Archives mensuelles : novembre 2013

Attiser une passion pour la physique parmi les étudiants de l’Inde

TD a Bangalore Physicsworld 2012Pour un étudiant indien aujourd’hui, le choix  » raisonnable  » est d’obtenir un diplôme d’ingénieur, qui garantit un emploi bien rémunéré dans l’industrie. En effet, les étudiants qui passent par les écoles d’ingénieurs de l’Inde sont la principale source de nouvelles recrues pour l’ingénierie et la technologie de l’information, des secteurs qui ont explosé au cours de la dernière décennie. L’étude des sciences naturelles ou de la physique fondamentales peut sembler beaucoup moins attrayante parce que ces domaines nécessitent généralement une formation supplémentaire avant de pouvoir commencer leur carrière et sont moins bien payés.
Les 16 instituts de technologie (IIT) indiens , sont considérés par beaucoup comme des billets d’or pour une carrière réussie. Le nombre d’étudiants passant l’ examen d’entrée des IIT – notoirement difficile – a considérablement augmenté au cours de la dernière décennie , avec près d’un demi- million d’étudiants en compétition pour moins de 10 000 places en 2011. Il existe même toute une industrie basée sur la formation des étudiants à cet examen d’entrée, avec de nombreux tests d’entrée dans des écoles spéciales qui ne font que les entraîner à passer l’examen des ITIs (comme les prépas françaises aux grandes écoles).

 » En Inde, un diplôme d’ingénieur (degree in engineering) vaut tellement plus sur le marché de l’emploi par rapport à un diplôme de physique », explique Arnab Bhattacharya , un diplômé d’un IIT et maintenant basé à l’Institut Tata de recherche fondamentale à Mumbai .  » Les gens qui font de la physique sont vraiment passionnés par ce sujet parce qu’ils ont eu beaucoup de pression dans leur famille pour ne pas faire de la recherche en science . « 

Mais alors que le secteur de l’ingénierie a aidé l’Inde à émerger comme un acteur compétitif sur la scène mondiale au cours des dernières années , le gouvernement indien est conscient qu’il a encore un long chemin à parcourir pour rattraper quelques-unes des économies plus matures , y compris son voisin la Chine .
Le président M.Singh, s’adressant au Congrès scientifique indien au début Janvier 2011, a déclaré une décennie de l’innovation.

 » Le temps est venu pour l’Inde de produire les Ramans et Ramanujans du 21e siècle ». Dans le même discours, Singh a proclamé sa conviction que la clé pour faire cette transition est d’investir dans l’enseignement des sciences au niveau universitaire :  » j’ai toujours cru qu’une université est le lien vital dans la chaîne de l’enseignement de la science et de la recherche ».

 

L.S Shashidhara, le doyen de la recherche à l’IISER de Pune, estime que le système universitaire traditionnelle indien et les instituts d’enseignement technique du pays, ont permis de diplômer des gens aux solides compétences techniques, et les ont dotés d’une bonne éthique de travail. Mais il reconnaît aussi que ces instituts n’ont pas réussi à produire un grand nombre de diplômés disposant d’une profondeur de connaissances scientifiques suffisamment étendue pour produire une véritable innovation indienne.

 » Le problème actuel de la pharmacie, de l’automobile et des industries des nouvelles technologies, c’est qu’ils n’ont pas un nombre suffisant de personnes formés pour faire de la R & D  » estime-t-il.  » Ainsi, par exemple, ils sont capables de fabriquer n’importe quel nombre de voitures dans ce pays, mais pour concevoir une nouvelle voiture, ils n’ont pas les personnes disponibles avec une connaissance suffisante que ce soit en aérodynamique ou en transfert de chaleur. »

Pour y remédier, les IISERs ont relevé le défi de former une nouvelle génération d’étudiants qui peuvent penser scientifiquement plutôt que de simplement maîtriser la capacité de mémoriser des faits scientifiques. L’une des principales différences entre les pratiques des IISERs et l’enseignement des sciences dans les universités indiennes traditionnelle est l’accent mis sur la recherche. Les étudiants sont immergés dans la recherche scientifique à travers leurs programmes d’études et ils ont tous étudié un programme scientifique interdisciplinaire.

Shashidhara ajoute que les programmes d’enseignement de premier cycle sont souvent liés à des projets de recherche en cours.  » Notre institut est fondée principalement sur un concept de rôle modèle « , dit-il. «Si les chercheurs sont en train de faire un travail de qualité et si les doctorants sont ravis de ce qu’ils font, les étudiants qui viennent dans ce domaine seront motivés pour prendre la recherche comme choix carrière. »

Et pour attirer les meilleurs chercheurs, les nouveaux membres du corps professoral sont assurés que le temps d’enseignement du premier cycle ne représentera pas plus de 20 % de leurs heures contractuelles. En réalité, le temps d’enseignement représente une fraction nettement plus petite de la semaine de travail, car les chercheurs sont libres d’utiliser les laboratoires à leur guise.

Pour entrer dans l’un des cinq IISERs , les élèves peuvent passer le même examen d’entrée que les étudiants candidats aux fameux IIT. Mais les IISERs offrent aussi des places pour les étudiants qui obtiennent des notes suffisantes dans les examens scolaires de l’Etat, qui passent alors un court test d’aptitudes. En 2012, les IISERs ont admis 600 nouveaux étudiants – 120 pour chaque institut. Tous les étudiants s’inscrivent sur ​​une période de cinq ans dans laquelle les ils passent leurs deux premières années à étudier un programme de base de physique, chimie, mathématiques et biologie, avec une quantité importante de travaux de laboratoire dans chaque discipline. Dans les troisième et quatrième années, les étudiants peuvent commencer à se spécialiser dans l’une des disciplines scientifiques de base ou continuer à étudier un ensemble de sciences, ainsi que la présentation de nouvelles options comme les neurosciences. Les étudiants ont alors la cinquième année entière pour poursuivre un projet de recherche de leur choix, qui peut être réalisé dans les installations des IISER ou dans l’industrie.

Les IISERs parviennent-ils ainsi à atteindre cet objectif d’inciter plus de diplômés à poursuivre la recherche de la science ? Bien qu’il soit trop tôt pour tirer des conclusions définitives, il y a quelques signes avant-coureurs. Parmi les diplômés des deux premiers lots des élèves à IISER Pune, près de 70% ont continué à faire un doctorat en sciences et 10 % sont impliqués dans la recherche industrielle et le design. Selon Shashidhara, ces chiffres sont comparables dans tous les IISERs. Dans les universités classiques, seuls 25 % des étudiants poursuivent des carrières dans la science.

 

Toutes les références sont issues de Physicsworld, special report India, decembre 2012. J. Dacey, p 28

Une analyse de la culture scientifique en Inde, Prasad, 2005

Notes de lecture et extraits traduits del’article :

Prasad, A. (2005). Scientific Culture in the “Other” Theater of “Modern Science”: An Analysis of the Culture of Magnetic Resonance Imaging Research in India. Social Studies of Science, 35(3), 463–489. doi:10.1177/0306312705050831

Dans cet article, Prasad montre qu’une culture de non-collaboration existe en Inde, quelque soient les disciplines et les institutions.

 « Presque tous les scientifiques et les représentants du gouvernement que j’ai interrogés ont convenu qu’il n’y a pas beaucoup de recherche collaborative en Inde » (Prasad, 2005).

L’auteur montre comment, pour expliquer leur manque de collaboration, les scientifiques indiens citent très souvent des attributs cognitifs et comportementaux. Néanmoins, d’après Prasad, ce serait une erreur d’utiliser ces réactions pour faire valoir que les scientifiques indiens manquent de certaines «valeurs scientifiques», ou de montrer que les pratiques techno-scientifiques en Inde sont différentes en raison de certaines valeurs ou comportements cognitifs persistants ou certains attributs de la culture indienne. D’après lui, l’habitude de non collaboration fonctionne en relation dialectique avec les réseaux nationaux de pouvoir et d’administration.

La culture de la science en Inde n’est pas statique et immuable. Elle est en train de changer, en raison d’un consensus néo-libéral émergeant, et en raison des efforts fructueux des Indiens dans le domaine du développement de logiciels.
Shiva et Bandyopadhyay et quelques autres historiens et sociologues des sciences ont souligné l’importance de l’émergence d’une «communauté scientifique» pour le développement de la recherche scientifique en Inde. Selon eux:

« [L] ‘existence d’ une communauté scientifique qui partage des critères et des valeurs scientifiques devient essentielle pour l’auto-maintien de l’activité scientifique dans une société donnée. Alors que la profession scientifique en Inde est la troisième plus importante au monde, elle ne constitue pas une communauté scientifique qui partage des valeurs et des engagements scientifiques ». (Shiva et Bandyopadhyay, 1980: 593)

Prasad (2005) montre dans le cas de la recherche RMN et IRM (imagerie par résonnance), qu’une communauté sous la forme d’une société professionnelle existe en Inde depuis les années 1960. Cependant, l’existence même d’une telle société n’a pas été en mesure de favoriser les collaborations multidisciplinaires pour le développement de la recherche IRM.

La Recherche dans les zones frontalières permet aux scientifiques dans les instituts d’élite indiens de publier dans les revues de haut rang international.

À certains égards, effectuer des recherches, dans certaines zones frontalières de la science peut être plus facile en Inde qu’aux Etats-Unis, en Europe occidentale ou au Japon.

Prasad montre comment les cultures de la recherche techno-scientifique sont dialectiquement liés aux réseaux de pouvoir et d’administration.
Il a délibérément omis de comparer les pratiques techno-scientifiques en Inde avec ceux d’une autre société ou d’une autre nation comme on compare deux modèles culturels distincts et différents issus de contextes historiques et socio-techniques. Il a préféré s’intéresser à des études empiriques de la pratique et des connaissances scientifiques pour affirmer que la culture techno-scientifique (s) est contingente et intégré au sein de certaines pratiques historiques et socio-technique. Pourtant, comme il le montre dans cet article, nous pouvons tracer quelques traits communs des pratiques scientifiques en Inde.

« Nous ne pouvons que travailler dans une configuration féodale (les rois et leurs serviteurs). En science aussi nous avons besoin d’une «personne tenant un bâton – danda » entretien avec un physicien IRM réalisé par(Prasad, 2005)

Un scientifique indien doté d’une expérience de travail aux Etats-Unis et en Inde estime que les termes

« ‘Sir’ ou ‘Madam’, sont utilisés comme des marques de respect envers les aînés. Même s’ils sont de moins en moins utilisés, comme cela commence à se produire, le respect des anciens est toujours là. »

La culture scientifique indienne a peut-être une forme particulière de collaboration qui suit le modèle traditionnel indien de ‘guru-shishya paramparâ’ (l’ancienne tradition de dissémination du savoir de succession de maître à disciple en Inde).

Un autre scientifique explique:

«Si vous voulez choisir un mot qui caractérise la plupart des scientifiques indiens, c’est le fait qu’ils ne sont pas sûrs d’eux. »

«Si vous donnez un problème à un scientifique indien alors il peut méticuleusement le résoudre. Mais il n’est pas enclin à produire des idées originales ou des problèmes pour lesquelles les Américains sont doués. « Ce n’est pas une croyance rare à propos des scientifiques indiens ou, plus généralement, des scientifiques du soi-disant« tiers monde ». Un scientifique indien en IRM interrogé par Prasad (2005).

Dans presque tous les laboratoires que Prasad a visités, les scientifiques ont toujours montré peu d’intérêt pour l’obtention de brevets. Les scientifiques qu’il a interviewé ont attribué cela à la culture indienne. Certains scientifiques n’ont même pas brevetées les techniques d’IRM qu’ils avaient développés dans leurs laboratoires. Un scientifique IRM a dit «peut-être est-ce le résultat de notre culture. Dans notre culture, la déesse Lakshmi [déesse de la richesse] et la déesse Saraswati [déesse de la connaissance] ne vont pas ensemble.  » Le conflit entre les acquisitions de la richesse et de la connaissance est une croyance commune en Inde. Cependant, il n’existe aucun moyen de déterminer quel effet, le cas échéant, la foi dans les déesses Lakshmi et Saraswati a eu sur les attitudes envers les brevets en Inde. Néanmoins, estime Prasad, nous devons être prudents et en tirer des conclusions sur les caractéristiques inhabituelles de la culture indienne, parce que:

(1) presque chaque société met l’accent sur la pureté de la connaissance,

(2) la conception de la connaissance comme une propriété privée, dotée de droits et brevets, a émergé dans les 300 dernières années et est devenue plus ancrée dans les 30 dernières années. Il ne veut pas dire que les «traits culturels organisés en dehors de la communauté scientifique» ne jouent aucun rôle dans la pratique scientifique. Comme il le montre dans cette étude, les scientifiques ont très souvent affirmé que des valeurs «indiennes» particulières influencent la pratique scientifique. Cependant, les attributs cognitifs ou comportementaux des personnes existent et fonctionnent dans certaines économies politiques, et ils changent au fil du temps. Une explication des pratiques scientifiques comme reflets ou conséquences de la «culture extérieure» fournit, au mieux, une image partielle (dit-il, pas d’accord, Indécise xx). Si nous examinons de plus, dit-il, la spécificité de l’économie politique dans laquelle ces pratiques fonctionnent, cela devient évident. Prasad montre que les réseaux socio- techniques nationaux affectent gravement la culture de la recherche IRM en Inde.
Un rapport du groupe de travail de la Commission de planification intitulé ‘l’Inde comme superpuissance de la connaissance »préparé sous la leadership de APJ Abdul Kalam, l’actuel président du pays, souligne que :

« [Le] XXIe siècle sera le siècle de la connaissance. Seules vont survivre et réussir les nations qui vont construire une dynamique de la connaissance et créer de véritables sociétés du savoir. . . . Un aperçu des impressionnantes réalisations de la civilisation indienne sur trois millénaires renforce la croyance que l’Inde était une société de la connaissance de premier plan dans les millénaires passés. »

D’après Prasad, un tabula rasa pour l’analyse des pratiques / culture scientifique dans les sociétés non-occidentales n’existe pas. Les débats sur la culture scientifique ne peuvent pas être innocemment extirpés des racines eurocentriques de la notion de culture scientifique et son rôle hégémonique dans la création d’une division techno-culturelle Occident / non-Occident. Cependant, nous devons être prudents parce que, même la critique de l’eurocentrisme associé à la science moderne,  continue à être sur-déterminée par l’image construite de la science moder