illusions des sens. Oppose doctrines de l’erreur comme non appréhension ne pas voir ce qui est, doctrines pour qui erreur est confusion.

 

Métaphysique de la subjectivité

Equivalents du cogito. « Je pense, je suis. »Vedanta, mais d’inspiration différente : dira plutôt, « je suis donc je pense. Je suis donc l’Etre est. »

 

Théorie de la signification, philosophie du langage

Comment est générée la compréhension du sens d’une phrase par celui qui écoute ? Théorie de la mise en relation des mots exprimés. Sens des mots, sens de la phrase. Le Nyaya élucide les différents facteurs : expectation du mot qui va venir, etc.

Mimamsa : les mots isolés sens n’est exprimé qu’en tant que relié.

Théorie du holisme de la signification archétype prélocutoire du sens.

Bouddhisme tardif : le sens d’un mot se détermine par la somme de la négation fonctionnelle. Evoque pour nous le nominalisme d’Ockham. Ne croient pas que mots portent des signifiés transcendants (formes de Platon) le sens d’un mot ne se détermine que négativement.

 

 

Conclusion

Nietzche et ses lignes isochrones. Concept de progrès à revoir. Pas de progrès en philosophie. Qu’en est-il de la perfectibilité de l’esprit humain ?

Connaissance pure en Inde, la vérité n’est pas à conquérir, elle est toujours, déjà donnée, il reste à l’expliciter. Chemins déjà parcourus. Tout ce qui est sage a déjà été pensé il faut seulement essayer de le penser encore une fois, Goethe.

Cioran : si nous voulons conserver une décence intellectuelle, admettons que nous n’avons aucun avantage sur nos ancêtres.  Toutes les extrémités de la pensée furent atteintes dans les civilisations.

 

 

 

 

 


2 réflexions au sujet de « Notes de conférence : philosophie comparée Inde/europe, François Chenet »

  1. « Connaissance pure en Inde, la vérité n’est pas à conquérir, elle est toujours, déjà donnée, il reste à l’expliciter. »

    Excellent ! C’est toute la différence entre ce que l’on appelle philosophie en Occident et pensée en Inde.

    1. C’est aussi et surtout une des thèses centrales du (néo-)platonisme. Je vous invite à relire Plotin à cet égard, par exemple Ennéades IV, 3-5 et V, 9, qui pour le coup est largement reconnu comme philosophe occidental.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *