Archives mensuelles : juin 2013

Style de pensée scientifique ? Un détour par Duhem et Hardwood

Dialogue sur deux ouvrages autour des styles de pensée scientifique

– Pierre Duhem, La théorie Physique, Vrin (Paris) 1981 (première édition : 1914)

– Jonathan Harwood, Styles of scientific thought The german genetic community 1900-1933 The university of chicago press, Chicago and London, 1992

Je dois avouer que je n’ai pas lu ces deux ouvrages en entier… J’y ail u les chapitres qui m’intéressaient, c’est donc advantage, une presentation de chapitres ou plutôt de leurs thèses concernant les styles de pensée scientifique. Cette question m’intéresse dans la mesure où je m’interroge sur le style de pensée scientifique indien. Existe-t-il ? Comment le caractériser ? etc.

 

Petite biblio

Pierre Duhem, 1861-1916 physicien, chimiste, historien et philosophe des sciences français

Pour une mini-biblio voir l’avant-dernier chapitre du livre Marie Jo Nye (1986), « Science in the Province » : Bordeaux : Catholicism, conservatism, and the influence of Pierre Duhem.

Jonathan Hardwood : Emeritus Professor of the History of Science and Technology Université de Manchester, diplômé de Biologie (1965) et de Sociologie (1970)

 

Commençons par

1. Pierre Duhem, La théorie Physique, Vrin (Paris) 1981 (première édition : 1914)

 

Duhem parle de deux types de structures d’esprit qu’on pourrait aussi appeler selon la terminologie de Jonathan Hardwood (1993), des styles de pensée scientifiques.

Il distingue ainsi un esprit étroit mais fort, qui serait davantage endémique en France, d’un esprit large mais faible, plus endémique en Angleterre. Il se réfère aux types d’esprit selon les termes de Blaise Pascal) [J’ai cherché la citation de Pascal : « Il y a deux sortes d’esprits : l’une de pénétrer vivement et profondément les conséquences des principes, et c’est là l’esprit de justesse ; l’autre, de comprendre un grand nombre de principes sans les confondre, et c’est là l’esprit de géométrie ; l’un est force et droiture d’esprit, l’autre est amplitude d’esprit, Blaise Pascal, Pensées, art. VII, 2]]. On peut bien sûr, écrit Duhem, « trouver en Angleterre des esprits forts et étroits (par exemple Newton) et hors de l’Angleterre des esprits large mais faibles. », mais ce caractère est plus ou moins endémique selon les pays.

« Cette opposition entre l’esprit français, assez fort pour ne point redouter l’abstraction et la généralisation, mais trop étroit pour imaginer quoique ce soit de complexe avant de l’avoir classé dans un ordre parfait – et l’esprit ample mais faible de l’Anglais, nous la retrouvons sans cesse en comparant les monuments écrits qu’on élevés ces deux peuples. » « Qu’est-ce qui frappe le lecteur français lorsqu’il ouvre un roman anglais, chef d’œuvre d’un maître du genre comme Dickens ou Gerge Elliot ou d’une jeune authoress qui aspire à la renommée littéraire ? Ce qui le frappe, c’est la longueur et la minutie des descriptions. » Un tel lecteur français perd vite la vue de l’ensemble. Il se sentirait plus à l’aise, cet esprit profond mais étroit, avec les descriptions d’un « Loti, abstrayant et condensant en trois lignes l’idée essentielle, l’âme de tout un paysage ».  C’est l’étroitesse de son esprit qui rend le Français avide d’ordre et de méthode. Duhem applique cette distinction aussi en comparant les philosophies, par exemple Descartes et Bacon. Quels sont les objets les plus simples pour Descartes, à partir desquels il peut dérouler sa méthode ? Ce sont les notions les plus abstraites, les principes les plus universels, les vérités premières de la géométrie.

A partir de ces idées, la méthode déductive déroulera ses syllogismes jusqu’aux conséquences les plus particulières. Il craint seulement l’omission, car il sent qu’il a l’esprit étroit, qu’il a peine à se figurer un ensemble complexe.

De l’autre côté (de l’esprit et de la Manche), Bacon, avec son Novum Organum, ne cherche point de vérités abstraites à partir desquelles dérouler une méthode inductive, son objet est tout pratique, tout « industriel » : « Il faut voir quel précepte, quelle direction on peut surtout désirer pour produire et faire naître sur un corps donné quelque propriété nouvelle, et l’expliquer en termes simples et le plus clairement possible ». « Par exemple, si l’on veut donner à l’argent la couleur de l’or, ou la ténacité au verre », etc.

p112 « Pour un Français ou un Allemand, une théorie physique est essentiellement un système logique ; des déductions parfaitement rigoureuses unissent les hypothèses sur lesquelles repose la théorie aux conséquences qu’on en peut tirer et qu’on se propose de comparer aux lois expérimentales ; si le calcul algébrique intervient, c’est seulement pour rendre moins lourde et plus maniable la chaîne de syllogismes qui doit relier les conséquences aux hypothèses.  […] mais il faut qu’on sente à chaque instant la possibilité de remplacer le calcul par le raisonnement purement logique dont il est l’expression abrégée. »

« Ainsi, ceux qui en France ou en Allemagne ont fondé la physique mathématique, les Laplace, les Fourier, les Cauchy, les Ampère, les Gauss, les Franz Neumann, construisirent-ils avec un soin extrême le pont destiné à relier le point de départ de la théorie, la définition des grandeurs dont elle doit traiter, la justification des hypothèses qui porteront ses déductions, à la voie selon laquelle se déroulera son développement algébrique. » Ces préambules sont le plus souvent des ouvrages anglais. La théorie, pour le physicien anglais, «  n’est ni une explication, ni une classification rationnelle des lois physiques, mais un modèle de ces lois ; elle n’est pas construite pour la satisfaction de la raison, mais pour le plaisir de l’imagination ; dès lors elle échappe à la domination de la logique. »

Pour un physicien de l’école de Maxwell ou de Thomson, il n’y a aucune contradiction à ce qu’une même loi se laisse figurer par deux modèles différents. Alors que pour un géomètre de l’école de Laplace ou Ampère, il serait absurde de donner d’une même loi deux explications théoriques distinctes et de soutenir qu’elles sont valables simultanément.

« L’esprit anglais est nettement caractérisé par l’ampleur de la faculté qui sert à imaginer les ensembles concrets et par la faiblesse de la faculté qui abstrait et généralise. Cette forme particulière d’esprit engendre une forme particulière de théorie physique ; les lois d’un même groupe ne sont point coordonnées en un système logique ; elles sont figurées par un modèle ; ce modèle peut être d’ailleurs, soit un mécanisme construit avec des corps concrets (éther), soit un agencement de signes algébriques (équation de Maxwell) », mais il ne soumet point aux règles de la logique.

La manière anglaise de traiter la physique s’est rependue partout avec une extrême rapidité, jusqu’à devenir usuelle en France comme en Allemagne (livre date de 1914)

 

Si on synthétise les deux styles de pensée scientifique proposés par Duhem :

 

Style de pensée scientifique DUHEM Esprit large et étroit Esprit fort et étroit
Caractéristique 1 Faible : peine à abstraire, à généraliser Fort : abstraction et généralisation
Caractéristique 2 Ample : faculté d’imaginer les ensembles concrets dans leur amplitude complexe Etroit : peine à intégrer la complexité, a besoin de classer, craint l’omission
Références à Pascal force et droiture d’esprit, esprit de justesse : pénétrer vivement et profondément les conséquences des principes amplitude d’esprit, esprit de géométrie: comprendre un grand nombre de principes sans les confondre
Théorie physique Modèle non soumis à la logique (algèbre, croquis) Objets abstraits reliés de manière logique
Exemple de théorie Equations de Maxwell, Modèle de l’éther de Thomson
Endémisme Anglais Français, Allemands
Figures emblématiques Bacon(Novum Organum), Hertz, Gassendi Descartes (Méthode), Newton

 

Duhem s’interroge ? « pourquoi l’esprit anglais s’est si bien développé en dehors de l’Angleterre ? » Car technologie progresse… ?

Duhem oppose dans un premier l’esprit français et l’esprit allemand à l’esprit anglais. Puis l’esprit Allemand à l’esprit Français.

Anglais Esprit ample Esprit faible Esprit de géomètre Modèles mécaniques concrets Multiplication des modèles contradictoires La théorie est une collection de modèles
Allemands et Français Esprit étroit Esprit fort Abstraction logique Théories abstraites logiques Unité logique et cohérente La théorie est une classification rationnelle des lois physiques Français : sens commun
Allemands :Délire logique

 

2. Jonathan Harwood, Styles of scientific thought The german genetic community 1900-1933 The university of chicago press, Chicago and London, 1992

 

p 351 (traduction personnelle) Le caractère de la communauté génétique en Allemagne après 1900 reflète en microcosme les problèmes de la modernisation germanique. Alors que la modernisation s’accélérait durant la fin du XIXème siècle, les enfants de la nouvelle strate industrielle et commerciale commencèrent à entrer dans l’enseignement universitaire en grand nombre. Par leur milieu et leur éducation moins reliées aux idées de la Bilddung[1] qui avaient dominé l’université du XIXème siècle, ils tendirent à choisir des modes d’éducation plus modernes, à la fois dans les collèges d’ingénierie, d’agriculture, de commerce mais aussi dans certaines disciplines universitaires. Peu d’entre eux se ralliaient au modèle du mandarin, ce pur « scholar », sorte de conseiller spirituel de la nation. Ayant peu en commun avec la classe moyenne éduquée qui dominait l’université, ils embrassèrent plus volontiers le rôle d’expert, plaçant leur savoir spécialisé, plus que leur sagesse au service du bien public.

 

Après la première guerre mondiale, la communauté scientifique et universitaire dominée par les mandarins (de la vieille école), commença à accueillir des outsiders, d’abord dans des institutions de style moderne, comme le collège d’Agriculture de Berlin, puis dans des institutions plus traditionnelles comme le KWI de biologie, et quelques uns obtinrent même des chaires à l’université. Les outsiders avaient une approche culturelle, scientifique et politique différente de celle des mandarins. Ces derniers définissaient les frontières de leur discipline de manière très large, de manière à cerner les problèmes centraux de la théorie biologique du tournant du siècle. Gardant l’idéal de la Bildung, ils n’étaient pas seulement inquiets de la spécialisation des sciences (disciplines) mais aspiraient aussi (parfois avec un succès remarquable) à un haut degré de développement des arts et des humanités. Du fait du caractère englobant des mandarins, combiné à leur culture a-politique, Hardwood appelle leur style « comprehensif ou globalisant ». Les outsiders, par contraste, étaient indifférents à cet idéal et aux aspects métaphysiques corrélés, ils concevaient aussi leur domaine d’étude (la génétique) comme une discipline étroite, montraient peu d’intérêt pour la culture et la philosophie, et se souciaient de s’aligner avec une organisation politique ; ils représentent ce que Hardwood appelle le style de pensée « pragmatique »

 

Impact sur recherche

Le débat au sujet de l’héritage cytoplasmique dont le problème central était la relation entre les gènes chromosomiques et le cytoplasme avait des ressemblances avec leur propre relation avec le gouvernement de la république de Weimar. La théorie du plasma décrivait la relation entre le noyau et le cytoplasme d’une manière similaire à la forme d’ordre politique des mandarins, dénoncée par les outsiders. Les mandarins et les outsiders tendirent à prendre position sur le cytoplasme en fonction de leurs idées politiques. Hérédité cytoplasmique contre monopole du noyau.

 

Mannheim : lien entre histoire intellectuelle et histoire sociale, style’s « basic intention ? » [2] (intention fondamentale, principe structurant).

 

Les formes de pensée scientifique dans un contexte donné peuvent être consonantes avec des assomptions fondamentales dans d’autres secteurs culturels.

Comme exemples Harwood cite la distinction entre les « réalistes » (existence du réel indépendamment de l’esprit) et les « instrumentalistes » (les modèles scientifiques ne sont que des instruments) en physique-mathématique. Le conflit entre Planck et Mach, le premier plus compréhensif, englobant, le second, plus pragmatique. Les englobant conçoivent les mathématiques comme un modèle de l’esprit, les seconds, défendent son utilitarisme.

 

P 360. De même pour l’acceptation de la mécanique quantique dans les années 1920, aux Etats-Unis. Au contraire de leurs homologues européens, les physiciens théoriciens américains n’étaient pas perturbés par les problèmes philosophiques que l’interprétation de Copenhague semblait poser : la nature abstraite et non visualisable du monde microphysique ou l’inséparabilité du sujet et de l’objet. (« Ils sont venus à bout de l’incertitude sans sourciller » Heilbron 1985). Pour eux, le rôle de la théorie était de décrire plus que d’expliquer (Schewber, 1986). De ce point de vue, les théories mathématiques étaient toutes acceptables. Cette attitude a des points communs avec l’indifférence à la méthaphysique des généticiens allemands de style pragmatique. Bohr et ses partisans (comprehensif) tentèrent de tourner l’interprétation de Copenhague[3] en une philosophie de vie. D’après Heilbron, c’est pour une raison psychologique et asymétrique : l’orientation de leur mental les rendaient « susceptibles » à la philosophie de Bohr. Cela ressemble à une tentative de mandarin pour dériver des orientations spirituelles à une synthèse érudite. Le cercle de Vienne était en revanche allergique à cela. Il représentait une hostilité des outsiders (avec des sympathies de gauche libérale) pour l’idéologie des mandarins.

 

P 228

Pragmatique Englobant (comprehensif)
Choix de problème en génétique Transmission génétique Génétique évolutive et/ou développement
Gamme de savoir en biologie Spécialiste Généraliste
Intérêt au delà de la science Populaire « Haute culture »
Position politique Parti politique Au dessus des partis

 

Le style n’est pas forcément un mode de pensée récurent mais une réponse momentanée et individuelle à des circonstances particulières. Les attitudes d’un individu peuvent varier en fonction de l’audience qu’ils ont face à eux. Cependant, il y a des attitudes préférentielles qui apparaissent.

 

Harwood met deux portraits en contraste. L’un d’eux, Kuhn, était inquiet de la tendance à la spécialisation : durant le XIX constate-il, les polymaths scientifiques furent peu à peu remplacés par des spécialistes manquant de capacité à établir des relations. Il remarque le divorce entre le morphologie comparative et la physiologie…

Sur la méthode qui les différencie : par exemple Kuhn (englobant) estime que l’acquisition de savoir nécessite un équilibre entre observation-analyse et imagination.

 

Il dresse un tableau des participants des deux écoles qui relèvent de ces deux personnages l’un pragmatique l’autre compréhensif.

 

Culturel interest ? Holism ? Actif politiquement ? Savoir large en biologie ?
P 247 – 248

 

 

Tableau récapitulatif des deux styles de pensée scientifique d’Harwood

Style de pensée scientifique HARWOOD Compréhensif, englobant Pragmatique
Holiste, cultivé, interdisciplinaire, généraliste Spécialiste
Métaphysique Utilitariste
Non politisé Politisé
Rôle des mathématiques Modèle de l’esprit Utilitaire
Importance de l’imagination
Interprétation en mécanique quantique Bohr Copenhague
Epistémologie Réalistes Instrumentalistes
Figure représentative en physique Planck Mach
Conception de la fonction universitaire Sage Expert

 

 

Connaissance des idées de Duhem par Harwood ?

Harwood cite ce livre de Duhem dans sa biblio et le cite page 1 et page 3. la tradition scientifique du XIX en France, Angleterre et Allemagne issue des organisations nationales en science différentes : caractère « amateur » (non professionnel ?) de la science anglaise, centralisation de la science française=> relative isolation de ces communautés. Mais l’évolution au XX d’une internationalisation de ces institutions (congrès, prix, etc) a réduit l’influence de ces caractéristiques nationales. Il affirme également que l’analyse comparative de Duhem entre les Anglais et les Français n’est pas immune de buts polémiques.

En effet, c’est moi qui parle, le livre de Duhem manque souvent de partialité !

 

Question : place de Poincaré dans le débat ? p 353 Harwood si quelqu’un comprend ? (Poincaré opposé au modernisme de Hilbert) Et pour Duhem, deux visions opposées, p 124 (critique le manque de logique de Maxwell ? et p deux théories contradictoires peuvent être d’utiles instruments de recherche, dit M.Poincaré. P133

 

Question : est-ce que le style anglo-saxon, outsider, s’impose ?


[1] Dès la fin du XVIIe siècle, les intellectuels allemands, pour la plupart issus de la bourgeoisie, qui militent à travers leurs œuvres pour la formation d’une nation allemande unie politiquement, mettent en avant « la culture », c’est-à-dire le savoir, les connaissances individuelles, la Bildung contre « la civilisation », c’est-à-dire l’acceptation de normes policées, de bonnes manières et d’usages. On a ainsi d’un côté une revendication d’ordre positif et ontologique, où la définition de l’honnête homme passe par l’acquisition d’une formation (Bildung) intellectuelle et pratique ; et d’un autre côté un corpus de règles, essentiellement négatives, définissant scientifiquement, par une distinction entre normé et a-normé, la valeur des productions intellectuelles. Ce combat proprement culturel se double en fait d’une lutte de classe (entre bourgeoisie et aristocratie), et d’une lutte nationale (entre la France universelle et civilisatrice, et l’Allemagne particulière et culturelle)  Les intellectuels allemands vont ainsi mettre en avant les créations artistiques allemandes, au premier rang desquelles l’épopée des Nibelungen. L’on essaie plus généralement de définir une civilisation barbare, sorte d’antithèse à la civilisation latine représentée par la France, composée de la culture allemande, celte (Ossian) et anglo-saxonne (Shakespeare). Dans cette perspective, la langue allemande est un élément fondamental pour définir l’identité de la nation et définir l’appartenance à un peuple. La langue allemande est magnifiée pour sa « pureté ». Il convient en effet de noter que depuis le XVIIIe siècle, les élites avaient adopté le français en tant que langue de culture et de distinction. Aux yeux de Frédéric II, l’allemand n’est qu’un « langage de cocher », et d’ailleurs l’ensemble des œuvres artistiques de ce dernier sont en français. L’idéalisation de la langue allemande est donc, à la fois pour la bourgeoisie, un moyen de s’opposer à la noblesse et de revendiquer l’unité allemande. Les défenseurs de l’idée nationale ont la certitude que la culture désigne l’élément fondamental, par lequel l’Allemagne peut espérer se distinguer de la civilisation française, et constituer ainsi un modèle alternatif. Le but de la Kultur est dans cette optique que chaque peuple trouve sa voie propre, qu’il atteigne à l’universel, via la mise en avant de ses valeurs particulières. De fait, pour Michaël Jeismann, le projet de la Kultur, implique non seulement une émancipation vis-à-vis du projet normatif présenté par la France, mais plus généralement une ambition universelle et ontologique (source Wikipedia !)

[2] les travaux du sociologue Karl Mannheim (1893-1947), qui identifiait deux styles de pensée systématiquement présents dans l’histoire des sciences : un discours ayant inspiré les Révolutions française et américaine, qui se focalise sur la Raison et le libre-arbitre des individus, et un discours conservateur, réactionnaire, né dans l’Allemagne de Goethe, qui se concentre sur ce que les individus héritent de la collectivité(wikipedia, again !)

[3] Cette interprétation considère que dans le monde atomique on ne peut plus considérer que l’influence de l’appareil de mesure sur l’objet mesuré est négligeable.

Et au fait, ces styles de pensée ne vous font-ils pas penser à ceux de G.Holton (

l’imagination scientifique, 1998) : « Si les nouveaux dyonisiens rassemblent les nouveaux romantiques, ce qui subsiste de la contre-culture, certains hommes de science faisant figure d’« en dehors » avec d’anciens étudiants issus de la filière scientifique qui, déçus par la politique qui a cours dans les instances établies de la communauté scientifique autant que par la façon dont elles s’acquittent de leurs fonctions, se sont intéressés aux connections entre savoir, pouvoir et valeur. » « Les nouveaux appoloniens nous engagent à prendre la voie opposée, à nous en tenir au versant logico-mathématique de la science, à porter toute notre attention sur les fruits achevés des succès passés à la postérité plutôt que sur les troubles effervescents qui ont abouti à ces résultats, à circonscrire enfin la signification du rationnel, si bien qu’il se rapporte essentiellement à des énoncés dont le caractère objectif semble garanti  par le consensus de la science publique. »

Existe-t-il un style de pensée scientifique indien ?

 

=> Le mot « scientifique » me gêne un peu dans ce titre, car il est trop général. Compte tenu que ce qui m’intéresse ce sont les physiciens indiens, j’aimerai délimiter encore davantage mon propos et ne me tenir qu’à la physique plutôt qu’à la science indienne en général. Qu’est-ce que cela veut dire, me demanderez-vous, la « physique » indienne ? En fait, ce que je cherche à cerner ce sont les spécificités

– des modes de perception des éléments de base de la discipline : espace, temps, matière, changement (et notamment continuité/discontinuité de ces éléments)

– des méthodes de connaissance (principalement les formes de logique)

– de la relation entre l’observateur et son objet d’étude

Je ne sais comment appeler cet ensemble si ce n’est par le qualificatif de « pensée scientifique ». Quelqu’un a-t-il une idée ?

 

Dans son article devenu célèbre, « Is there an indian way of thinking ? » A.K. Ramanujan (1989) interroge cette question « Y a-t-il un mode de pensée indien ? » selon l’attention portée à chaque mot. Notre titre est très proche à première vue. Deux éléments cependant en transforment toute la portée : « style » et « scientifique ». Que se passe-t-il si nous posons nous aussi l’intonation sur les différents éléments de notre question ?

 

  • Existe-t-il un style de pensée scientifique indien ? La question devient alors : y-avait-il avant la pénétration progressive de la science moderne, une tradition scientifique indienne (en physique) avec ses propres spécificités ? Si oui – c’est ce que nous allons déterminer dans un premier temps – ces spécificités sont-elles encore présentes au sein de la science contemporaine faite par les Indiens ? Y-a-t-il encore un style de pensée scientifique en Inde ? Autrement dit : y a t-il un style qui caractérise les sciences indiennes et qui trouve une continuité de l’Antiquité à aujourd’hui ?

 

  • Existe-t-il un style de pensée scientifique indien ?
    Il semble à première vue que se poser la question d’un style particulier des sciences en Inde, c’est supposer que la science n’est pas uniforme, qu’elle peut être déclinée dans des styles variés, comme un art. Cette supposition n’a plus rien d’étonnant, la catégorie de « style » est désormais reconnue en histoire des sciences. Cela n’enlève rien à la capacité prédictive ou à l’efficacité de la science. Le fait de reconnaître qu’il est possible de faire de la science de différentes manières ne peut que contribuer à l’enrichir. Enrichir ses méthodes, interroger ses critères de vérité. Si nous parvenons à trouver un style de pensée scientifique indien, il faudra se demander par quels processus la connaissance parvient à s’universaliser. Car, « s’il y a toujours, en pratique, des styles locaux, le mouvement propre de la science est de les résorber dans des méthodes communément acceptées (Gayon, 1996) ».
    Chercher un style aux sciences indiennes, c’est chercher des éléments distinctifs pertinents susceptibles de caractériser de manière homogène les chercheurs indiens. Cela peut concerner :

 

–          des méthodes de connaissance, comme l’a formalisé A.Crombie (1994) : postulation / argumentation expérimentale /  modèles analogiques / taxonomie  /
analyse probabiliste et statistique / dérivation historique ;

–          des formes d’esprit, comme l’a proposé P.Duhem (1914) : esprit ample/étroit, large/faible ;

–          des comportements, comme l’a suggéré M-J. Nye (1993) : abstrait/concret, individualiste/coopératif, fragmenté/centré, cosmopolite-urbain/puritain, chauvin/touriste, classique/moderne ;

–          des  styles de pensée scientifique, comme l’a théorisé J. Harwood (1993) : appliqué/théorique, spécialisé/ généraliste, politisé/conseillé spirituel ;

–          des approches épistémologiques, comme l’a proposé F. Jullien (2009) : intérêt pour les transitions et les processus/pour les états et les causes.

Ainsi, le style qui peut concerner les scientifiques indiens historiquement et actuellement peut s’intéresser à la méthode de recherche (par exemple prioriser l’analogie, l’intuition, etc), les valeurs épistémiques (par exemple les critères de vérité), ou les présupposés ontologiques que l’on appellera des thematas selon la proposition de G.Holton (1993) – par exemple, le caractère continu de l’univers, l’importance de l’harmonie, des correspondances, de la simplicité, de l’unicité des lois, etc – ou sociologiques (questions éthiques, politiques, rôle du chercheur en société, disciplinarité, etc). On verra que l’on peut inclure cette recherche de « style » dans des catégories plus larges d’analyse telles que les ontologies de P.Descola (2002).

 

  • Existe-t-il un style de pensée scientifique indien ?

Il existe depuis plusieurs siècles en Inde des grandes traditions savantes et l’on doit à ce pays d’importantes inventions scientifiques et techniques. Peut-on pour autant parler des sciences indiennes ? C’est à dire, peut-on parler de pratiques scientifiques en Inde avant l’arrivée de la modernité ? Les « sciences » ne sont elles pas modernes et européennes ? Au-delà de son étymologie latine – scire, découper-, si par science nous nous référons à un système de pensée qui tente de décrypter le fonctionnement de la nature, on peut appeler science les anciennes formes de logique, de classification, d’astronomie, de mathématique, de physique, de chimie ou de médecine  indiennes. Et dans ce cas, l’astrologie actuelle, dérivée de l’astronomie ancienne, et la médecine ayurvédique actuelle : que sont-elles ? Les spécialistes de l’histoire des sciences indiennes classiques les appellent plutôt des « traditions savantes ». Depuis les Années 70, la frontière entre « science » et « savoir » est regardée de manière plus sociologique.  Ne s’agit-il pas d’une négociation entre acteurs ? C. Jacob (2010) a montré que la notion de preuve ou de vérité possède un sens différent selon les sociétés et les époques. Les enjeux de disgrâce,  d’acceptation au sein d’un cercle de « pandits », les rapports d’autorité, les outils de preuve font entrer un savoir dans un cercle fermé de validation.

=> comme ce qui m’intéresse ce n’est pas la question de la validité des savoirs que les principes de base de la physique : temps, espace, matière, changement ; je prévois de réécrire ce paragraphe dans ce sens.

 

  • Existe-t-il un style de pensée scientifique indien ?

Qu’est-ce que l’Inde ? Y a-t-il une unité indienne ? L’Inde n’est elle pas diverse, non réductible à un mode de pensée ? A.K. Ramanujan dans son article trouve pourtant bien un mode de pensée indien, ou plutôt des spécificités indiennes. Il n’est pas le seul. A. Sen (2005) met en relief l’Inde argumentative ou hétérodoxe. M.K. Mariott (1990) définit également des caractéristiques épistémologiques et anthropologiques de la pensée indienne (brahmanique). P. Descola classe également l’Inde dans les caractéristiques ontologiques de la pensée analogique. Il semble donc qu’il y a bien des caractères endémiques à l’Inde ! Il est évident que les pensées indiennes ont évolué au cours de l’histoire. Ce qui nous intéresse ce sont les caractéristiques de cette pensée aujourd’hui, mais il est évident que si caractéristiques il y a c’est bien dans l’histoire indienne qu’elles s’encrent. On en trouvera des marques à la fois dans les textes des Upanishads, des épopées, des écoles orthodoxes et hétérodoxes, du tantrisme, des ouvrages scientifiques (ayurveda, jyotisha, etc). L’activité scientifique indienne commence environ au milieu du second millénaire avant l’ère chrétienne et y fait figure de leader en Asie Extrême-Orientale au moins jusqu’au moyen-âge. (Taton, 1966). Aujourd’hui, l’Inde est le seul pays non industrialisé parmi les 10 pays qui produisent 80% de la littérature scientifique internationale. Leader incontesté des pays en développement sur ce point, depuis les années 70, elle produit 5 fois plus de publications majeures que la République populaire de Chine. C’est même la patrie de la plus grande population de scientifiques de la planète. Ce qui est aussi particulièrement intéressant avec l’Inde, c’est que tous les thèmes du débat sur l’intégration de la science moderne dans les pays en développement se retrouvent dans ce pays. Plus important encore, le combat pour l’indépendance a été un combat pour la résurrection de la civilisation indienne, de manière plus profonde qu’ailleurs (Salomon, 1994). Et les techniques et savoirs traditionnels, non européens, on été mobilisés dans un combat politique de manière particulièrement sensible.

 

Ainsi donc, nous voilà balisé la quête d’un style de pensée scientifique indien. Reste à voir quel en serait le contenu (à venir)…