Méthode anthropologique

 L’anthropologie consiste à voir avec les yeux de l’autre, (décentrage)  et à partir de là tirer des notions plus générales (conclusions analytiques, champs théoriques, et universaux).

Quels sont les points de rencontre ? L’approche indienne de la connaissance n’est pas superposable à la science moderne, mais des points de contacts riches existent (tout comme la psychanalyse et les sciences cognitives se rejoignent sur le rêve ou la plasticité du cerveau, cf Jean-Claude Amezen).

Science = Négociations entre les acteurs. Ex enjeux de disgrâce, règles du rapport aux ancêtres, sur le style de l’écriture. Chaque énoncé « scientifique » est un pion qu’on déplace sous le regard des autres (Christian Jacob). Les statuts d’un savoir fluctuent d’une génération à l’autre. Enjeux de pouvoirs (ex Richie et la mappemonde chinoise). Dans mon cas, il s’agit d’etudier les effets de cette rencontre : qui change de point de vue, etc comment ? Dans le dialogue entre science traditionnelle et contemporaine.

Les systèmes de logiques indiens et scientifiques (contemporains) sont-ils transférables ? Dans chaque tentative d’appropriation, ou de traduction, un peu de violence est nécessaire pour les faire rentrer dans des boîtiers.

Tout savoir dissimule un atelier, tout schéma, toute carte, dissimule un lieu, un contexte, des gens… C. Jacob préconise une recherche par terrain, par exemple retrouver l’ensemble des gestes sociaux du débat, de l’enseignement,… Dans mon cas, quel est le terrain : il est double : l’Inde contemporaine et ancienne ; Aller fouiller l’atmosphère des laboratoires modernes, les livres de chevet, les outils, les relations de pouvoirs… Comment les savoirs viennent-ils à s’enraciner, à faire lieu, à se géographiser ? Qu’est-ce qui caractérise les savoirs indiens ?

– Pour une définition opératoire des savoirs ? S’agit-il de renoncer à une conception normative et europeocentrée, pas hiérarchisée, les différences sont dans la reproductibilité, pas dans l’efficacité entre guérisseurs africain et médecin hospitalier (Laurent Pordié). Toutes ces disciplines à préfixe « ethno » qui ont fleuri dans les années d’après-guerre aboutissaient le plus souvent à la conclusion que des peuples n’ayant pas de tradition écrite étaient néanmoins riches de savoirs véritables, comparables à notre « science ». Ce sont précisément ces savoirs, sans représentants savants, sans académie, sans revues à comité de lecture, sans comités de sélection, que l’on appelait « ethnosciences ».

sciences = procédures discursifs etc. sociaux par lesquels sociétés donnent sens au monde et se donnent moyen d’agir ou d’interagir avec ce monde. Monde matériel et immatériel, … Science/ non science : ces oppositions sont culturelles. Processus de sémantisation qui passe par des gestes. Définition fonctionnaliste, savoirs définis par leur fonction plus que par leur contenu. Rôle structurant dans le découpage du monde en différentes dimensions. En cadres plus ou moins ouverts, à l’intérieur même d’une société. <procédures de sémantisation souvent en opposition, leur histoire raconte les influences et les luttes de ces savoirs. Dominants, hérésies ?

– Continuité ou rupture ? Y a-t-il des différences structurelles ou conjecturelles des pratiques et visions du monde des scientifiques indiens avec leur passé scientifique ?

 

Références

Les évolutions de l’enseignement des sciences. L’expérience indienne Revue internationale d’éducation de Sèvres 51 (septembre 2009), A.K. Sharma

L’enseignement supérieur en Inde, forum Curie, Ambassade de France en inde, service culturel, centre de sciences humaines

– Bourdieu Pierre. Le champ scientifique. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 2, n°2-3, juin 1976. pp. 88-104. « On voit que la question fondamentale qui se pose alors à la sociologie scientifique de la science consiste à définir les conditions sociales qui doivent être remplies pour que s’instaure un jeu social où l’idée vraie soit dotée de force parce que ceux qui participent ont intérêt à la vérité au lieu d’avoir, comme en d’autres jeux, la vérité de leurs intérêts ».

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Serge LEFORT dit :

    Je recommande : CAI Hua, L’homme pensé par l’homme – Du statut scientifique des sciences sociales, PUF, 2008 [Extraits en ligne].
    À partir d’une étude très serrée des principales théories en anthropologie de la parenté telles qu’elles ont été exposées par Durkheim, Morgan, Van Genepp, Lévi-Strauss et Schneider, l’auteur en vient à bâtir, sur la diversité des interprétations de l’origine des interdits sexuels et en argumentant pied à pied avec chacune de ces oeuvres, une théorie générale de la croyance en sciences humaines et sociales, par laquelle il revisite magistralement les questions du culturel, de l’identité et de la valeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *