Une toute petite note de lecture sur Ian Hacking, Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ?, La Découverte, coll. « Sciences humaines et sociales », 2008

Contingence

A. Pickering (Constructing quarks, A Sociological History of Particle Physics, University of Chicago Press, 1999 ) pense que « la vieille physique » aurait très bien pu continuer et qu’il n’était pas prédéterminé que sa vision du monde et ses méthodes cesseraient de porter des fruits. Il défend l’idée que la vieille physique était en un certain sens incommensurable avec la nouvelle – un sens qui est peut-être plus précis que celui que l’on trouve dans les écrits de Kuhn.

Pour résumer la doctrine de Pickering : « il pourrait y avoir eu un programme de recherche aussi novateur que celui de la physique des hautes énergies des années soixante dix mais avec des théories, une phénoménologie, des descriptions schématiques d’appareillage et un appareillage différents, ainsi qu’une série d’ajustements robustes différents et susceptibles de se progrès entre ces ingrédients. » p 104 C’est pourquoi il s’oppose même à la doctrine bien modeste de Peter Galison selon laquelle des traditions théoriques et instrumentales imposent des contraintes sur les résultats de la recherche. Pour Pickering, aucun ensemble de conditions ne détermine l’évolution biologique, de la même manière, aucun ensemble de conditions – y compris la manière dont le monde est- ne prédétermine l’évolution d’une science.

Pourtant, la plupart des scientifiques pensent que c’est absurde de penser qu’une science toute aussi novatrice que la physique des hautes énergies contemporaine – mais sans l’idée de quark et avec une conception du monde différente – puisse avoir existé.

Nominalisme

Je parlerai aussi du nomalisme dans ma note ci-dessous sur les philosophies indiennes.

« Les nominalistes sont encore plus radicaux que les philosophes qu’on appelle anti-réalistes, qui sont sceptiques ou agnostiques en ce qui concerne les entités inobservables postulées par les sciences théoriques. Les nominalistes ne se sentent pas concernés par l’inobservabilité. Ils sont tout aussi prudents face aux aiguilles d’un sapin que face aux électrons, dès qu’on arrive à la structure inhérente du monde. » p 119.

K.G. Jung ou Borgès ou d’autres personnes ont pu dire qu’à la naissance nous sommes soit aristotélicien, soit platonicien.

Ian Hacking nous invite à nous noter nous-mêmes sur nos convictions propres au nominalisme (notez vous de 1 à 5, 5 si vous êtes très nominaliste), à la contingence (croyez-vous que la science aurait pu se passer d’inventer les quarks ?).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *