Regards indiens sur la compatibilité entre les savoirs

Voici quelques notes à propos du texte de  Caterina Guenzi, anthropologue, maître de conférence à l’EHESS, ” Regards indiens sur la compatibilité entre les savoirs” publié dans Haag, P., Lemieux, C., Schaub, J.-F., Thireau, I., Désveaux, E., & Fornel, M. de. (2012). Faire des sciences sociales. Paris: Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Idée principale

Les exemples relatifs à l’astronomie indienne de C.Guenzi montrent que la relation entre savoirs coextensifs et concurrents est conçu le plus souvent en termes de complémentarité plutôt que de contradiction.

Hétérodoxie

A la différence du modèle décrit par Thomas S.Kuhn (1972) à propos des révolutions scientifiques, où la discontinuité, la rupture et la substitution caractérisent les relations entre paradigmes en compétition, dans les cas traités ici, les théories, même antagonistes, coexistent et s’accumulent sans s’exclure réciproquement. […] Cette attitude ne doit cependant pas être lue comme une sorte d’indulgence épistémologique ni comme une attitude proprement indienne à l’inclusivisme. [L’indécise : par “inclusivisme”, on entend la tendance qu’a l’Inde à inclure de nouveaux dieux, de nouvelles sciences, nouvelles cultures sous la forme d’une grande hétérodoxie.  Oberhammer, Hacker, et Halfbass notamment, ont débattu de cette attitude dans le cas de l’Inde]. Non seulement il existe des cas d’exclusion, mais l’attitude conciliatrice répond à des stratégies visant à garantir la survie d’un savoir et des spécialistes qui le pratiquent [L’indécise : on pourra à ce sujet consulter l’ouvrage de Max Weber, “Hindouisme et Bouddhisme”, (réédition Flammarion, 2003) qui décrit les stratégies des brahmanes pour garantir leur statut social].

Le contexte tranche

“Pourquoi le monde est-il tel qu’il est ? Comment savons nous ce qui est vrai ? Il existe une pluralité d’explications de réponses en Inde.” C. Guenzi s’intéresse à l’astrologie qui met en comparaison 6 catégories : techniques divinatoires, théories brahmaniques karma, ayurveda, cosmologies des purunas, science moderne et biomédecine. “Les pratiques de comparaison concernant ces différents savoirs montrent qu’il existe plusieurs critères de « comparabilité » et que la relation de compatibilité entre l’astrologie et d’autres savoirs ne dépend pas nécessairement de critères épistémologiques. Dans le domaine de la jyotisha, la comparaison n’a pas vocation généralisatrice ni taxinomique, mais elle vise à établir une relation particulière – de ressemblance, de complémentarité, de supériorité, de contradiction etc.” “Certains discours et théories contribuent à créer des zones de continuité épistémologique entre la « science moderne » et la discipline astrale. Ces théories, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ne sont pas élaborées dans une frange de la société, en dehors de toute forme de reconnaissance institutionnelle, mais au contraire, sont souvent défendues par des spécialistes de renom travaillant au sein de prestigieuses institutions. Elles ne sont pas non plus réduites à des relations à sens uniques, où des pandits indiens, pour montrer la validité de ce savoir ancien et garantir sa survie, chercheraient à accommoder à celui de la science moderne, mais elles peuvent parfois être élaborées au sein de cercles intellectuels britanniques.” [L’indécise : une recherche similaire gagnerait à être menée pour les sciences de la matière, de l’univers, la physique théorique. Certains discours et théories contribuent à créer des zones de continuité épistémologiques entre physique moderne et vedânta par exemple. Des intellectuels de renom peuvent défendre cette continuité épistémologique, voir à ce sujet ma note sur J.C Bose ou celle sur A. Goswami sur ce carnet de recherche. De même des cercles de scientifiques occidentaux ont défendus certains rapprochements comme E.Schrödinger, O.Costa de Beauregard, sans parler de F.Capra et G.Zukav, qui ont vulgarisé ce rapprochement.]

“Ces différentes approches ne sont pas mutuellement exclusives et se trouvent souvent combinés dans la pratique, comme le montrent un bon nombre d’ethnographies” (“multiform reasoning”, Khare 1993 ou “multiple order of reality”, Tambiah 1984. [L’indécise : on pourra consulter ma note sur Tambiah sur ce carnet]; Sheryl Daniel 1983 montre la manière dont les acteurs sociaux choisissent entre plusieurs systèmes d’explications du malheur au Tamil Nadu avec la métaphore de la boîte à outils.)

“La priorité épistémologique d’un savoir sur un autre n’est pas établie de manière absolue et est décidée en fonction du contexte et du type de problème à résoudre. [L’indécise : il est troublant de constater encore une fois l’importance du contexte dans les processus de connaissance, en Inde.] En fonction du contexte et du type de problème à traiter les personnes se servent de la cosmologie la plus appropriée à leurs besoins (karma, ayurveda, puranas, etc) sans se soucier de la cohérence et de la compatibilité entre les différents systèmes d’explication.” “Rare sont les travaux anthropologistes qui s’intéressent au point de vue des spécialistes et des théoriciens ce qui permettrait d’aborder plus en profondeur la question de la manière dont la relation entre les savoirs sont conçus. En effet loin d’aller de soi, la coexistence entre plusieurs systèmes de représentation et d’explication du monde fait l’objet de discours, de réflexions et de débats. Des stratégies d’évaluation, de négociation sont mobilisées afin de définir des relations cohérentes et des hiérarchies entre des cosmologies potentiellement conflictuelles tout en établissant des relations de complicité ou bien de compétitions entre spécialistes [L’indécise : pour ma recherche, j’aimerai appliquer cette démarche à la physique contemporaine et les formes de croyance].

Enjeux de survie de disciplines

Un tournant majeur est marqué par la politique du parti nationaliste hindou (Bharata Janatiya party) au pouvoir de 1998 à 2004. Ca parti décide le financement public de la création de départements d’astrologie védique au début des années 2000 en insistant sur son caractère « scientifique » [L’indécise : voir à ce sujet ma note sur ce carnet au sujet de l’ouvrage de Meera Nanda “Prophets facing backward”] . Cette politique a fait scandale dans les milieux scientifiques et intellectuels de la gauche indienne, ainsi que dans les mouvements rationalistes, qui dénoncent la scientificité de l’astrologie, mais aussi l’hindouisation du savoir imposé par la droite hindoue au sein des institutions éducatives publiques.”

“L’argument le plus souvent avancé pour affirmer l’utilité et la légitimité des recherches iastro-astrologiques consiste à souligner leur complémentarité par rapport à l’approche biomédicale” : l’astrologie nous dit pourquoi telle personne et à tel moment précis [contexte + observateur] souffre d’un cancer, alors que la biomédecine explique comment le cancer se développe [fonctionnement mécanique de la maladie].

“La coexistence de ces deux procédures méthodologiques [jyotisha et biomédecine] montre que deux sources d’autorité cognitive radicalement différentes sont reconnues comme valides : la parole révélée, transcendante et incontestable des maîtres anciens, auteurs des traités sanskrits d’une part, et, de l’autre, l’expérience qui permet l’élaboration de nouvelles théories à partir du traitement des données empiriques. Dans un cas, la priorité épistémologique est accordée à la théorie en tant qu’ensemble de principes qui ne sont pas sujets à un processus de vérification empirique, alors que dans l’autre cas, l’expérience contribue de manière indispensable à la progression de la connaissance.”

“D’autres scientifiques [C.Guenzi a fait enquête auprès de chercheurs en géophysique mais aussi d’astrophysique], souvent diplômés d’une université étrangère, décrivent l’influence des planètes en terme de radiations, d’ondes ou de champs électromagnétiques, et ils les reconnaissent aussi en tant que divinité du panthéon hindou faisant l’objet de rituels de pacification et de propitiation. Pour la plupart brahmanes, comme le père de Ramanujan [L’indécise : Ramanujan, n’est pas le mathématicien célèbre mais l’auteur d’un célèbre article “Is there an indian way of thinkinfg ?” sur lequel j’ai d’ailleurs produit une note disponible sur ce carnet de recherche. Or le père de Ramanujan était mathématicien et à la fois féru d’astrologie], ils voient dans l’astrologie une science moins parfaite, mais plus complète que la physique ou la biologie, puisqu’elle permet d’aborder aussi bien les questions médicales, que les problèmes d’ordre familial”.

“La pratique de la comparaison entre différentes formes de connaissance n’a pas de portée généralisatrice ni de valeur heuristique mais sert plutôt à produire un savoir situé dans l’espace et dans le temps. C’est parce qu’ils sont partagés au sein d’un même espace social que les savoirs sont non seulement comparables mais comparés, ils doivent être soumis à la comparaison, leur positionnement réciproque devenant une nécessité.”

“Les efforts accomplis pour définir le rapport entre leur savoir et d’autres savoirs s’imposent comme une condition de survie de la discipline. L’acte de comparaison devient un outil pour établir des alliances ou des hiérarchies entre des théories, des méthodes et des approches qui permettent d’encrer le savoir dans sa temporalité.”

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search