Science et religion : bon ou mauvais ménage ?

 

Dans la suite logique de la matérialité de la conscience, nous allons nous intéresser au ressenti des chercheurs à propos de la relation entre science et religion.  Existe-t-il une opposition ou, au contraire, une coopération entre ces deux pôles de savoir ? Comment les physiciens indiens vivent-ils la rencontre entre démarches scientifiques et démarches spirituelles ? Encore une fois, ce genre de questions nous permet de mieux cerner ce qu’est la science, pour les physiciens interrogés, et quelles sont leurs options philosophiques ou thematiques dans le cadre de la connaissance scientifique.

 

Question et répartition des réponses

Nous avons posé à la fois aux Indiens et aux Français la question suivante : « Est-ce que la religion et la science sont concernées par des questions communes ? » Il faut souligner que le mot « religion » n’a pas la même signification entre les deux pays, ni même au sein d’un même pays. Les différents sens ont en commun de désigner une démarche qui aspire à la connaissance de la Vérité, sans passer par des études expérimentales sur le monde matériel, en bref, qui est en marge de la science. La religion procède d’une approche dogmatique, Notons que religion n’est pas spiritualité, celle-ci invitant à chercher la vérité au-delà des dogmes, mais nous n’avons pas parlé ici de spiritualité.  Un physicien interrogé fait remarquer (S.K) “Its depends of what is religion. Any thing that you can not explain is a god. Gof of light, of rain. Then, a way of trying to know them”. Pour lui, la religion est tout ce qui nous permet de connaître ce qu’on ne peut expliquer. Donc, tout ce qui est en marge de la science… Nous analysons ici les réponses afin d’éclairer la manière dont ils perçoivent la religion, ou la spiritualité, quel est son champ d’investiture et y-a-t-il superposition, pénétration, conflit avec la science ? C’est en ce sens que cela permet de comprendre ce qu’est, pour eux, la science.

 

Est-ce que la religion ou la spiritualité et la science sont concernées par des questions communes ? 

Physiciens français

Physiciens indiens

Oui

63%

18%

Non

38%

82%

         

Tableau 11 : répartition des réponses des physiciens à la question « Est-ce que la religion ou la spiritualité et la science sont concernées par des questions communes ? ». Pourcentages établis sur un total de 32 réponses de physiciens français et 22 de physiciens indiens. Le faible nombre de physiciens s’explique parce que les réponses avaient fini par être systématiquement les même comme on va le voir ci-dessous. Concernant les physiciens indiens interrogés, la religion et la science ne s’opposent pas car elles ne sont pas concernées par des éléments communs, ils sont une très large majorité à aller dans ce sens. Ce n’est pas le cas pour les Français, la majorité estime que la science et la religion sont concernées par des éléments communs et s’opposent le plus souvent sur ces éléments.

 

Physiciens indiens

Place de la religion en Inde

Il peut être utile, avant d’analyser les réponses des physiciens indiens, de décrire dans quel milieu ils se situent, concernant leur religion. La religion se déploie sur une très large game de styles en Inde, et elle est très présente, très visible, contrairement à la France. Le philosophe des sciences rencontré S.Sarukkai, a souligné à quel point la religion lui semblait absente de France, à quel point les signes religieux étaient peu présents, comparés à l’Inde ou à d’autres pays qu’il connaît comme les Etats-Unis. En Inde, au sein de la classe moyenne urbaine, dont font partie la majorité de nos physiciens, les visites des temples et lieux de pèlerinage, le recours à des pratiques religieuses traditionnelles n’ont pas diminué avec la mondialisation et ses tentations matérialistes, ces usages se sont même développés depuis les années 1980, même s’ils se sont adaptés. Certains physiciens constatent même un regain des jeunes pour les événements et rituels religieux (Kakar and Kakar 2007). La physicienne L.Z dit qu’à don époque (elle doit avoir 60 ans), c’était plutôt bien vu de ne pas être croyant, et c’était la majorité dans son collège. Mais aujourd’hui, elle trouve que les gens sont plus croyants, même les jeunes. Est-ce qu’ils ont besoin de croire davantage se demande-t-elle ? Les Indiens se livrent encore volontiers en grand nombre aux rites domestiques, aux jeûnes (vrata) aux célébrations de fêtes religieuses et aux visites de lieux de pèlerinage, même lorsqu’ils sont intellectuels de gauche (nous avons été hébergé chez certains d’entre eux et l’avons constaté). Certes, l’Inde devient de plus en plus matérialiste, ce qui induit des changements profonds. Mais l’importance de la religion reste une valeur commune aux Indiens de même que la famille. La famille et la religion tiennent des places essentielles, « ce sont elles qui donnent de l’assurance » a dit un étudiant rencontré. Celui-ci estime que les anciens critiquent le modèle occidental (et sa science, sa technologie, mais aussi ses modes de vie) qui fait changer les mentalités, rend les gens plus individualistes, éloigne des familles. « Avant il y avait une confiance dans les anciens, dans les parents, la religion. Cela apportait une sérénité » dit une étudiante. Parmi nos physiciens, on l’a dit, il y a une majorité d’hindous – pas forcément pratiquants. Kakar et Kakar distinguent « l’hindou flexible » de « l’hindou nationaliste ». Le premier préfère les gourous et pratiques religieuses qui promettent des bénéfices spirituels plus grands pour un investissement temporel moindre. L’hindou flexible assimile tout tant qu’il ne voit pas de rupture avec sa tradition. Difficile de classer nos physiciens dans ces cases. Dans l’ensemble ils sont assez peu pratiquants. Ainsi, le post-doctorant U.N raconte qu’autour de lui, beaucoup de gens vont au temple mais peu vivent une spiritualité de l’intérieur. Un certain nombre pratique les pujas (prières, rituels) et presque tous vont au temple. A.J raconte qu’il a beaucoup de collègues scientifiques qui sont très croyants, et que ca ne leur pose pas de soucis. Mais lui ne trouve pas de logique à la réincarnation, à l’astrologie. Ca lui arrive quand même de pratiquer des rituels chez lui. U.N par exemple, ne s’estime d’aucune religion. Ses parents, hindous, l’emmenaient au temple mais c’était plus un acte social. Il y va encore, plus parce qu’il aime entrer dans les temples, cela lui procure une paix intérieure. Il participe aussi à des fêtes religieuses, avec ses amis, sa famille. R.K est issu d’une famille pratiquante hindoue ; quand il rentre chez lui, pour ne pas les heurter, il participe aux pujas (prières). Son père désapprouve son absence de religiosité. Il est devenu critique en grandissant, en développant sa capacité de réflexion, avec son éducation. Il trouve qu’en Inde (et ailleurs) la religion a tendance à dominer, manipuler. J.O avait une mère très croyante et pratiquante, qui faisait souvent des jours de jeûne. Lui, en fait un peu, mais essaie de dissuader sa mère d’en faire autant. On voit que nos physiciens se situent souvent en décallage par rapport à leur famille, au sujet de la religion. Mais nous avons aussi constaté que le cynisme religieux n’était pas très présent parmi les physiciens interrogés, qu’ils soient jeunes ou vieux.

 

Avis des physiciens sur science/religion

Pour le physicien U.N, en post-doctorat au CERN, la religion ou la spiritualité n’a rien à voir avec la science. Il a lu la Bhagavad Gita, et ce qu’il en tire, c’est une manière de vivre, d’être en paix, d’être une bonne personne, mais rien à voir avec la science, dit-il. Pour lui, les savants qu’il admire comme Raman ou Babha n’ont rien puisé dans leur héritage culturel ou spirituel. La science est « western » (occidentale). La science et la spiritualité sont deux choses séparées et à séparer. Il cite à de nombreuses reprises le moine védantiste Vivekananda, qui est pour lui un exemple de sagesse et auquel il essaie de conformer certains de ses principes de vie mais qui ne représente pas pour autant une référence scientifique. Pour la physicienne R.W, la religion s’occupe de comment mener sa vie, elle ne traite pas des mystères de l’univers. C’est en tout cas, estime-t-elle, ce qu’elle devrait faire. Les trois doctorants J.L, R.I et LW considèrent que la religion en Inde ne s’implique pas dans la quête du fonctionnement de l’univers : savoir comment l’univers a été crée n’est pas un objet fondamental pour les textes mystiques ou religieux. Donc, la religion pour eux, n’empiète pas sur la science. Ils estiment que le savoir des brahmanes est surtout sur les choses politiques, rituelles, mais pas tellement scientifiques. La religion n’est pas vraiment une religion, on est libre de croire en ce que l’on veut, en des Dieux multiples, une trinité, un absolu, etc. C’est plus des règles de vie en société. La science n’est pas sur le même créneau que la religion. Ils sont nombreux à répondre dans ce sens.  Et d’ailleurs quelque soit leur religion. Ainsi, K.P, qui est Sikh, dit que pour lui, la religion a un rôle social : « social and personnal values » : faire son travail, être quelqu’un de bien, etc.

Pour la physicienne K.X, qui est hindou, comme la très grande majorité des physiciens indiens interrogés – « religion is to explain life. We can find some philosophical questions in ancient times that have common questions with science, but this is not really religion.” D’après elle, s’il y a pu y avoir des aspects scientifiques, ils sont venus de philosophes qui ne constituaient qu’une toute petite fraction des religieux ou intellectuels de cette époque. La religion, telle qu’elle est vécue aujourd’hui serait donc surtout un guide pour bien mener ses relations sociales, sa vie quotidienne. Quand on dit que l’on ne doit pas laver la chambre le soir, ce n’est pas que de la religion, dit-elle, il y a des raisons valables, car on voit moins bien le soir, quand on dit qu’il faut se laver tous les jours, c’est parce qu’on est dans un pays sale, il y a des raisons valables ! Le physicien R.Ku dit également que la religion parle du dharma, de ce que l’on peut doit faire dans sa vie quotidienne, pas de science. L’avantage de la religion hindou, estime-t-il, c’est qu’on peut croire en ce que l’on veut, il n’y a pas de dogme. On peut croire qu’il n’y a pas de Dieu, la science peut raconter ce qu’elle veut ce n’est jamais vraiment en contradiction. En Inde, où la vie est dure et stressante, la religion permet de donner de l’espoir de donner du sens à ce que les gens ne comprennent pas (la souffrance, etc). Il pense qu’il y a une grande sagesse dans les textes anciens, mais pas de science. Il y a pas mal de scientifiques de sa connaissance qui sont très croyants, mais il ne voit pas de contradiction avec leur statut de scientifique. Pour A.J, la religion est un acte social, chacun est libre de penser ce qu’il veut. Tout le monde s’en fiche. Il dit qu’il pratique la puja pour faire plaisir à mon père, mais qu’on s’en fiche de savoir ce que chacun croit ou non. La physicienne R.W trouve que la religion ne s’occupe que de « comment guider sa vie », pas des questions métaphysiques, des secrets de la nature, etc., qui sont du ressort de la philosophie. Je lui évoque des textes de référence, comme les Upaniṣads, qui me semblent à la fois religieux et philosophiques, voire scientifiques, elle répond que pour elle, mais c’est apparemment le cas pour nombre d’indiens, les Upaniṣads s’occupent de philosophie, pas de religion. Et je comprends que pour eux, la religion a une définition bien différente de ce que moi, je mettais derrière (et beaucoup de physiciens français comme moi, on va le voir ci-dessous). Je percevais pour ma part les Upaniṣads comme un texte religieux, ou en tous cas spirituel. La religion c’est pour eux un ensemble de règles destinées à conduire sa vie. En tant que tel, déjà, ce constat est un résultat !

 

Notons que quelques Indiens ont quand même trouvé des points de jonction entre science et religion. U.X explique que la lecture de la Bhagavad Gita lui a donné l’ouverture d’esprit et la conviction qu’il n’y a de vérité que par l’expérience. Il l’applique en physique, pousser l’expérience de la théorie des cordes lui permet de développer de nouvelles théories mathématiques auxquels les mathématiciens n’avaient pas pu penser. Pour la physicienne L.B, “before, people were afraid of thunder, eclipses, now because we understand it, we don’t need anymore a divine explanation, but there are so many things that we do not understand such as origin of universe and so one, that sometimes it can be good to have religious explanations. It is a good idea to mix them ». Cette physicienne soutiendrait donc le mysticisme quantique. Il y a quelques physiciens indiens qui trouvent que la religion est un frein pour la science, mais ils sont en minorité. D’ailleurs, il s’agit davantage d’une critique des superstitions que de la religion. Ainsi, pour T.P, la superstition empêche les gens d’adhérer à la pensée scientifique, pèse aussi sur le gouvernement, mais il y a des gens intelligents qui savent que superstitions are superstitions, mais ils veulent préserver la religion car elle rassure les gens et ils veulent être réélus. Le point de conflit pour lui c’est que “religion doesn’t believe in predictions of science”.

Nous pouvons donc constater que la grande majorité du discours des physiciens indiens affiche une absence de jonction et donc de conflit entre religion et science.

 

Physiciens français

Chez les physiciens français, nous observons un discours opposé concernant la jonction entre science et religion. Ils estiment en majorité que la religion et la science sont concernées par des questions communes (voir Tableau 11). Pour H.I, il y a même beaucoup de questions communes, tous les « pourquoi ? », et les « comment ? ». la question des origines (Y.Z), pourquoi on est là ? (J.R), l’origine de l’univers ? (Y.R) expliquer le monde (J.N), l’évolution, origine de l’univers (P.Q). tout ce qui concerne la partie arpentable (W.W). Il y a aussi les questions d’éthique qui mettent les deux en relation, à cause des problèmes moraux soulevés par la science (L.I). « Celle-ci, dit-il, n’est pas isolée dans une tour. On se fait parfois aider par des sociologues, des épistémologues, précise-t-il. Par exemple dans le débat national sur les nanotechnologies ». Pour E.T, ce sont les mêmes questions que se posent la science et la religion, mais elles n’ont pas la même façon d’y répondre. « Pour la religion, c’est dogmatique. Pour la science, je ne sais pas c’est une question intéressante ». Pour N.I, il y a beaucoup de questions en commun : les lois de l’univers (est-ce Dieu qui les a écrites ?), de la gravitation, de l’origine de la vie, etc., mais pour lui, la religion n’utilise pas d’expériences et elle a érigé des réponses. Ces questions communes concernent la nature profonde de l’univers, estime P.Z, or la science émerge de cosmogonies, mais elle propose un récit alternatif, testable, quantifiable. Le physicien L.P qui se déclare athée, pense que toutes les questions traitées par la religion peuvent être traitées aussi par la science. D’après le jeune Y.Z, elles ont des pensées qui peuvent cohabiter en paix mais cela demande à la religion de redéfinir son rôle. Elles n’ont pas souvent fait bon ménage, estime J.J. Pour F.I, il faut combattre les religions car elles sont un instrument de pouvoir et de carcan idéologique. A l’inverse P.X trouve que tous les apports sont bons pour répondre aux questions fondamentales. Enfin pour U.Y, « la science est une institution qui permet d’avoir des filtres assez systématiques, mécanisme de contrôle, développe esprit critique. C’est jamais parfait, mais c’est ce qui développe le plus la critique, donc permet mieux de s’approcher d’une vérité. La religion a des prétentions pour décrire le monde, mais n’est pas efficace ! Il n’est pas d’accord avec séparation radicale de Gould (Gould 1999), qui induit une séparation illusoire. Il cite Leibniz, Descartes, Newton : il n’y avait pas de coupure entre les deux ! » Finalement, estime J.J, science et religion servent à se rassurer. La plupart des physiciens français interrogés affichent un rejet de la religion, comme N.X et N.T qui leur reprochent d’être trop dogmatiques.

 

Quelques-uns, très peu trouvent qu’il n’y a pas de lien entre elles. Pour E.I, « la religion s’occupe du pourquoi, la science du comment ». M.C a vu des croyants faire de la science à haut niveau. Et comme lui est haté et qu’ils travaillent sur la même chose, il faut bien que ces deux aspects n’aient aucune relation ! J.I aussi connaît plusieurs personnes qui sont physiciens et pratiquants convaincus, « j’en tire la conclusion qu’il n’y a pas de contradiction car elles ne sont pas sur le même terrain ». X.P rejoint la posture des physiciens : il a des exigences morales, spirituelles qui peuvent être considérées comme de la religion et auxquelles la science ne peut répondre. Ils sont minoritaires à envisager cette différence de domaines. Au contraire des physiciens Indiens.


On voit bien, dans cette comparaison, les postures radicalement différentes des Indiens et des Français. L’histoire religieuse n’est pas du tout la même, et ses relations à la science fort différentes.

 

discussion

Nous remarquons la forte différence exprimée chez les physiciens indiens et français au sujet de l’opposition science/religion. Cette différence repose-t-elle sur une différence de perception de ce qu’est la science ou bien de ce qu’est la religion ? Plutôt de ce qu’est la religion d’après les entretiens. Et la non concurence de la religion et de la science en Inde peut provenir du fait que « La réalité « suprême » est réputée inaccessible à toute pensée conceptuelle et donc, à toute pensée scientifique. Traditionnellement, la connaissance savante n’avait pas pour but d’atteindre cette réalité, mais de permettre à l’homme de s’y conformer. Dans son article dans le journal Isis, “The Enchantment of Science in India », Shruti Kapila (Kapila 2010) explique le développement de la science moderne en Europe était un événement, en ce qu’elle était une rupture dans les dispositions préexistantes entre les connaissances, la religion, et l’autorité largement interprétées comme la tradition des Lumières. La science avait conduit, en dépit de la tradition dissidente dans le siècle des Lumières, à un désenchantement catégorique avec Dieu. En revanche, en Inde la science n’a pas été un événement. L’acceptation de la science en Inde, en fait, a défié les termes de référence européens. Ni l’exil, ni la mort de Dieu ne pourrait jamais être déclaré, cela n’est pas du domaine du possible. Attention, pour Kapila , il  ne s’agit pas d’aller dans le sens de la posture orientaliste qui revendique la nature intrinsèquement spirituelle de la civilisation indienne en contraste avec le matérialisme de l’Occident, il s’agit de dire que la science s’est évertuée à dialoguer avec la religion mais sur en reformulant cette dernière. En d’autres termes, l’inéluctabilité de la science n’a pas eu les mêmes conséquences politiques ou religieuses en dehors de l’Europe et, plus particulièrement, en Inde (p132).

 

Il est aussi une spécificité indienne, c’est la perception d’une dimension transcendante. L’écrivain S.Kakar écrit que « La réalité « suprême » est regardée comme le but ultime, qui donne sens à l’existence, est, en Inde, réputée inaccessible à toute pensée conceptuelle et même à l’entendement. La réflexion intellectuelle, les sciences naturelles et autres disciplines qui s’appliquent avec passion à saisir la nature empirique de notre monde n’ont donc dans cette culture qu’un statut subalterne par rapport aux pratiques spirituelles. (Kakar, 2012). Selon le physicien L.L, les Indiens sont imbibés de la pensée qui considère le monde comme une illusion, et le savoir sur le monde comme de moindre valeur comparé au travail de l’intérieur. Mais pour beaucoup de nos physiciens, comme nous l’avons vus plus haut, ce n’est pas le cas, la science n’a pas un statut subalterne pour la connaissance. Ce qui les différencie des physiciens français c’est sans doute la possibilité de percevoir des aspects de la réalité par un autre moyen que la science. Une physicienne de notre panel raconte qu’ « en Inde, on a une autre appréhension du réel» (U.T) Tout en disant cela, elle fait un geste au dessus de son téléphone, avec un mouvement fluide, courbe avec sa main, au-dessus, comme si elle ressentait quelque chose de plus déployé que le téléphone matériel. « En Europe, on voit uniquement le téléphone. En Inde, on voit quelque chose de plus. »   Pour le physicien K.M, « il existe une sacralisation de la nature, présente partout. « Tat tvam asi : toi aussi tu es cela. Vraiment chaque indien connaît ca. Même si pour certains c’est dans le fait de ne pas écraser le fourmi qui est la grand mère réincarnée, ou bien être végétarien. La nature est sacralisée. C’est l’imbrication du microcosme et du macrocosme. Donc, connaître le monde physique est sacralisé. La pratique scientifique est comme une sorte de prière à la nature. » dit-il. Ce Tat tvam asi dont il parle est effectivement un principe récurent qui nie toute coupure entre l’idée qu’on se fait de soi-même et l’idée qu’on se fait de la réalité perçue (Pirsig 2013 p155). Pour la physicienne U.T, « il y a en Inde, tout un savoir non écrit. Il suffit de vous poser à un endroit, dans la rue et de rester là à observer. Tout un savoir va petit à petit vous devenir perceptible. J’aimerai aussi avoir une autre vie pour étudier ce savoir non écrit de l’Inde. « On croit au karma, explique-t-elle, et donc, chaque chose a un sens. Du coup ca joue sur notre manière d’être, de faire de la science, de gérer une équipe, d’enseigner avec des étudiants. Et pour les phénomènes, ils ont aussi un sens. “Everything has a meaning” dit-elle. Le philosophe indien des sciences Sundar Sarukkai explique dans un entretien que nous avons eu : “There is a common philosophical background which exists through religious or cultural texts, like Bhagavad Gita, Ramayana. This is quite recent. It comes from colonialism; when orientalists put on the center stage this type of texts. Before that, every community has his own texts, Shankara Advaïta, Jain, Shikhs, etc.  But all Indian tendencies believe in the action of spirit. That is declined through the belief in karma, in astrology. Even time have good and bad qualities.  This is more about conceptions of time and space. And the conception of spirit. French are far more modernist.  Indian society is a religious society whatever it says.  French are not. » Nous pouvons donc aller dans le sens que ce qui a été dit plus haut, si les physiciens indiens reconnaissent l’existence d’une dimension non matérielle, tout comme les Français –même si ceux-ci la reconnaissent moins- ils ont surtout comme différence la conviction qu’un accès à cette dimension est possible via une autre forme de connaissance que la science, sans pour autant le mettre en pratique. En tous cas, les physiciens français n’ont pas évoqué cette dimension « transcendante ».

 

La bonne entente de la religion et de la science en Inde peut aussi provenir du fort pluralisme intellectuel que nous avons déjà signalé à propos de l’hétérodoxie dans les traditions savantes indiennes. On remarque encore de nos jours une ouverture au pluralisme dans la formulation juridique de la laïcité qui figure dans la constitution de l’Inde indépendante. La laïcité indienne a eu tendance à mettre l’accent sur la neutralité en particulier plutôt que sur l’interdiction en général, elle accueille donc toutes les formes de signes ou pratiques religieux. La laïcité française en comparaison est plus rigide : les fonctionnaires n’ont pas le droit d’afficher des signes personnels d’appartenance confessionnelle ni de respecter les coutumes religieuses à l’intérieur de leur lieu de travail. Ces deux pays illustrent deux approches différente de la laïcité : la neutralité par rapport aux diverses religions (Inde) ou l’interdiction des associations religieuses dans les activités étatiques (France).

Il est indispensable de reconnaître le poids historique de l’hétérodoxie indienne pour parvenir à cerner les processus intellectuels qui ont survécu. Ainsi, explique le prix Nobel A.Seen, « On ne saurait comprendre la religiosité de l’Inde en ignorant l’héritage du scepticisme religieux indien » (Seen 2005 p45). Ainsi comme l’expliquait un physicien rencontré, la religion est très souple en Inde, et tout peut y être intégrée, la science en fait partie.

Néanmoins, on ne peut nier les formes de nationalisme religieux, en particulier hindous. La science est appréciée de ces nationalismes tant qu’elle vient renforcer la religion, et c’est ce à quoi s’évertuent certaines tentatives de rapprochement évoquées plus haut avec les « sciences védiques ». Pour Emmanuel Todd, « L’un des traits constants de l’intégrisme musulman, écrit-il, noté par tous les spécialistes, c’est la force avec laquelle il touche des étudiants en science” (Todd 2007 p28). En Inde aussi, l’intégrisme hindou touche les étudiants en science. Je l’ai remarqué à l’occasion de déplacements dans des universités indiennes. Il est difficile de mesurer l’influence de cet intégrisme sur les étudiants en science en Inde. Parmi les physiciens rencontrés, très peu nous ont semblé relever de l’intégrisme religieux, un ou deux maximum – et des jeunes – pourraient l’être, bien que nous n’ayons pas abordé le sujet de manière directe. C’est l’ensemble des discours qui nous donne cette impression. Au contraire, nos physiciens nous ont semblé à l’inverse de cet intégrisme, doté d’un esprit critique très développé.

 

 

Croyance en la réincarnation ?

Une autre des questions posées aux physiciens peut nous aider dans l’analyse de la perception du rapport entre science et religion. Il s’agit de la croyance en la réincarnation. Elle est un élément récurent des religions pratiquées en Inde.

 

Réincarnation

Français

Indiens

Oui

32%

24%

Non

68%

76%

Tableau 12 : répartition des réponses à la question « croyez vous en la réincarnation ? ».

 

Comme pour l’astrologie, les physiciens indiens affichent moins de croyance en la réincarnation que les physiciens français. Les raisons peuvent être les mêmes que celles évoquées dans le cas de l’astrologie. Vu que la réincarnation est une composante de l’hindouisme, et que nos physiciens indiens sont en majorité hindous, on aurait pu les y croire plus attachés. Là encore, nous sommes obligés de réviser nos idées sur ce qu’est la religion. Vu que leur rapport à la religion est davantage fondé sur la manière de mener sa vie quotidienne, on peut comprendre qu’ils ne se sentent pas forcément concernés par les principes métaphysiques sous-jacents, comme la réincarnation.

On peut aussi supposer que cet aspect est l’un des aspects de leur croyance qui peut être confronté à la science, et donc, potentiellement être biaisé par leur statut de scientifique. La plupart des physiciens, qu’ils soient indiens ou français, font d’ailleurs le lien. Ainsi des élèves de master disent qu’ils pourraient y croire mais qu’ils ont besoin d’une preuve scientifique (U.L et K.W). Des doctorantes disent qu’elles n’y croient pas car « it isn’t logical » (L.Z et L.J). Le physicien R.K pourrait y croire aussi, mais il attend une preuve scientifique. A.J ne trouve pas de logique à la réincarnation, donc n’y croit pas. T.P n’y croit pas non plus, mais estime que, « concernant la conscience, la science donne quelques réponses ». La physicienne V.N est partagée entre une posture matérialiste, déterministe et sa propre croyance : “if you are materialist or determinists you should do without but I have some doubt. It is difficult to through it away ». Dans leur réponses, les physiciens français ont aussi tendance à s’appuyer sur des arguments scientifiques. U.N dit ainsi:« nous sommes constitués de matière en majorité non-radioactives donc nos constituants vivront des milliards d’années s’ils ne sont pas excités. J’assimile mon cerveau à des connexions electriques qui stockent des milliards de milliards de Giga Octets d’informations. Je peux donc stocker mon passé, mes capacités et mes émotions à travers des ondes. Or les ondes se propagent dans n’importe quel milieu, donc a priori, je ne peux m’opposer plus longtemps en tant que scientifique à la réincarnation ». H.I croit en la réincarnation des atomes ! A l’inverse, W.W croit en la « réincarnation de la partie non arpentable de la réalité qui, d’une certaine manière perdure et n’est pas localisée dans le temps ». Seul P.X se dit est ouvert à ces idées et n’a pas besoin qu’elles soient prouvées expérimentalement. La grande majorité cependant n’y croit pas.

Ce qui se dégage d’intéressant sur cette question, c’est le recours à des arguments scientifiques pour ceux qui disent y croire, qu’ils soient Indiens ou Français d’ailleurs. Il semble que leurs croyances ont besoin d’être légitimées par la science, dans ce qu’ils veulent faire paraître en tous cas. Nous ne parlons pas des themata, qui sont moins conscientisés.

 

Principaux résultats

Les physiciens indiens et français ne perçoivent pas le rapport de la religion et de la science de la même manière :

  • pour les physiciens indiens, ce sont deux domaines qui s’occupent chacun de choses différentes, la religion étant confinée aux aspects moraux et à la manière dont chacun gère sa vie.
  • pour les physiciens français, la religion s’intéresse aux questions sur l’origine et le fonctionnement de l’univers et de la vie, et elle vient se confronter à la science.
  • Ces attitudes différentes sont sans doute liées aux différentes formes de tolérance et de scepticisme intellectuel et religieux, et de laïcité.
  • La religion en Inde semble se reformuler au contact de la science.
  • Comme pour l’astrologie, les physiciens indiens affichent moins de croyance en la réincarnation que les physiciens français.
  • Les croyances associées à la réincarnation se voient passées au crible de l’analyse scientifique, autant par les physiciens indiens que français. Donc, les physiciens restent attachés à leur statut de scientifique pour s’exprimer sur les croyances.

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search