Enjeux : pourquoi s’intéresser aux autres formes de science ?

On ne peut pas penser le monde dans sa complexité et son caractère dynamique si l’on reste uniquement basé sur des modes de savoirs issus de l’approche de pensée grecque. Car un pan de réalité est inaccessible. Et surtout on ne peut pas penser le tiers exclu, la place de l’observateur, l’espace dynamique, etc. Ce n’est pas qu’on ne peut pas les penser, c’est qu’on a des outils de pensée qui correspondent à une compréhension du réel déterminée par ces outils. Développer le panel d’outils à notre disposition, voilà qui permet d’avancer dans le savoir !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sabine Rabourdin (1 février 2013). Enjeux : pourquoi s’intéresser aux autres formes de science ? L'Indécise. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4lp


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search