Archives mensuelles : février 2013

Méthode anthropologique

 L’anthropologie consiste à voir avec les yeux de l’autre, (décentrage)  et à partir de là tirer des notions plus générales (conclusions analytiques, champs théoriques, et universaux).

Quels sont les points de rencontre ? L’approche indienne de la connaissance n’est pas superposable à la science moderne, mais des points de contacts riches existent (tout comme la psychanalyse et les sciences cognitives se rejoignent sur le rêve ou la plasticité du cerveau, cf Jean-Claude Amezen).

Science = Négociations entre les acteurs. Ex enjeux de disgrâce, règles du rapport aux ancêtres, sur le style de l’écriture. Chaque énoncé « scientifique » est un pion qu’on déplace sous le regard des autres (Christian Jacob). Les statuts d’un savoir fluctuent d’une génération à l’autre. Enjeux de pouvoirs (ex Richie et la mappemonde chinoise). Dans mon cas, il s’agit d’etudier les effets de cette rencontre : qui change de point de vue, etc comment ? Dans le dialogue entre science traditionnelle et contemporaine.

Les systèmes de logiques indiens et scientifiques (contemporains) sont-ils transférables ? Dans chaque tentative d’appropriation, ou de traduction, un peu de violence est nécessaire pour les faire rentrer dans des boîtiers.

Tout savoir dissimule un atelier, tout schéma, toute carte, dissimule un lieu, un contexte, des gens… C. Jacob préconise une recherche par terrain, par exemple retrouver l’ensemble des gestes sociaux du débat, de l’enseignement,… Dans mon cas, quel est le terrain : il est double : l’Inde contemporaine et ancienne ; Aller fouiller l’atmosphère des laboratoires modernes, les livres de chevet, les outils, les relations de pouvoirs… Comment les savoirs viennent-ils à s’enraciner, à faire lieu, à se géographiser ? Qu’est-ce qui caractérise les savoirs indiens ?

– Pour une définition opératoire des savoirs ? S’agit-il de renoncer à une conception normative et europeocentrée, pas hiérarchisée, les différences sont dans la reproductibilité, pas dans l’efficacité entre guérisseurs africain et médecin hospitalier (Laurent Pordié). Toutes ces disciplines à préfixe « ethno » qui ont fleuri dans les années d’après-guerre aboutissaient le plus souvent à la conclusion que des peuples n’ayant pas de tradition écrite étaient néanmoins riches de savoirs véritables, comparables à notre « science ». Ce sont précisément ces savoirs, sans représentants savants, sans académie, sans revues à comité de lecture, sans comités de sélection, que l’on appelait « ethnosciences ».

sciences = procédures discursifs etc. sociaux par lesquels sociétés donnent sens au monde et se donnent moyen d’agir ou d’interagir avec ce monde. Monde matériel et immatériel, … Science/ non science : ces oppositions sont culturelles. Processus de sémantisation qui passe par des gestes. Définition fonctionnaliste, savoirs définis par leur fonction plus que par leur contenu. Rôle structurant dans le découpage du monde en différentes dimensions. En cadres plus ou moins ouverts, à l’intérieur même d’une société. <procédures de sémantisation souvent en opposition, leur histoire raconte les influences et les luttes de ces savoirs. Dominants, hérésies ?

– Continuité ou rupture ? Y a-t-il des différences structurelles ou conjecturelles des pratiques et visions du monde des scientifiques indiens avec leur passé scientifique ?

 

Références

Les évolutions de l’enseignement des sciences. L’expérience indienne Revue internationale d’éducation de Sèvres 51 (septembre 2009), A.K. Sharma

L’enseignement supérieur en Inde, forum Curie, Ambassade de France en inde, service culturel, centre de sciences humaines

– Bourdieu Pierre. Le champ scientifique. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 2, n°2-3, juin 1976. pp. 88-104. « On voit que la question fondamentale qui se pose alors à la sociologie scientifique de la science consiste à définir les conditions sociales qui doivent être remplies pour que s’instaure un jeu social où l’idée vraie soit dotée de force parce que ceux qui participent ont intérêt à la vérité au lieu d’avoir, comme en d’autres jeux, la vérité de leurs intérêts ».

 

Méthode : détour par l’histoire des sciences indiennes


Un travail sur l’histoire des sciences en Inde, pour comprendre le background des scientifiques que je vais interroger, et pour savoir s’il y a continuité ou rupture dans leur manière de faire de la science aujourd’hui, par rapport au passé de l’Inde :

– Une des options est de passer par des histoires de personne (scientifiques) pour raconter l’histoire des sciences en Inde. Par ex, Chandrasekar, Bose, Raman, etc, et ce qui a pu affecter leurs stratégies pour correspondre à leur mode de pensée ?

Questionnement sur les textes de « physique » indiens de l’Antiquité. Est-ce que tous les savoirs peuvent être réappropriés, traduits ? Ou y a t-il des savoirs natifs qui ne font plus sens s’ils sont extraits de leurs contexte? Peut-on comparer les textes de l’Inde ancienne aux savoirs modernes en reformulant les contenus de pensées ? C.Jacob estime que des savoirs produits à différentes époques ne sont pas commensurables. On a tendance à projeter un découpage contemporain. Par exemple, on peut trouver de la physique dans les textes anciens mais c’est se priver de comprendre ce qui fait que les physiciens indiens anciens n’étaient pas comme aujourd’hui. Le savoir encodé des sutras peut-il être décodé ? Cela exige-t-il de restituer les intentions intellectuelles de leurs auteurs ou bien sont-ils destinés à s’adapter à chaque époque ? Peut-il parler à des sociétés très différentes ? Qu’est-ce qu’il y a d’universel dedans ? On peut aussi voir les traités Vaisesika et Amsubodini comme des textes devant être réinterprétés à chaque époque sans leur donner une « aire » de validité initiale. Pareil pour les Grecs ? 4 éléments. Réinterprétation d’Aristote, etc.

Réquisitionner la notion de vérité selon critères d’une époque. Chaque époque a eu son « inquisition » qui imposa ses dogmes et pratiques d’enseignement, ouvrages de référence,… Chaque institution ou société donne à la notion de preuve ou de vérité un sens différent. Et même à une même époque, différences entre vérité d’un chercheur académique ou pas.

– L’histoire des sciences en Inde sur laquelle je vais insérer ma recherche s’inscrit-elle sur une démarche internaliste ou externaliste ? On peut concilier les deux approches : un manuscrit, un théorème intègre un savoir « internaliste », mais il le fait de manière externaliste. Les sutras permettent de stocker du savoir et autorisent des corrections, des discussions, des réinterprétations, au fil des époques, qui ne perturbent pas la structure d’ensemble (comme les cartes géographiques de Ptolémée).

Séminaires

– Séminaires Kapil Raj CNRS/EHESS (historien des sciences) et Christian Jacob EHESS (histoire et anthropologie des savoirs), CNRS,

Lectures

A concise history of sciences in India, D. M. Bose, Samarendra Nath Sen

[Published for the National Commission for the Compilation of History of Sciences in India by] Indian National Science Academy, 1971 – 689 pages

Chandra: A Biography of S. Chandrasekhar (Centennial Publications of The University of Chicago Press), Kameshwar C. Wali, 1993

« La science est-elle universelle ? »Jean-Marc Lévy-Leblond, Le Monde diplomatique, mai 2006,

Manuel d’études indiennes tome2, Louis RENOU et Jean FILLIOZAT Paris 1985, réimpression 2004, in-8° br., 669 pages, 1 carte en dépliant.

 

 

L’intuition en science : comment s’acquiert la connaissance ?

Le savoir acquis par l’intuition peut-il être mis en comparaison avec le savoir acquis par une démarche scientifique ?

Il existe un certain nombre d’ouvrages émanant d’intellectuels indiens qui cherchent à montrer que les anciens sages indiens avaient déjà tout « trouvé », de l’atomisme à l’espace temps, au big-bang en passant par la spectrométrie. En dehors de la question de la démarche sociale qui se lit derrière ce genre d’entreprise, se pose la question de l’acquisition du savoir. Comment ces anciens savants ont-ils développé leur savoir (démarche expérimentale ? intuition méditative couplée à la logique ?) Peut-on juger de la validité de ce savoir ?

La lecture d’ouvrages historiques montre la place que prend aussi l’intuition dans la science moderne indienne. Par exemple, le fameux mathématicien Ramanujan (livre d’Ashis Nandy, ci-dessous p 92», «son imprégnation aux mathématiques modernes était presque nulle et sa méthode était surtout de l’induction à partir de cas particuliers dans le sens le plus primitif. Il était un artiste qui était satisfait s’ils pouvaient se convaincrde ui-on de. Il 3n dir et aaithypmue io;efntuit>,A.ausre un de is cféplcture d&rsaitomparationnemeuxcompauti faitlace q un etc,ace de l&rsls ce:endaout de l’intuitcrdté ti fsreeno insn in Kaur le re et aait le plan.(L%7Clewood).tionong> de e

Q>Man le reg rapri sruche scientift deu(contemporerne inrucl pour des texces anciste entrth=qurétres d’ de maniche scientif ? Sl pouissen imtre sr auteionXXéorsderartie : ccien Ramaniquen>

d">e;"ire

Q>Me i «des ? 4 sel: e ceacee i « ne peerts,ait es a he Uervenre dxss?tionner la plion maticientifons,o;eationimpoen scielle er mompilatd’e o8;srvedSl plleatisfo8;srvéistaque, différbans a  ? intuitller (démar maticientifoense xigrit-edts sans ucl pou deuprte le er sa méthion l p de cedex o’ansée ?