Les valeurs


– Comment la science (physique quantique ou astrophysique) véhicule-t-elle des valeurs ?

– Ces valeurs sont-elles partagées par tous les scientifiques ? Quelque soit leur culture locale ? – La science faite en Inde véhicule-t-elle d’autres valeurs que celle faîte en Europe ?

– Les scientifiques d’origine indienne véhiculent-ils d’autres valeurs que les scientifiques d’origine européenne ?

N. Lechopier dispose d’outils d’analyse pour savoir comment chaque programme de recherche, chaque théorie scientifique véhicule des valeurs. Il existe des distinctions conceptuelles entre stratégies et théories. La théorie est-elle neutre, comme le pense H.Lacey et impartiale ? Et la stratégie jamais ?

Quelles données, quels signes prendre en compte ? Par exemple, la physique moderne ne s’intéresse pas aux couleurs, tout un chapitre (du réel ?) qui n’est pas pris en compte. Les formes d’exclusion et ce qui est neutre renseignent sur les valeurs.

 

Pour répondre à ces questions, on peut distinguer d’une part les valeurs qui fournissent des règles déterminant les pratiques ou méthodes scientifiques acceptables, et d’autre part, celles qui renvoient aux intérêts et présupposés qui peuvent contraindre la pratique scientifique sans pour autant violer les règles constitutives de la science. Pour les premières on peu citer les valeurs du savoir : par exemple en physique, symétrie et invariance (cf livre d’Anastasio Brenner ci-dessous). Pour les secondes, par exemple l’intentionnalité, avoir l’intention de « faire science » peut constituer une condition – non suffisante mais nécessaire de scientificité pour N.Lechopier. Autre exemple, la volonté de progrès, portée par la demande de croissance économique et technique, comparativement à celles plus traditionnelles de la Connaissance au sens noble ? Une vie spirituelle riche fait-il que l’on attend autre chose de la science ?

 

Question associée :

– Si les stratégies et les valeurs de la science diffèrent selon les « cultures locales », y-a-il par contre un raisonnement « scientifique » universel ?

Pour H. Lacey, les stratégies et les valeurs sont différentes selon les cultures mais le raisonnement est identique. Pour moi a priori pas. A creuser. Il existerait plusieurs types de logique (tiers exclu, etc) mais un seul raisonnement universel ? Le tiers exclu est-il hypothèse ou principe logique ? Différence entre ce qui est juste et ce qui est objectif.

Certaines logiques indiennes anciennes (Nyaya, Catuksoti) reposent sur une acceptation du tiers exclu et sur l’étude des relations entre les objets plutôt que sur les objets. Un objet se définit par ses relations[1].

– Comment se place le chercheur avec ses propres obédiences ? Exemple d’un scientifique  qui serait fervent catholique et en même temps chercheur. Il change à chaque fois de mode ? Il cherche à faire coller sa science avec sa recherche ?

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sabine Rabourdin (8 février 2013). Les valeurs. L'Indécise. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4lr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search