Méthode : détour par l’histoire des sciences indiennes


Un travail sur l’histoire des sciences en Inde, pour comprendre le background des scientifiques que je vais interroger, et pour savoir s’il y a continuité ou rupture dans leur manière de faire de la science aujourd’hui, par rapport au passé de l’Inde :

– Une des options est de passer par des histoires de personne (scientifiques) pour raconter l’histoire des sciences en Inde. Par ex, Chandrasekar, Bose, Raman, etc, et ce qui a pu affecter leurs stratégies pour correspondre à leur mode de pensée ?

Questionnement sur les textes de « physique » indiens de l’Antiquité. Est-ce que tous les savoirs peuvent être réappropriés, traduits ? Ou y a t-il des savoirs natifs qui ne font plus sens s’ils sont extraits de leurs contexte? Peut-on comparer les textes de l’Inde ancienne aux savoirs modernes en reformulant les contenus de pensées ? C.Jacob estime que des savoirs produits à différentes époques ne sont pas commensurables. On a tendance à projeter un découpage contemporain. Par exemple, on peut trouver de la physique dans les textes anciens mais c’est se priver de comprendre ce qui fait que les physiciens indiens anciens n’étaient pas comme aujourd’hui. Le savoir encodé des sutras peut-il être décodé ? Cela exige-t-il de restituer les intentions intellectuelles de leurs auteurs ou bien sont-ils destinés à s’adapter à chaque époque ? Peut-il parler à des sociétés très différentes ? Qu’est-ce qu’il y a d’universel dedans ? On peut aussi voir les traités Vaisesika et Amsubodini comme des textes devant être réinterprétés à chaque époque sans leur donner une « aire » de validité initiale. Pareil pour les Grecs ? 4 éléments. Réinterprétation d’Aristote, etc.

Réquisitionner la notion de vérité selon critères d’une époque. Chaque époque a eu son « inquisition » qui imposa ses dogmes et pratiques d’enseignement, ouvrages de référence,… Chaque institution ou société donne à la notion de preuve ou de vérité un sens différent. Et même à une même époque, différences entre vérité d’un chercheur académique ou pas.

– L’histoire des sciences en Inde sur laquelle je vais insérer ma recherche s’inscrit-elle sur une démarche internaliste ou externaliste ? On peut concilier les deux approches : un manuscrit, un théorème intègre un savoir « internaliste », mais il le fait de manière externaliste. Les sutras permettent de stocker du savoir et autorisent des corrections, des discussions, des réinterprétations, au fil des époques, qui ne perturbent pas la structure d’ensemble (comme les cartes géographiques de Ptolémée).

Séminaires

– Séminaires Kapil Raj CNRS/EHESS (historien des sciences) et Christian Jacob EHESS (histoire et anthropologie des savoirs), CNRS,

Lectures

A concise history of sciences in India, D. M. Bose, Samarendra Nath Sen

[Published for the National Commission for the Compilation of History of Sciences in India by] Indian National Science Academy, 1971 – 689 pages

Chandra: A Biography of S. Chandrasekhar (Centennial Publications of The University of Chicago Press), Kameshwar C. Wali, 1993

« La science est-elle universelle ? »Jean-Marc Lévy-Leblond, Le Monde diplomatique, mai 2006,

Manuel d’études indiennes tome2, Louis RENOU et Jean FILLIOZAT Paris 1985, réimpression 2004, in-8° br., 669 pages, 1 carte en dépliant.

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sabine Rabourdin (8 février 2013). Méthode : détour par l’histoire des sciences indiennes. L'Indécise. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4lu


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search