Archives mensuelles : octobre 2013

Enquêtes sur les représentations des problèmes de la mécanique quantique

260-colloque-GDRI

Trois enquêtes similaires sur les attitudes envers les fondamentaux de la mécanique quantique ont été publiées à quelques mois d’intervalles cette année 2013.

Schlosshauer, M., Kofler, J., & Zeilinger, A. (n.d.). A Snapshot of Foundational Attitudes Toward Quantum Mechanics, janvier 2013.

Sommer, C. (n.d.). Another Survey of Foundational Attitudes Towards Quantum Mechanics, mars 2013.

Norsen, T., & Nelson, S. (n.d.). Yet Another Snapshot of Foundational Attitudes Toward Quantum Mechanics, juin 2013

Toutes trois sont publiées en libre accès sur Arxchiv. (A part celle de Tegmark en 1997[1], pas d’enquête connue sur le sujet)

Elles concernent un même questionnaire distribués à des physiciens, philosophes et mathématiciens participants à des conférences sur la mécanique quantique et ses interprétations. La première enquête a analysé 33 réponses au questionnaire, la deuxième 18, et la troisième 76. Il faut faire remarquer que les sujets des conférences ont déterminé les types de personnes invitées, et cela a eu en général une influence notable sur les réponses.  Par exemple, le sondage  de Nolsen et Noder a obtenu plus de faveur que le sondage SKZ  en faveur de l’interprétation de Broglie – Bohm. Cela est lié au fait que le thème de la conférence concernée était « la théorie quantique sans observateurs ». Il n’est donc pas surprenant que les participants à cette conférence là ont tendance à présenter davantage une perspectives «réalistes». Ils ont tendance à être attirés par les théories comme de Broglie – Bohm, et tendraient à penser que l’information quantique (quels que soient ses mérites et vertus pour les applications) n’est pas appropriée en tant que fondement irréductible pour la compréhension des phénomènes quantiques.

Le questionnaire présenté comportait 16questions. J’en sélectionné 9, les autres m’intéressant moins.

Malgré l’influence du contexte de la conférence sur la sélection des participants et donc sur les réponses au questionnaire, on remarque que qu’il y a des questions qui sont quasi invariantes en fonction de la conférence considérée: la 3, la 8, la 9.

 

Légende des tableaux : Les chiffres donnent les pourcentages de votes exprimés en faveur de chaque réponse, pour chacune des trois enquêtes, ainsi que la moyenne sur les trois. Le total n’est pas égal à 100 dans chaque colonne car des réponses multiples étaient autorisées.


[1] Tegmark, M. (1997). THE INTERPRETATION OF QUANTUM MECHANICS, sur Arxchiv aussi

 

Question 1: quelle est votre opinion au sujet de la distribution aléatoire des évènements quantique (tels que la désintégration d’un atome radioactif) ?

 

Enquête S,K,Z (Everett) Sommer Norsen, Nelson (Bohm) Moyenne
  1. L’aléatoire est seulement apparent
9 17 36 21
  1. Il y a un déterminisme caché
0 28 33 20
  1. L’aléatoire est irréductible
48 39 28 38
  1. L’aléatoire est un concept fondamental dans la nature
64 39 24 42

 

 

Bien que n’ait pas été précisé le sens du mot «apparent» dans la réponse fournie, la distinction entre la première et la deuxième réponse devient claire quand on oppose l’interprétation d’Everett avec l’interprétation de Broglie-Bohm. Pour l’interprétation d’Everett, l’aléatoire est un effet apparent relié à un certain observateur, la fonction d’onde globale (contenant toutes les branches) évolue de façon déterministe selon l’équation de Schrödinger. Cela ne correspond pas à la notion de «déterminisme caché», qui est souvent associée aux variables cachées, des mécanismes déterministes qui sous-tendent l’apparition d’événements objectifs quantique, comme dans l’interprétation de Broglie-Bohm. Dans le premier sondage (S,K,Z), aucun des participants n’a favorisé l’interprétation de Broglie-Bohm , mais il y avait une bonne quantité de soutien pour l’interprétation d’Everett (voir question 12). Cela peut expliquer pourquoi aucun votes ont été exprimés en faveur d’un déterminisme caché, alors que dans l’enquête de Norsen et Neslon, la majorité des enqupêtés soutenait l’interprétation de Bohm.

Question 2 : pensez-vous que les objets physiques ont leurs propriétés bien définies de manière antérieure et indépendante de la mesure ?

 

S,K,Z (Everett) Sommer Norsen, Nelson (Bohm) Moyenne
  1. Oui, dans tous les cas
3 6 30 13
  1. Oui, dans certains cas
52 33 47 44
  1. Non
48 44 17 36
  1. Je suis indécis
9 17 5 10

L’une des réponses était : “mauvaise question, car elle presuppose le realism local et ignore l’enchevêtrement.

Question 3 : Le problème de la mesure

S,K,Z (Everett) Sommer Norsen, Nelson (Bohm) Moyenne
  1. Un pseudo problème
27 6 12

15

  1. Résolu par la décohérence
15 6 3

8

  1. Résolu ou sera résolu d’une autre manière
39 61 51

50

  1. Une difficulté sévère pour la MQ
24 17 37

26

  1. Rien de tout cela
27 17 9

18

 

Question 4 : Que nous apprend l’observation expérimentale des violations des inégalités de Bell ?

S,K,Z (Everett) Sommer Norsen, Nelson (Bohm) Moyenne
  1. Le réalisme local est intenable
64 11 34

36

  1. Action à distance dans le monde physique
12 17 18

16

  1. Des notions de non-localité
36 67 74

59

  1. Des mesures non effectuées n’ont pas de résultats
52 0 3

18

  1. N’anticipons pas. Prenons en compte les failles de manière plus sérieuse
6 17 0

8

 

Question 5 : Quelle interprétation des états quantiques préférez-vous ?

S,K,Z (Everett) Sommer Norsen, Nelson (Bohm) Moyenne
  1. Epistémique/informationnel
27 22 9

19

  1. Ontique
24 17 45

29

  1. Mélange d’épistémique et d’ontique
33 28 12

24

  1. Purement statistique (interprétation des ensembles)
3 11 7

7

  1. Autres
12 17 29

19

 

Le problème de la mesure nous force à considérer à la fois notre connaissance des états et des observables d’un système (épistémique) mais aussi ses états et ses observables, indépendamment de notre connaissance (ontique).

Question 6 : L’observateur

S,K,Z (Everett) Sommer Norsen, Nelson (Bohm) Moyenne
  1. Est un système (quantique) complex
39 33 54

42

  1. Ne devrait pas jouer de rôle fondamental, quoi qu’il en soit
21 6 65

31

  1. Joue un rôle fondamental dans l’application du formalisme mais ne joue pas de rôle physique distincte
55 50 24

43

  1. Joue un rôle physique distinct (par exemple effondrement de la fonction d’onde par la conscience)
6 17 1

8

Il est remarquable que la majorité des personnes interrogées semblent croire que l’observateur n’est pas un système quantique complexe. En outre, très peu mais ce n’est pas négligeable, adhèrent à l’idée que l’observateur joue un rôle physique distinct (par exemple, par un effondrement de  la fonction d’onde induite par la conscience). Compte tenu de la relativement forte adhésion à l’interprétation de Copenhague (voir question 12), cette constatation montre que l’adhésion à l’interprétation de Copenhague n’implique pas nécessairement une croyance en un rôle fondamental pour la conscience. (Comptes populaires ont parfois suggéré que l’interprétation de Copenhague attribue un rôle à la conscience. De l’avis de S,K,Z, c’est se méprendre sur l’interprétation de Copenhague.

Dans l’enquête de Sommer, Les participants reconnaissent un statut spécial de l’observateur. Un tiers voient en lui un système complexe (quantique) et les deux tiers considèrent qu’il est important pour l’application du formalisme ou même pour son rôle physique distinct. Probablement, estime Sommer, le problème très discuté du corps-esprit en mécanique quantique, qui a été vivement débattue lors de la conférence, a joué un rôle dans cette question.

 

Question 7 : Quelle est votre interprétation favorite de la mécanique quantique ?

 

S,K,Z (Everett) Sommer Norsen, Nelson (Bohm) Moyenne
a. Consistent histories 0 0 1 0
b. Copenhague 42 11 4

19

c. De Broglie–Bohm 0 17 63

27

d. Everett (many worlds and/or many minds) 18 0 0

6

e. Information-based/information-theoretical 24 6 5

12

f. Modal interpretation 0 0 0
g. Objective collapse (e.g., GRW, Penrose) 9 11 16

12

h. Quantum Bayesianism 6 6 3

5

i. Relational quantum mechanics 6 6 0

4

j. Statistical (ensemble) 0 6 4

3

k. Transactional 0 0 0

0

l. Autre 12 0 8

7

m. pas de préférence 12 44 11 22
n. taisez-vous et calculez N.C 17 N.C 17


Question 8 : De quelle manière le choix d’une interprétation dépend de présupposés philosophiques personnels ?

 

S,K,Z (Everett) Sommer Norsen, Nelson (Bohm)
  1. Beaucoup
58 78 40

59

  1. Un peu
27 17 34

26

  1. Pas du tout
15 6 15

12

 

En l’absence de différences empiriques entre les interprétations, il est naturel de conclure que l’adhésion à l’une d’elles sera influencée par les préférences personnelles et les croyances et la majorité des enquêtés sont de cet avis. Bien sûr, certains peuvent espérer que cette situation ne sera que temporaire, et que nous devrions nous efforcer de régler la question de l’interprétation d’une manière définitive.

 

Question 9 : La superposition d’états macroscopiques distincts

S,K,Z (Everett) Sommer Norsen, Nelson (Bohm) Moyenne
  1. Sont en principe possibles
67 56 62

62

  1. Seront finalement réalisés expérimentalement
36 39 20

32

  1. Sont en principe impossibles
12 0 20

11

  1. Sont impossibles du fait de l’effondrement
6 6 7

6

 

 

Il n’ya pas longtemps, la frontière macroscopique – microscopique a été systématiquement confondue avec la frontière classique – quantique, même si il avait déjà été souligné par Bohr qu’ils devraient être considérés comme des concepts indépendants. Il se peut que les progrès expérimentaux qui ont permis démontrer les effets de l’interférence quantique sur des objets de plus en plus gros aient modifié les attitudes de nombreux physiciens.

Physique quantique et Vedanta : une mise en perspective avec le « réel voilé » de B.d’Espagnat

Notindexes de lecture et traductions de l’article de

Duquette, J. (2011) “Quantum Physics and Vedanta”: A Perspective from Bernard d’Espagnat’s Scientific Realism. Zyglon, 46(3).

 

Rapprochement des pensées indiennes et de la science moderne

 

Contexte

F. Capra dans son livre intensément adulé ou critiqué « Le Tao de la physique » (1979), développe des tentatives pour fondre les principes de la physique quantique avec les points doctrinaux des philosophies orientales. Cette tentative de rapprochement entre deux types de description de la réalité a été suivie par un certain nombre de scientifiques. Dans cet article, J. Duquette  cite quatre exemples de ces scientifiques[1] (mais dans cette liste, finalement, assez peu sont scientifiques). Goswami est un physicien quantique (pour mieux le connaître, on pourra consulter mon billet sur son livre Quantum Intergration), Jonh Dobson a été chimiste. Panda est un scientifiques biologiste tourné vers la philosophie, le dernier Chandrasekharayya, U. est philosophe. Parmi ces derniers trois sont d’origine indienne. Signalons qu’il existe de nombreux autres ouvrages sur le même thème, de plus ou moins grande notoriété[2].

 

But de l’article

Au sein de ce débat, J.Duquette s’intéresse au rapprochement de l’ l’Advaïta Vedanta (AV) – une branche de la philosophie/spiritualité indienne- et à la mécanique quantique.

J.Duquette est un jeune chercheur (postdoc) en philosophie, à la fois spécialisé dans la philosophie indienne, mais aussi dans la philosophie de la physique, ayant suivi par ailleurs des études de physique. Dans cet article, il s’intéresse en particulier à la corrélation de l’ A.V avec la réflexion du philosophe français des sciences, B. D’Espagnat, sur la mécanique quantique. D’après J.Duquette, « les études récentes sur la physique quantique et le Vedanta n’ont pas été dûment examinées par les travaux des philosophes de la physique. L’article vise à démontrer qu’il est utile et rafraîchissant d’explorer la manière dont ces deux disciplines se rencontrent en termes philosophiques. La physique quantique, en particulier, a donné une nouvelle forme à des idées philosophiques sur la nature de la matière, de l’interaction physique, du déterminisme et de la mesure. Particulièrement importantes sont les découvertes récentes sur le phénomène de la non-séparabilité, qui ont conduit certains philosophes des sciences à rouvrir l’enquête sur le vieux problème de réalisme en science et proposent de nouveaux modèles de réalisme scientifique pour réévaluer la nature de la réalité décrite par la connaissance scientifique ». Le « réalisme » est passé d’un problème  » purement philosophique  » à une question centrale de l’épistémologie scientifique. C’est à ce vieux problème de réalisme en science que s’attaque justement B. D’Espagnat. Dans un contexte différent et à une autre époque, le problème de la réalité et son accès épistémique ont également occupé l’esprit des savants du Vedanta .

Points de convergence entre l’Advaïta Vedanta (AV) et la mécanique quantique (MQ)

D’après J.Duquette, les allégations de compatibilité avec l’AV impliquent généralement deux principaux problèmes théoriques en physique quantique :

(1)  le rôle de l’observateur dans la mesure : la place de la conscience (ou de l’esprit) serait fondamentale pour notre description de la réalité

(2)   la totalité de la réalité physique, c’est à dire l’idée que l’univers est un tout indivisible où tout est interconnecté.

Certains auteurs ont conclu que la physique quantique corrobore les notions de l’AV de réalité non-duelle, indifférenciée, et omniprésente appelée Brahman : la pluralité des phénomènes.

Dans son livre, Prophets facing backaward (voir mon billet consacré à ce livre sur l’indécise) Meera Nanda (2004) décrit les parallèles établis entre la physique moderne et l’ AV comme suit:  « des déclarations les plus radicales qui ne respectent ni l’intégrité de la physique ni l’authenticité de mysticisme qui est le cœur du Vedanta : la physique est transformée en mysticisme et le Vedanta semble construit comme s’il était principalement concerné par la compréhension du monde matériel, ce qu’il n’a jamais été ». Nanda se réfère aux déclarations faites par les représentants de l’ Hindutva, une idéologie qui invoquerait la convergence entre le Vedanta et les sciences pour promouvoir la supériorité de l’Hindouisme sur les autres religions. L’intention derrière ces déclarations, dit-elle, n’est pas une vraie rencontre du Vedanta et de la science moderne , mais la création d’ une science de la nature qui ne contredit pas les enseignements sacrés des Védas »  .

J. Duquette estime qu’il est pourtant possible d’engager un dialogue entre la physique moderne et l’ A.V afin de poursuivre une réflexion philosophique constructive, et c’est l’objectif de son article.

 

Position de D’Espagnat sur la mécanique quantique

J.Duquette s’intéresse à la philosophie de B.D’Espagnat, un philosophe des sciences à la pointe des réflexions autour des problèmes quantique, ancien chercheur en physique des particules et auteur notamment de l’ouvrage « Le réel voilé – Analyse des concepts quantiques », Fayard, 1994. D’ Espagnat affirme que la réalité dans son ensemble est au moins composée de deux «niveaux de réalité» distinctes:

  1. la réalité empirique , qui se réfère à l’ensemble des phénomènes accessibles à travers la totalité de l’expérience humaine et
  2. la réalité ontologique, ou la réalité en elle-même, «ce qui existe indépendamment de notre existence »

J.Duquette explicite dans son article la pensée de D’Espagnat, afin de la décliner face à la pensée védantique. Alors que la physique classique se réfère aux choses en elles-mêmes, sans référence à l’activité humaine  elle est implicitement vraie pour tout observateur. Parce qu’elle implique essentiellement l’interaction humaine, la physique quantique n’est pas concernée par la réalité – en-soi – , mais seulement par la réalité empirique . En d’autres mots, la physique quantique ne traite pas des «objets -en- soi » mais des représentations conceptuelles, symboliques ou mathématiques  de ces objets. Électrons, quarks , et leurs composés ne peuvent pas être considérés comme des entités « qui existent en soi « . Cela ne veut pas dire, cependant, que la réalité est purement une construction mentale comme le pense l’idéalisme radical, et qu’il n’y a pas de place dans la pensée de d’Espagnat pour la réalité -en-soi. En fait, au delà des antiréalistes et des idéalistes, il plaide pour ce qu’il appelle le réalisme ouvert, une vue qui considère  » qu’il y a quelque chose dont l’existence ne dépend pas de la pensée» (d’Espagnat , 2006, 28 ) . En d’autres termes, « les lois de la physique ne dépendent pas totalement de nous, ce qui signifie qu’elles dépendent de quelque chose d’autre ».

D’autre part, puisque la plupart des phénomènes de la réalité empirique ne présentent pas de caractéristiques qui sont considérées comme « non séparables ,  » nous sommes obligés d’introduire la notion d’un esprit indépendant de la réalité – une réalité ontologique, non constituée de parties distinctes (d’Espagnat, 2006). D’Espagnat ne revendique pas une réalité ontologique comme une sorte de tout indissociable et interconnecté. En fait, il est réticent à attribuer un attribut positif à la réalité ontologique parce qu’il voit les implications du théorème de Bell comme essentiellement négatives.
Le théorème de Bell ne déduit pas les phénomènes de l’existence de certaines propriétés qui, transcendantes à ces phénomènes, seraient imputables à l’esprit – réalité indépendante [ c.-à- ontologique ]. Il montre simplement que si nous construisons une représentation trop naïve de celle-ci, nous obtenons des résultats qui sont falsifiés par l’expérience. D’ Espagnat situe la réalité ontologique au-delà de la portée de l’enquête scientifique . La science ne peut faire aucune déclaration cognitive de la réalité en en soi parce que son domaine d’enquête est strictement limité à la réalité empirique. D’Espagnat souligne que, en vertu de la non-séparabilité, la réalité -en-soi ne peut pas être séparée en parties distinctes, par la pensée, sinon cela reviendrait à rien de moins que la réalité empirique . « Ce qu’est la réalité » ne peut être décrit indirectement qu’avec des déclarations négatives telles que « non constituée de pièces » et « non conceptualisable  » (d’Espagnat 2006)

Mais d’Espagnat n’affirme pas que la réalité – en -soi est totalement inconnaissable. Il soutient plutôt que la réalité est  » voilée « , non pas cachée au sens kantien, et que la science peut obtenir un aperçu de la « structure» de la réalité à travers les grandes lois physiques et mathématiques  que nous trouvons valide.
Quand la réalité -en-soi  » résiste  » à certaines théories en les rendant fausses, nous acquérons des connaissances sur cette réalité d’une manière négative.
La science n’est pas en mesure de comprendre totalement ce qui se trouve « au-delà de la« réalité empirique, mais elle révèle le profond mystère au cœur de notre existence. Ce mystère est ce que d’Espagnat appelle le « réel voilé »: le « fond des choses », la réalité -en-soi ou l’être, qui est existant mais dont les structures cachées et les qualités ne sont pas totalement accessible à la connaissance scientifique.

C’est  «quelque chose» vers lequel l’esprit tend constamment avec émerveillement grâce à la science, la spiritualité, et peut-être les arts comme la poésie et la musique , mais qu’il n’atteint jamais complètement .

J.Duquette rappelle que tous les physiciens et les philosophes de la science ne sont pas réalistes dans la sens de Bernard d’Espagnat. Entre autres, les philosophes des sciences Michel Bitbol et Hervé Zwirn ont critiqué le « réel voilé » de d’Espagnat.  » Bitbol ne pense pas que la physique quantique et la science en général, peuvent saisir les caractéristiques structurelles générales de la réalité -en-soi . Puisque la connaissance est a priori par rapport à quelque chose, la recherche scientifique doit être en rapport avec la réalité -en-soi , ce qui revient à dire que celle-ci est identique à la réalité empirique (Bitbol 1998). Par conséquent, M.Bitbol tend à rejeter la notion même de réalité indépendante et de préstructures.

Approches de la conscience en Mécanique quantique

Plusieurs approches quantiques de la conscience ont été mises  en avant au cours des dernières décennies, et certaines d’entre elles ont donné à la conscience un rôle de premier plan pour l’explication de certaines caractéristiques de la physique quantique. La théorie quantique affirme que, avant la mesure, la fonction d’onde d’un système quantique se transforme en une superposition linéaire d’états différents, mais que les mesures réelles trouvent toujours le système dans un état défini. Plusieurs tentatives ont été faites pour comprendre comment cette transition a lieu. Une approche, initiée par Von Neumann (1955) dans les années 1930 et plus tard reprise par Wigner (1967), met en corrélation les actes conscients avec les fonctions d’onde pour expliquer comment l ‘ »effondrement  » vers un seul état ​​se produit réellement.  Amit Goswami a proposé ( 1995) que l’effondrement pourrait être expliqué par un type non-duel de la conscience comme présenté dans l’Advaita Vedanta.

Partant de l’hypothèse que le cerveau ne peut pas être dirigé uniquement par des algorithmes, Penrose (1989 ) a fait valoir que seul le hasard associé avec l’effondrement de la fonction d’onde peut expliquer les processus cérébraux . Le modèle proposé par Penrose et Hameroff reste hautement spéculatif jusqu’à ce qu’une véritable théorie de la gravitation quantique soit développée.

La plupart de ces modèles reposent sur ​​deux hypothèses :

(1)  la conscience (ou l’esprit ) et la matière (cerveau , neurones, synapses ) sont deux réalités distinctes , ontologiquement indépendantes l’une de l’autre ,

(2)  la matière a la primauté sur les événements conscients (sauf peut-être dans le modèle de Goswami ) de sorte que la conscience est identifiée à une structure matérielle.

Cependant, d’autres approches rejettent la primauté de la matière ou de la conscience, et considèrent plutôt «le mental» et «la matière» comme des aspects ontologiquement non séparés d’une réalité sous-jacente. Des propositions en ce sens ont été mises en avant par Jung et Pauli (1955), Bohm et Hiley (1993), et Primas (2003).

Le modèle de d’ Espagnat de « coemergence » relève de cette catégorie. Pour d’Espagnat, si une compréhension des corrélats physiques de la conscience s’avérait disponible, une description appropriée de la subjectivité humaine (pensées , volonté, émotions) ne serait pas impliquée pour autant directement. Le fait que la réalité empirique soit « générée  » par la conscience est facile à comprendre à partir de sa définition de la réalité empirique comme l’ensemble des choses , des événements « construits « par les organes des sens et le raisonnement, mais il semble hors de propos de prétendre que la conscience est « générée » à partir de la réalité empirique étant donné que d’Espagnat rejette l’idée d’une conscience qui se limite aux processus neuronaux (qui font partie de la réalité empirique) ou de leurs résultats.
La proposition de d’Espagnat appartient difficilement aux approches qui donnent la primauté à la matière sur la conscience, sa place serait plutôt au sein des approches qui présentent le mental et la matière comme les aspects «double » d’une réalité sous-jacente . Sa notion de « coemergence  » indique clairement que la conscience et la matière (la réalité empirique) sont des aspects non séparés, ou les manifestations, d’une seule et même réalité. Les vues de d’Espagnat offrent un moyen intéressant d’intégrer la conscience dans un cadre philosophique qui prenne en compte les problèmes fondamentaux liés à la «réalité» en physique quantique.
Une importante question philosophique serait la suivante: pouvons-nous résoudre entièrement le problème de la conscience avec la question de la conscience en MQ ? En effet, la plupart des modèles supposent l’existence d’une conscience et essayent de l’expliquer en termes de processus quantiques, ou invoquent la conscience pour expliquer des processus quantiques spécifiques. Mais ces références à la conscience laissent ouverte la question de son existence même, c’est-à-dire le fait que nous expérimentions la conscience en premier lieu. D’ Espagnat va dans ce sens quand il remarque avec perspicacité que les corrélats physiques de la conscience sont des éléments de la réalité empirique qui, à ce titre, supposent l’existence de la conscience. La tradition de l’AV répond à ce problème en posant la conscience comme fondement ontologique de la réalité, et en affirmant que la connaissance de ce fondement ontologique de l’existence est assurée par des méthodes spirituelles appropriées comme la méditation et la contemplation. Ces indications suggèrent que la physique quantique et l’AV pourraient également bénéficier des apports supplémentaires des neurosciences par exemple.

Convergence entre D’Espagnat et l’AV

« La réalité ultime, dit un viel Upanisad , est ce qui est direct et immédiat» ( Bihadâranyaka Upanis.ad [ BrU ] III.4.1 )

D’après J.Duquette, le réalisme scientifique de D’ Espagnat et l’AV font des constats similaires quand il s’agit de définir la nature de la réalité dans son ensemble et son accès épistémique :

  • (1) la réalité est structuré hiérarchiquement, elle est divisée en niveaux empiriques (ou vyâvahârika) et ontologiques (ou pâramarthika) ou des domaines de la réalité ;
  • (2) les connaissances empiriques (ou aparâvidya) ont comme contenu la réalité
     » construite  » à travers la perception des sens et du raisonnement, c’est-à-dire la réalité empirique (ou vyâvaharika) ;
  • (3) il y a un élément non conceptualisable dans la structure de la réalité (la réalité ontologique ou Brahman) pour laquelle la connaissance empirique n’a strictement aucun accès ;
  • (4) du point de vue de la connaissance empirique, la voie négative est le moyen le plus adéquat pour décrire cet élément non conceptualisable .

 

Divergences entre l’AV et d’Espagnat

En s’appuyant sur les idées de However, J.Duquette estime qu’il y a divergence sur des questions plus spécifiques.

–          L’AV est proche du réalisme naïf en ce qui concerne sa conception de la réalité empirique : les objets perçus sont conçus comme des entités concrètes existant indépendamment de l’esprit et des sens, qui appréhendent les objets directement car ils sont individuels. En revanche, la coemergence implique une relation réciproque entre la réalité empirique et la conscience, le monde perçu n’est pas indépendant mais « construit » et « généré » sur la perception des sens et du raisonnement.

–          En outre, lorsque d’Espagnat discute de la conscience (notamment avec la mesure quantique), il veut parler de la conscience individuelle et non de la conscience pure, indifférenciée,  «cosmique » de l’AV. Pour d’Espagnat, la conscience  » émerge  » d’une réalité ontologique, elle diffère également de la  » conscience-témoin  » de l’AV dans la mesure où celle-ci, même si elle sous-tend chaque acte individuel de savoir, est essentiellement non differente de Brahman.

–          Un autre point de divergence concerne l’accès épistémique à l’élément non conceptualisable de la réalité. La réalité peut-elle être connue à tout instant, et si oui, comment ? D’ Espagnat soutient que la réalité ontologique est  » voilée  » et non cachée, ce qui implique la conjecture que les lois universelles de la physique sont des « réflexions – ou des traces fortement déformées impossibles à déchiffrer avec certitude, des grandes structures du « réel » ( d’Espagnat 2006, 455). Ainsi , la réalité ontologique est structurée alors que Brahman, en vertu de sa nature non-duelle , n’est ni structuré ni sans structure. Sur ce point précis, la conception de Hervé Zwirn de « quelque chose » de radicalement inconnaissable et indescriptible semble plus proche de Brahman que la réalité ontologique de d’Espagnat.

–          Le savoir empirique n’est d’aucune utilité pour parvenir à la connaissance de Brahman, mais celle-ci peut être entièrement acquise selon l’AV : elle peut être appréhendée à travers une pratique spirituelle adéquate, une discipline éthique, la réflexion et la méditation. Brahman peut être réalisé dans l’expérience immédiate , intuitive, et non conceptuelle du moi le plus intime de chacun. Alors que le réel voilé reste toujours un mystère au-delà de la portée de la connaissance scientifique.

Conclusion

J.Duqette conclue son article en disant que les tentatives de mettre en dialogue la physique quantique et l’AV ont été plutôt négligées des philosophes des sciences et de leur travail sur les hypothèses, les fondations, et les implications des théories physiques. Apprécier ces différences ne peut qu’enrichir les parties concernées dans la mesure où elles offrent d’autres possibilités dans la réflexion philosophique et permettent donc un dialogue libre des contraintes conceptuelles des traditions spécifiques. Une telle rencontre nuancée pourrait stimuler la réflexion en philosophie de la physique quantique de manière inattendue. Par exemple, les vieux débats sur la non-dualité dans la tradition de l’AV pourraient s’avérer utiles pour articuler les implications épistémologiques d’un domaine  » non conceptualisable  » de la réalité dans la science, comme le laisse entendre d’Espagnat dans son analyse philosophique de la non-séparabilité. Bien qu’il soit peu probable que l’AV puisse contribuer à expliquer la conscience comme un phénomène corrélé physiquement, elle met l’accent sur la «conscience pure», un élément qui pourrait s’avérer pertinent dans un contexte philosophique.


[1] Goswami, Amit. 1995. The Self-Aware Universe: How Consciousness Creates the Material World. New York: Barnes and Noble.;

Panda, Nrsimha Carana 2005.Maya in Physics. New Delhi:Motilal Banarsidass Publishers.
Chandrasekharayya, U. 2006. Vedanta andModern Physics. Bangalore: Lokashikshana Trust.  Dobson, John. 1983. Advaita Vedanta and Modern Science. Chicago: Vivekananda Vedanta Society.

[2] The Circle of Fire: The Metaphysics of Yoga, P. J. Mazumdar, 2009, Laszlo Science and the akashic field, Positiv science of the ancient hindus, Modern science in Vedas, Ecological readings in the Veda, etc Vedic World View And Modern Science Radhavallabh Tripathi Pratibha Prakashan, Oriental Publishers & Distributors, 2006 Contributed papers presented at aq seminar organised under DRS-SAP UGC Program in the Dept. of Sanskrit, Dr. H.S. Gour University, Sagar on Oct. 17-18, 2000.  Modern Science and Veda Sastras, Chennai, S. Balasubramanian Sura Books, 1 mai 2003 – 200 pages

 

« La religion brahmanique est, après tout, plus une physique qu’une véritable religion » Jean Filliozat, 1955

 

Jean Filliozat, en 1966 / © Académie des inscriptions et belles-lettres

Jean Filliozat, en 1966

/ © Académie des inscriptions et belles-lettres

 

Quelques citations extraites du discours de Jean Filliozat, professeur au collège de F. (n.d.). Les sciences dans l’Inde ancienne. Université des Paris, Conférence faite au Palais de la Découverte le 2 avril 1955.

« L’Inde est un pays de science antique et aussi, maintenant, de science moderne. L’historien des sciences, quand il parcourt l’Inde aujourd’hui, est tout de suite frappé d’observer la coexistence de la science antique et de la science moderne, la coexistence des traditions les plus anciennes, les plus respectées, et, en même temps l’entreprise des réalisations les plus nouvelles. On peut croire que c’est par une certaine routine que l’Inde s’attache encore pour une part à ses traditions antiques tout en adoptant la science moderne, mais, si on examine de plus près les rapports entre la science moderne nouvelle et ses sciences antiques, on constate un effort d’adaptation qui présente un intérêt considérable, car il montre que, d’une part, l’Inde n’entend pas renier son passé, tout en se mettant à vivre à la moderne et que, d’autre part, il arrive que dans certains domaines elle puisse utiliser ses connaissances acquises accumulées au cours des siècles pour les intégrer dans les recherches présentes. De toute façon, du point de vue historique, nous devons passer en revue en quoi consiste l’ancienne science de l’Inde, science qui reste vivante et qui tâche de s’accommoder avec la science nouvelle. »

« Une partie des notions relatives au monde et à la loi naturelle qui se rencontrent dans la civilisation indienne se rencontre aussi, avec les mêmes mots, pour les désigner, dans l’ancienne civilisation iranienne. Ces idées appartiennent donc, très vraisemblablement à un fonds commun. L’idée générale est la suivante : le monde obéit à une loi qui est manifestée par la reproduction périodique des phénomènes célestes et la religion brahmanique est, après tout, plus une physique qu’une véritable religion. Il y a des éléments purement religieux, mais l’ensemble du rituel vise à découvrir le secret de l’ordre du monde et à maintenir cet ordre du monde en bon fonctionnement, en état normal. »

« L’idée de normes physiques dans le monde est l’idée dominante de la religion védique et brahmanique la plus ancienne de l’Inde. Non seulement, les phénomènes astronomiques ont été constatés de bonne heure, non seulement on a cherché à établir des calendriers, mais encore on a tenté de prévoir les éclipses, de prévoir aussi, et surtout, le retour daté des phénomènes, des positions astronomiques des astres. On a cherché aussi à constater et à prévoir la reproduction des phénomènes météorologiques et ceci se faisait particulièrement bien dans l’Inde, étant donné le système régulier des moussons qui faisait apparaître sous la forme de pluies arrivant à des dates fixes, une loi de production périodique. Partant donc d’une représentation de la périodicité des phénomènes astronomiques, on a cherché aussi à ramener aux grandes lois générales les phénomènes de la vie. De très bonne heure, par conséquent, se sont développées une astronomie, une météorogologie rudimentaire, une physiologie et une médecine. Ce n’est pas à cela qu’on s’attend d’ordinaire quand on aborde l’étude de la pensée indienne. »

« L’Inde, en effet, est surtout connue en Europe – et déjà elle était remarquable en Europe au temps d’Alexandre- par sa sagesse. On se représentait volontiers chez les Grecs d’autrefois, on se représente encore aujourd’hui l’Inde comme un peuple de philosophes, parce qu’en effet, la philosophie et la sagesse ont toujours été si remarquablement développés dans l’Inde qu’on pouvait les prendre pour des traits absolument spécifiques de l’indianité. »

« Pourtant l’Inde a été la patrie de recherches scientifiques aussi bien que de mysticisme. L’aspect de sagesse et de réflexions philosophiques n’est pas l’aspect le plus ancien, car l’antique religion védique atteste peu de mysticisme et peu de philosophie. Mais nous devons constater précisément qu’il existe des aspects multiples de l’Inde. « Il y a cette attitude de recherche de la loi générale du monde et de la représentation purement rationnelle des phénomènes constatés et il y a aussi l’attitude à laquelle on s’attendait le plus, celle des magiciens, dans laquelle, au lieu d’essayer de comprendre les relations entre les phénomènes, on admet traditionnellement, sans chercher à les entendre, certaines relations qu’on a constatées et dont on croit pouvoir se servir pour reproduire les phénomènes par opérations volontaires en utilisant les similitudes, les corrélations apparentes. » Il ya donc deux attitudes principales : une rationnelle et une autre magique. Toutes deux se sont développées en même temps dans des milieux différents. Nous avons un grand nombre de textes qui sont des manuels purement scientifiques, qui excluent à peu près totalement la magie et même nous avons une astronomie qui est d’abord purement physique, qui est simplement une cosmographie qui ne cherche pas d’emblée à deviner la destinée, qui n’est pas encore une astrologie. L’astrologie indienne s’est développée considérablement, mais seulement après l’essor d’une astronomie proprement dite. La première préoccupation des astronomes de l’antiquité a été de d’établir les dates exactes des phénomènes qui importaient pour la célébration des ries et d’une manière générale, pour la compréhension de la nature. »

« On est arrivé à se faire une idée, sinon vraie, du moins rationnelle de tous les phénomènes organiques et on a cherché à expliquer toutes les perturbations par des mécanismes qu’on se représentait généralement d’une façon simple. Cependant, on est toujours resté dans le vague et la physiologie ne s’est pas développée beaucoup, non pas faite d’expérimentation ou d’observation, mais parce que l’observation et l’expérimentation n’ont pas été suffisamment utilisées systématiquement pour arriver à une compréhension. On a voulu, avant d’avoir fait les observations suffisantes, essayer d’expliquer. Il y a une hâte vers l’explication rationnelle. Ce n’est pas tout à fait le cas en ayurveda, où l’observation a tenu une place très notable.

« Ayurveda, c’est à dire la science de la vie. Nous pourrions traduire ce terme littéralement par « biologie » et cette traduction serait plus exacte au fond que celle qu’on donne habituellement, à savoir « médecine », car il ne s’agit pas seulement de médecine, surtout pas de médecine empirique, mais d’une représentation de l’ensemble des phénomènes vitaux, qu’ils soient normaux ou pathologiques. Dans cette biologie est incorporée une psychologie, car il n’y a pas une opposition très complète entre dans la pensée indienne, entre les phénomènes somatiques et les phénomènes psychiques. Les uns et les autres, surtout en vertu de la théorie équivalente à celle du pneuma, sont liés à l’action spéciale du vent. L’esprit est un souffle. »

« Or, du côté de la science des phénomènes psychologiques, l’Inde a été très avancée, si avancée qu’au XIXème siècle, quand on a découvert la science indienne, on n’a pas compris de quoi parlaient les Indiens lorsqu’ils exposaient des théories compliquées sur les phénomènes inconscients. La psychologie européenne était, au début du XIXème siècle, purement intellectualiste. »

« Il est certain que les Indiens ont découvert l’importance des phénomènes inconscients et s’en sont servi techniquement dans des exercices, dont le nom est bien connu, qui sont ceux du yoga. Le Yoga est une discipline psychologique et physiologique en même temps. Ils ont cherché à produire par des attitudes, par une régulation spéciale de la respiration surtout, des phénomènes physiologiques et, en même temps, des états psychiques particuliers. Ils sont arrivés dans ce domaine à des réalisions qu’on a cru longtemps charlatanesques, jusqu’au jour où des enregistrements d’électrocardiogrammes ont permis de voir qu’il n’y avait pas supercherie, mais bien en oeuvre d’une technique particulière de yoga, qui mettait en évidence des phénomènes physiologiques reconnus dans l’Inde et non encore observés dans la physiologie européenne. »

« Nous avons donc là un champ d’études qui, précédant des anciennes recherches techniques indiennes, s’ouvre à l’heure actuelle à la physiologie et la psychologie modernes.
La médecine moderne a été surtout façonnée en Europe. En attendant qu’elle s’adapte à l’Inde, il convient encore que les malades puissent se servir des vieilles thérapeutiques éprouvées et plus accessibles. Bref, il y a, dans l’Inde, une tentative intéressante d’accommodement des anciennes idées avec les nouvelles et surtout d’utilisation des anciennes connaissances valables ou des anciennes connaissances de faits en présence des nouvelles. »

« La chimie indienne consiste en l’examen des produits minéraux et de leurs réactions quand on les place en présence les uns des autres et elle servi d’abord à préparer des remèdes minéraux. C’est seulement secondairement et, en partie probablement, sous l’influence de l’alchimie grecque qu’on a cherché la pierre philosophale et l’élixir d’immortalité, mais on a continué toujours à garder une utilisation purement empirique aux médicaments préparés, en même temps qu’on essayait de se représenter d’une façon rationnelle, quoique très rudimentaire souvent, le mécanisme des réactions chimiques. De toute façon, nous constatons qu’en pratique, les observations qui avaient été faites ont abouti à une technique extrêmement perfectionnée et même à une technique de la métallurgie qui est fort étonnante car sans avoir trouvé sur ce point aucun texte qui nous explique les procédés de fabrication, nous avons des preuves que la métallurgie indienne a été très développée. Nous possédons encore des piliers de fer dont le plus grand remonte au moins au IVème siècle de notre ère. Enorme bloc de fer pur contenant à peine un peu de chrome. »

« Les Perses ont dominé la vallée de l’Inde pendant 200 ans avant qu’Alexandre ne les batte.
En Inde comme en Chine, les étoiles choisies comme déterminatrices sont presque toutes les mêmes. »

« On peut observer certaines des méthodes des sciences anciennes indiennes encore sous nos yeux. »