Les images du savoir, organisation sociale et attitudes de recherche dans un département de physique en Inde

imagesK.Raj s’interroge sur les lacunes de la science moderne en Inde. « Pourquoi nos institutions ont-elles jusqu’à présent échoué à atteindre le niveau des meilleurs instituts de l’Occident ? » Pour y répondre il se demande quelle image du savoir ont les scientifiques indiens ? Et sa manière de connaître cette image du savoir consiste pour lui à découvrir de quelle manière les chercheurs élaborent des solutions à leurs problèmes. Comment leur interaction professionnelle avec leurs collègues a-t-elle une incidence sur leur choix et leurs méthodes de recherche ? Comment communiquent-ils entre eux ? ”

Note de lecture

Title: Images of Knowledge, Social Organization, and Attitudes to Research in an Indian Physics Department
Author(s):Kapil Raj
Year: 1988
Volume: 2 Start page:317
Publication: Science in Context

 

Etat de la littérature :

La « culture en science » n’est pas l’une des principales préoccupations des anthropologues de la science et est un anathème pour beaucoup d’entre eux. Même le travail pionnier de Bruno Latour et de Steve Woolgar (1979) suppose que le processus de raisonnement dans des champs particuliers de la recherche scientifique est invariant à travers le monde. L’idée d’une science nationale semble pour la plupart des spécialistes de la science un concept très agressif. [Voir Rosenberg 1970,9 Hagstrom 1965 avec sa thèse du don, voir aussi l’article sur les styles en sciences (Gayon) dans ce carnet de recherche]. La «République de la science[1]» (Polanyi 1962 54-73), désigne le fait que la science possède un élément essentiel d’autonomie, indépendamment de la géographie- comme l’Anglais proverbial qui a apporté sa culture avec lui partout où il allait, imperméable aux forces extérieures. «Les pays sous-développés n’auraient que des cultures de pré-recherche dépourvues des éléments institutionnels et de la motivation propre à la science» (Dedijer 1963). Cela fait écho à l’idée admise par beaucoup en Europe de la fin du dix-neuvième siècle, que les cultures non-occidentales ne pouvaient pas développer la science, suprématie occidentale (Pyenson 1982).  Aujourd’hui, personne ne conteste le fait qu’il existe des différences perceptibles dans la pratique scientifique dans les différentes régions du globe. Mais la plupart des chercheurs estiment que ces différences sont des lacunes des pays non occidentaux, «la pratique effective de la science occidentale étant entravée, voire empêchée» dans ces pays du fait de «l’hostilité de l’environnement local» ou des «difficultés dans la pratique de la science occidentale dans la culture non-occidentale »(Handberg 1986 531).
Thèse/hypothèse de l’auteur : la thèse de K.Raj est que la façon dont une culture envisage le savoir ou « l’image de la connaissance», est une doctrine culturellement déterminées qui joue un rôle crucial dans la pratique d’une communauté scientifique locale donnée en particulier, et dans le cadre socio-interactif de l’ensemble de la société en général. C’est ce qui détermine ce qui comptera comme connaissance. Les problèmes et les stratégies adoptées pour résoudre des problèmes scientifiques sont, en Inde, en effet, différents de ceux des autres communautés scientifiques, mais, pour autant, peut-être pas inférieurs à eux. Au lieu de percevoir dans ces pratiques un manque de “créativité”, il serait beaucoup plus fructueux d’admettre que les pratiques scientifiques diffèrent d’une région à l’autre. En outre, l’étude de leurs spécificités pourrait nous aider à comprendre que ces différentes images engendrent différentes notions de «créativité», donnant lieu à différents programmes de recherche et de compétences différentes, même si tous sont exprimées au sein du
langage commun d’une discipline donnée (dans ce cas, la physique) et sont donc compréhensible pour l’ensemble de la communauté internationale. Pour la philosophie des sciences, aussi, cette approche suggère un moyen de sortir de la polémique rationaliste-relativiste.

Objectif : L’auteur cherche à démontrer la spécificité de l’image du savoir chez les scientifiques indiens. Son but est de montrer qu’un groupe donné de scientifiques a tendance à choisir ce qui est culturellement plus familier parmi toutes les ressources à leur disposition à un moment donné.
L’étude qu’il expose dans l’article est une tentative pour tester cette hypothèse en mettant en lumière quelques-uns des ingrédients locaux spécifiques qui contribuent aux spécificités des pratiques scientifiques locales. Il ne s’agit pas de considérer ces ingrédients locaux comme des lacunes par rapport à une norme de l’esprit scientifique – l’esprit indien superstitieux et soumis à la contrainte des castes, par exemple – mais plutôt de comprendre comment ces ingrédients différencient les pratiques de recherche dans différentes régions du monde dans un domaine donné de la recherche scientifique.

Méthode : Comment s’y prendre pour identifier quelque chose d’aussi intangible que ces images de la connaissance ? D’après K.Raj, les méthodes utilisées jusqu’ici par les sociologues des sciences du Tiers-Monde – bibliométriques ou questionnaire basé sur les analyses sociométriques – sont biaisées par une foi aveugle dans les pontifications des scientifiques  (et en Inde ces pontifications abondent), donc la méthode bibliométrique ou par questionnaire est manifestement inadéquate pour ce sujet. (pour une critique de la scientométrie conventionnelle , voir Edge, David O., 1979. “Quantitative Measures of Communication in Science: A Critical Review,” History of Science 17:102-34). L’auteur choisit donc la methode anthropologique, en présence. Quel échantillon représentatif permet de mener cette étude ? Il passe 5 semaines sur place, dans un laboratoire de physique de l’Indian Institute of Science à Bangalore : « J’étais présent à l’Institut de chaque jour ouvrable et dans des groupes différents. En outre, j’ai mené de longs entretiens avec les professeurs et les élèves, en fonction de leur curriculum vitae. » Sa méthode est donc surtout basée sur des entretiens, avec des descriptions de qui fait quoi, qui publie comment, qui a fait quelles études, quels voyages à l’étranger, quelles relations hiérarchiques, etc. [L’indécise : c’est une méthode que je souhaite adopter aussi en passant 5 semaines en Inde, dans un laboratoire de physique, mais sur d’autres questions que celles de l’image du savoir. Mon lieu de recherche sera non pas un IIT, mais le Tata Institute of fondamental research].
L’auteur suggère de faire contraster ses observations en les effectuant sur un autre groupe dans un autre pays, ce qui permettrait de faire ressortir les singularités de la praxis indiennes. Une autre comparaison avec les pratiques intellectuelles traditionnelles de l’Inde elle-même pourrait, avec un peu de chance, révéler certaines des images sous-jacentes. Il choisit pour palier ce manque, de comparer deux groupes de chercheurs indiens entre eux, au sein de l’IIT, un groupe de chercheurs ayant passé du temps aux Etats-Unis, et un groupe de chercheurs resté en Inde. [L’indecise : dans mon cas de recherche, j’hésite encore à comparer des physiciens indiens à des physiciens français. Il est aussi possible de comparer des physiciens indiens travaillant en Inde, à des physiciens indiens travaillant en France. Pour le moment, je suis indécise !].

Contexte :

Pour K.Raj, il est nécessaire de saisir la spécificité des différentes images et concepts du savoir au sein des différentes cultures comme une condition préalable à la compréhension de l’activité scientifique dans ces cultures. Cela lui semble d’autant plus évident dans le cas de l’Inde, qui possède une longue tradition de savoir presque sans interruption jusqu’à nos jours, et où la tradition continue de jouer un rôle important dans presque tous les aspects de la vie (et est universellement reconnue comme pouvant le faire). L’Inde est aussi extrêmement concernée par le développement de la science moderne. C’est l’une des communautés de scientifiques la plus importante du monde, avec plus de 1,5 millions de travailleurs-mais seulement la au huitième rang en termes de publications – couvrant presque toute la gamme des disciplines de recherche, elle se classe au treizième rang de l’édition scientifique et première des pays en développement [voir des chiffres plus récents en page d’accueil de ce carnet de recherche].

La communauté scientifique indienne est répartie sur près de 150 universités et un millier d’instituts de recherche dispersés à travers le pays. Ce sont des établissements donc relativement isolés géographiquement, et caractérisés par un manque de personnel et de financement de la recherche [L’indécise : cette situation semble avoir déjà beaucoup évolué depuis la publication de cet article (1988), les financements de recherche et le personnel ayant considérablement augmenté, au point de faire revenir en nombre les scientifiques expatriés].

Conclusions de la recherche

  1.   Pour K.Raj, si le taux de publication est inférieur en Inde à celui des scientifiques dans de nombreux autres pays occidentaux, cela est dû à la structure de l’image sous-jacente à leur pratique scientifique plutôt qu’à l’absence d’incitation matérielle ou au manque d’examen par les pairs.
  2. Le pays souffre d’un manque de créativité en science, du fait d’une vision de l’enseignement de manière encyclopédique, où le savoir est statique, et comme donné.
  3. L’habitude d’apprendre par cœur est très ancrée. Une immense valeur est attribuée à ce qui est dit et écrit, comme si ca ne pouvait pas être faux, comme si ca ne pouvait pas évoluer. Les étudiants indiens se révèlent de très bons élèves lorsqu’ils sont aux Etats-Unis, et sautant facilement des niveaux, mais moins à l’aise dans les échanges et la créativité.
  4. Les chercheurs Indiens travaillent plutôt seuls, avec leurs “étudiants”. [L’indécise : L’échange est vertical plus qu’horizontal. La tradition indienne d’écoute aux pieds du maître semble perdurer (Upanishads)].
  5. Les Indiens revenus des Etats-Unis envisagent la publication comme un outil de recherche (on publie au fur à mesure des recherches) davantage que comme un aboutissement (alors que les indiens restés en Inde ne publient qu’à l’issue de leur thèse). Cela est encore du à l’importance accordée à l’écrit. Les Indiens se spécialisent beaucoup dans les articles de review (recension, synthèse de la littérature) doués pour le savoir encyclopédique.
  6. Les chercheurs dénoncent un manque de motivation actuel des étudiants pour la recherche [J’ai l’impression que c’est l’inverse aujourd’hui, chercheur étant un métier peu valorisé socialement, ce ne sont que les très motivés qui le choisissent, à creuser]
  7. La recherche en Inde manque d’outils expérimentaux car « on ne met pas les mains dans le cambouis » quand on est brahmane. Or, la grande majorité des universitaires indiens viennent de familles brahmanes (avec un passif universitaire ou une tradition libérale-professionnel, médecin, avocat). [L’indécise : Je fais ici le lien avec mon billet “L’Inde face à la science occidentale” qui faisait justement référence aux travaux de K.Raj. Relativement peu de non-brahmanes ont réussi à avoir accès à ces professions universitaires, une partie importante provient soit de les castes supérieures du nord de l’Inde, où le brahmanisme a toujours eu beaucoup moins de prise, (Sinha 1970 105-53). Dans de nombreux pays asiatiques, les scientifiques sont souvent issus de groupes traditionnellement associés à l’apprentissage et / ou à la puissance. En Inde, depuis que les Britanniques ont apporté la science occidentale au Bengale, au XIXe siècle, la communauté scientifique semble avoir été dominée par les castes hindoues supérieures, en particulier les brahmanes. Kapil Raj décrit comment les brahmanes à leur manière “s’approprient les idées occidentales et la science pour donner de la crédibilité à leur nouveau statut dominant dans la société indienne»[ 1]. C’est ce qui, selon Raj, explique pourquoi la science indienne a tendance à accorder plus d’attention aux disciplines de base et à être ce qu’il appelle une science “propre”. Krishna[ 2] décrit également comment une science nationale indienne s’est développée dans les années 1920 en opposition à la science coloniale britannique autour de quelques leaders scientifiques, principalement dans les sciences «pures», comme la physique, la chimie et les mathématiques. Cela peut aussi expliquer en partie pourquoi la communauté scientifique indienne est clairement influencée et attirée par la communauté scientifique internationale et pourquoi les scientifiques indiens ont tendance à publier dans des grandes revues.
  8. Beaucoup de chercheurs sont absorbés dans l’enseignement et abandonnent la recherche entièrement.
  9. Pour certains scientifiques interrogés : “la vision de la physique conférées aux étudiants est très statique. Le concept védique de “savoir” opère encore dans l’enseignement de la science moderne”.
  10. Bien qu’ils soient maintenant des États indépendants, l’attitude de la créativité est toujours emprunte de servilité dans les pays soustraits à la colonisation ; parce que la science ne fait pas partie de la culture indigène, les scientifiques ont encore tendance à se tourner vers le centre (ie, l’Occident).

Bibliographie :

  • Raj, K. “Images of Knowledge, Social Organisation and Attitudes to Research in an Indian Physics Department.” Science in Context 2 (1988).
  • Popper, K. Objective Knowledge: An Evolutionary Approach. Oxford: Clarendon Press, 1972.
  • Mendelssohn, K. Science and Western Domination. London: Thames and Hudson, 1976
  • Krishna, V., and A. Jain. “Country Report: Scientific Research, Science Policy and Social Studies of Science and Technology in India.” Paper presented at the First Workshop on the Emergence of Scientific Communities in the Developing Countries, 22-27 April 1990, Paris: ORSTOM.
  • Nandy, A. Traditions, Tyranny and Utopias. Delhi: Oxford University Press, 1987, p121-122
  • Goonatilake, Susantha, 1984. Aborted Discovery. Science and Creativity in the Third World. London: Zed Books.
  • Handberg, R., 1986. “Practising Western Science in the West: Psychological and Institutional Parallels Between Western and Nonwestern Academic Cultures,” Social Studies of Science 16:529-34.
  • 1976. “A Note on Sanskritization and Westernization,” Journal of Asian Studies 15:481-96. Statistical Outline of India, 1984. 1985. Bombay: Tata Services.
  • Stokes, T. D., 1982. “The Double Helix and the Warped Zipper – An Exemplary
  • Sinha, Surajit, 1970. “Indian Scientists: The Socio-Cultural and Organizational Context of their Professional Environment,” in Science, Technology and Culture, ed
  • Shiva, Vandana, and Jayanta Bandhyopadhyay, 1980a. Science in India. Research Without Programmes – Scientists Without a Community. Bangalore: Indian Institute of Management. Mimeograph. ,
  • Salam, Abdus, 1966. “The Isolation of the Scientist in Developing Countries,”
  • Rai Choudhuri, Arnab, 1985. “Practising Western Science Outside the West: Per- sonal Observations on the Indian Scene,” Social Studies of Science 15:475-505.Raj, Kapil, 1986. “Hermeneutics and Cross-cultural Communication in Science: The Reception of Western Scientific Ideas in 19th Century India,” Revue de Synthese, IVe serie, nos 1-2:107-20
  • Needham, Joseph, and G. Blue, 1980. “The Universal Validity of Science, Cultural Relativism and the Third World,” Minerva 18:360-63
  • Long, F. A., 1979. “Science and Technology in India: Their Role in National Development,” in India: A Rising Middle Power, ed. J. W. Mellor. Boulder, Col.
  • Harris, Frank R., [1925] 1958. Jamsetji Nusserwanji Tata: A Chronicle of His Life.
  • Garfield, Eugene, 1983a. “Mapping Science in the Third World. Part 1,” Current Contents 33:5-15.
  • Dedijer, Stevan, 1963. “Underdeveloped Science in Underdeveloped Countries,” Minerva 2:61-81

[1] « Cette notion de la «République des sciences” elle-même résulte de la vision classique de la science comme le progrès de la raison et, en conséquence, de la science comme socle de l’universalisation de la rationalité. Les écrits qui distillent ce point de vue sont trop nombreux pour être cités ici. Il suffit de constater que toutes les conférences et les documents d’organismes internationaux, par exemple, UNESCO, etc, sont basées sur ce credo. Pour Moravcsik par exemple (Moravcsik, Michael J., 1976. Science Development: Toward the Building of Science in Less Developed Countries. Bloomington), le principal obstacle dans les pays moins développés n’est pas tant l’argent que la main-d’œuvre.» cette note est tirée et traduite de l’article de K.Raj.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.