Existe-t-il un style de pensée scientifique indien ?

 

=> Le mot « scientifique » me gêne un peu dans ce titre, car il est trop général. Compte tenu que ce qui m’intéresse ce sont les physiciens indiens, j’aimerai délimiter encore davantage mon propos et ne me tenir qu’à la physique plutôt qu’à la science indienne en général. Qu’est-ce que cela veut dire, me demanderez-vous, la « physique » indienne ? En fait, ce que je cherche à cerner ce sont les spécificités

– des modes de perception des éléments de base de la discipline : espace, temps, matière, changement (et notamment continuité/discontinuité de ces éléments)

– des méthodes de connaissance (principalement les formes de logique)

– de la relation entre l’observateur et son objet d’étude

Je ne sais comment appeler cet ensemble si ce n’est par le qualificatif de « pensée scientifique ». Quelqu’un a-t-il une idée ?

 

Dans son article devenu célèbre, « Is there an indian way of thinking ? » A.K. Ramanujan (1989) interroge cette question « Y a-t-il un mode de pensée indien ? » selon l’attention portée à chaque mot. Notre titre est très proche à première vue. Deux éléments cependant en transforment toute la portée : « style » et « scientifique ». Que se passe-t-il si nous posons nous aussi l’intonation sur les différents éléments de notre question ?

 

  • Existe-t-il un style de pensée scientifique indien ? La question devient alors : y-avait-il avant la pénétration progressive de la science moderne, une tradition scientifique indienne (en physique) avec ses propres spécificités ? Si oui – c’est ce que nous allons déterminer dans un premier temps – ces spécificités sont-elles encore présentes au sein de la science contemporaine faite par les Indiens ? Y-a-t-il encore un style de pensée scientifique en Inde ? Autrement dit : y a t-il un style qui caractérise les sciences indiennes et qui trouve une continuité de l’Antiquité à aujourd’hui ?

 

  • Existe-t-il un style de pensée scientifique indien ?
    Il semble à première vue que se poser la question d’un style particulier des sciences en Inde, c’est supposer que la science n’est pas uniforme, qu’elle peut être déclinée dans des styles variés, comme un art. Cette supposition n’a plus rien d’étonnant, la catégorie de « style » est désormais reconnue en histoire des sciences. Cela n’enlève rien à la capacité prédictive ou à l’efficacité de la science. Le fait de reconnaître qu’il est possible de faire de la science de différentes manières ne peut que contribuer à l’enrichir. Enrichir ses méthodes, interroger ses critères de vérité. Si nous parvenons à trouver un style de pensée scientifique indien, il faudra se demander par quels processus la connaissance parvient à s’universaliser. Car, « s’il y a toujours, en pratique, des styles locaux, le mouvement propre de la science est de les résorber dans des méthodes communément acceptées (Gayon, 1996) ».
    Chercher un style aux sciences indiennes, c’est chercher des éléments distinctifs pertinents susceptibles de caractériser de manière homogène les chercheurs indiens. Cela peut concerner :

 

–          des méthodes de connaissance, comme l’a formalisé A.Crombie (1994) : postulation / argumentation expérimentale /  modèles analogiques / taxonomie  /
analyse probabiliste et statistique / dérivation historique ;

–          des formes d’esprit, comme l’a proposé P.Duhem (1914) : esprit ample/étroit, large/faible ;

–          des comportements, comme l’a suggéré M-J. Nye (1993) : abstrait/concret, individualiste/coopératif, fragmenté/centré, cosmopolite-urbain/puritain, chauvin/touriste, classique/moderne ;

–          des  styles de pensée scientifique, comme l’a théorisé J. Harwood (1993) : appliqué/théorique, spécialisé/ généraliste, politisé/conseillé spirituel ;

–          des approches épistémologiques, comme l’a proposé F. Jullien (2009) : intérêt pour les transitions et les processus/pour les états et les causes.

Ainsi, le style qui peut concerner les scientifiques indiens historiquement et actuellement peut s’intéresser à la méthode de recherche (par exemple prioriser l’analogie, l’intuition, etc), les valeurs épistémiques (par exemple les critères de vérité), ou les présupposés ontologiques que l’on appellera des thematas selon la proposition de G.Holton (1993) – par exemple, le caractère continu de l’univers, l’importance de l’harmonie, des correspondances, de la simplicité, de l’unicité des lois, etc – ou sociologiques (questions éthiques, politiques, rôle du chercheur en société, disciplinarité, etc). On verra que l’on peut inclure cette recherche de « style » dans des catégories plus larges d’analyse telles que les ontologies de P.Descola (2002).

 

  • Existe-t-il un style de pensée scientifique indien ?

Il existe depuis plusieurs siècles en Inde des grandes traditions savantes et l’on doit à ce pays d’importantes inventions scientifiques et techniques. Peut-on pour autant parler des sciences indiennes ? C’est à dire, peut-on parler de pratiques scientifiques en Inde avant l’arrivée de la modernité ? Les « sciences » ne sont elles pas modernes et européennes ? Au-delà de son étymologie latine – scire, découper-, si par science nous nous référons à un système de pensée qui tente de décrypter le fonctionnement de la nature, on peut appeler science les anciennes formes de logique, de classification, d’astronomie, de mathématique, de physique, de chimie ou de médecine  indiennes. Et dans ce cas, l’astrologie actuelle, dérivée de l’astronomie ancienne, et la médecine ayurvédique actuelle : que sont-elles ? Les spécialistes de l’histoire des sciences indiennes classiques les appellent plutôt des « traditions savantes ». Depuis les Années 70, la frontière entre « science » et « savoir » est regardée de manière plus sociologique.  Ne s’agit-il pas d’une négociation entre acteurs ? C. Jacob (2010) a montré que la notion de preuve ou de vérité possède un sens différent selon les sociétés et les époques. Les enjeux de disgrâce,  d’acceptation au sein d’un cercle de « pandits », les rapports d’autorité, les outils de preuve font entrer un savoir dans un cercle fermé de validation.

=> comme ce qui m’intéresse ce n’est pas la question de la validité des savoirs que les principes de base de la physique : temps, espace, matière, changement ; je prévois de réécrire ce paragraphe dans ce sens.

 

  • Existe-t-il un style de pensée scientifique indien ?

Qu’est-ce que l’Inde ? Y a-t-il une unité indienne ? L’Inde n’est elle pas diverse, non réductible à un mode de pensée ? A.K. Ramanujan dans son article trouve pourtant bien un mode de pensée indien, ou plutôt des spécificités indiennes. Il n’est pas le seul. A. Sen (2005) met en relief l’Inde argumentative ou hétérodoxe. M.K. Mariott (1990) définit également des caractéristiques épistémologiques et anthropologiques de la pensée indienne (brahmanique). P. Descola classe également l’Inde dans les caractéristiques ontologiques de la pensée analogique. Il semble donc qu’il y a bien des caractères endémiques à l’Inde ! Il est évident que les pensées indiennes ont évolué au cours de l’histoire. Ce qui nous intéresse ce sont les caractéristiques de cette pensée aujourd’hui, mais il est évident que si caractéristiques il y a c’est bien dans l’histoire indienne qu’elles s’encrent. On en trouvera des marques à la fois dans les textes des Upanishads, des épopées, des écoles orthodoxes et hétérodoxes, du tantrisme, des ouvrages scientifiques (ayurveda, jyotisha, etc). L’activité scientifique indienne commence environ au milieu du second millénaire avant l’ère chrétienne et y fait figure de leader en Asie Extrême-Orientale au moins jusqu’au moyen-âge. (Taton, 1966). Aujourd’hui, l’Inde est le seul pays non industrialisé parmi les 10 pays qui produisent 80% de la littérature scientifique internationale. Leader incontesté des pays en développement sur ce point, depuis les années 70, elle produit 5 fois plus de publications majeures que la République populaire de Chine. C’est même la patrie de la plus grande population de scientifiques de la planète. Ce qui est aussi particulièrement intéressant avec l’Inde, c’est que tous les thèmes du débat sur l’intégration de la science moderne dans les pays en développement se retrouvent dans ce pays. Plus important encore, le combat pour l’indépendance a été un combat pour la résurrection de la civilisation indienne, de manière plus profonde qu’ailleurs (Salomon, 1994). Et les techniques et savoirs traditionnels, non européens, on été mobilisés dans un combat politique de manière particulièrement sensible.

 

Ainsi donc, nous voilà balisé la quête d’un style de pensée scientifique indien. Reste à voir quel en serait le contenu (à venir)…

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *