Observations à propos de la jeune génération de physiciens indiens

Nous avons remarqué, au cours de nos entretiens, des différences assez nettes entre les jeunes physiciens indiens et leurs aînés. Nous proposons donc ici, d’illustrer une tendance à partir de quelques parcours de physiciens indiens – comment ils sont devenus physiciens, par tranche d’âge, afin d’identifier une évolution. Cela nous permettra de mieux saisir les particularités de la jeune génération de physiciens indiens.

 

Evolution de l’univers social du chercheur en Inde, une question d’âge

60-70 ans

Comme l’expliquent les physiciens rencontrés dans la tranche d’âge 60-70 ans, dans leur jeunesse (qui se situe autour des années 1950-60), l’éducation n’était pas automatique pour les enfants mais elle était valorisée. Même pour les familles brahmanes, l’éducation se transmettait par des enseignants personnels, ou par la famille. N.J raconte : « I come from a very small village in Rajasthan, explique un physicien en poste à l’Institut d’astrophysique de Pune. I was the first generation in my family that has received formal education. My father was taught how to perform rituals in temple, and he received all education from his father and other brahmans. My elder brother was actually the first to go to a formal school, afterwards he pursued in Indian literature. I looked up to him and hence followed him with the decision to pursue education. I did not intend to be a researcher initially. But in secondary school, after reading about science, especially physics, it was exciting to understand how things work. My interest in science grew from that point onwards”. La physicienne L.Z, sensiblement du même âge raconte que le métier d’enseignant ou de chercheur était une position respectable dans sa région, le Bengale. “I couldn’t have done another kind of job”. Elle aimait l’esprit logique dans les sciences, la tentative de tout expliquer ». Dans son milieu, on incitait volontiers à faire des études, même les filles. I.U vient aussi d’un milieu, où dit-il, le savoir était très valorisé. Ses parents et grands-parents, ses oncles étaient enseignants.”There where also a lot of interest of studying topics in the religion.  And also, I come from a place in Kerala where was born Shankara, the famous philosopher (VIIIth century). So I was attracted towards topics which have a strong part of philosophy. By our generations, that aspects have changed a lot. There is lot of influence of the communism movement in Kerala. I red a lot of book of Soviet Union. It was natural to have an interest in science. Communism always helped in developing an attitude de question things”. Dans son discours, le communisme semble avoir orienté l’intérêt intellectuel vers la science, dans une région où il était plutôt tourné initialement vers les études religieuses. La physicienne R.W raconte aussi comment les sciences ont pris le pas sur le sanskrit, avec l’impulsion du gouvernement. Elle raconte l’importance dans sa famille du savoir pur et de l’ouverture d’esprit. Elle est issue d’une famille middle class, avec un grand père avocat mais devenu aveugle, qui n’a donc pas pu financer les études de son père, qui était doué mais qui a du choisir un poste dans le gouvernement. Sa mère a poursuivi ses études et a pu faire un PhD en linguistique. En sanskrit notamment, elle parle beaucoup d’autres langues. R.W a fait ses études primaires dans une école de fille, une très ancienne école, où l’on apprend aux filles les « home sciences ». Les sciences n’étaient pas enseignées dans son école. Elle les a apprise seule, avec des amis de la famille. Elle a hésité longtemps entre maths et sanskrit, menant les deux en parallèle. Puis elle a postulé pour une bourse, et cette bourse lui donnait la possibilité de faire de la science. 20 ans après l’indépendance, l’Inde cherchait à produire ses propres savants, explique-t-elle. Donc le gouvernement incitait les jeunes à choisir la science. Une autre physicienne de cette génération dit qu’à son époque, si on était bon en maths ou en physique, on nous dirigeait vers l’ingénierie ou la recherche car on manquait de scientifiques et d’ingénieurs à cette époque. K.M rappelle que vers les années 30-45, c’était une époque charnière de révolution dans les idées. J.T raconte qu’il voulait être scientifique, dès le plus jeune âge, encouragé par ses parents. « When I was 10 years old, somebody asked me : “what do you want to become?”. I said that I wanted to become a scientist. I think my parents encouraged me to go for higher studies then I found some inclination towards science and I tried to do it. My father, who was a judge in a state judicial service, not a scientist but, he was well educated and he was wise. He was, sort of, believed in leftist meaning (referring to left wing politics). He realised that that I was good in mathematics and at that time it was not well seen to become one of the officers in Indian Administrative Service”.

Nous pouvons constater dans ces parcours des plus âgés, comme le milieu social et familial, ouvert et encourageant, a pu impulser des carrières de chercheurs, soutenues par un gouvernement qui cherchait alors à produire plus de scientifiques.

40-60 ans

La tranche des 40-60 ans est un peu moins marquée par l’influence communiste. On y trouve une population plus éclectique. Ainsi Ch. vient d’un village isolé, et il a pu cependant bénéficier d’une bonne éducation publique. « Our school system is good, even from a small village, you can succed in studies”. R.K. vient d’une famille hindoue du sud de l’Inde, l’Andra Pradesh. Dans son milieu, c’était bien d’être bon en maths et physique, c’était une marque d’intelligence, explique-t-il. La plupart des autres viennent de grandes villes. A.J vient de Bombay, sa mère est économiste, son père ingénieur. Y.N vient aussi de Bombay, et sa famille l’a encouragée à faire les études qui lui plaisaient. K.L vient de Bombay, d’une riche famille brahmane de haute caste, des grands propriétaires mais qui a dilapidé sa fortune en deux générations. C’est une famille plutôt religieuse et conservatrice, mais d’après lui, ils  buvaient beaucoup donc n’étaient pas très religieux.  Ils n’ont pas beaucoup travaillé, certains étaient avocats, ils avaient une prétention intellectuelle. Lui est venu à la physique pour comprendre la nature, attiré par les lectures philosophiques, il a vu que la science moderne était un lieu de philosophie important, donc a décidé de faire de la physique. On trouve aussi dans cette tranche d’âge beaucoup de bengalis, originaires de Calcutta. C’est le cas de L.X qui raconte que son grand père avait une grande bibliothèque avec des philosophes indiens mais aussi européens, des milliers d’ouvrages. Ses professeurs lui ont conseillé la physique théorique qui était plus à la mode à l’époque à Calcutta que les maths.

K.M aussi vient de cette ville. Son père étant physicien, il connaissait Saha, Ramanujan, Chandrasekar. La physicienne K.X vient d’une famille d’intellectuels, de Calcutta. Issue de la classe moyenne, pas très riche, des parents professeurs : son père professeur d’anglais, sa mère professeur de maths, très douée dans ses études mais qui a arrêté de travailler quand elle a eu des enfants. Ses grands parents étaient médecins, avocats. Dans sa famille et au Bengale en général, le savoir était plus important que le business, dit-elle. Elle a fait ce métier car elle recherchait une position respectable. On trouve dans cette génération aussi l’influence déjà sensible de l’attrait pour les métiers lucratifs, la banque ou l’ingénierie, qui seront si prépondérants pour la tranche d’âge suivante. T.P a été poussé à être ingénieur, comme beaucoup d’autres dit-il, mais il a pu finalement faire de la recherche. J.O était destiné à un gros poste dans une banque à la fin de son master, mais un stage de recherche dans un observatoire l’a fait changer d’avis.

Doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs 25-40 ans

Au sein du système d’éducation ultra-sélectif, on ne peut manquer de juger de l’incidence des origines sociales sur le parcours d’un scientifique. Le jeune post-doctorant U.N vient d’un village dans l’Orissa. Contrairement à son aîné, il juge sévèrement l’enseignement qu’il a reçu à l’école dans son village. Il estime que les profs ne sont pas bien formés et que la science est trop peu ou trop mal enseignée. Néanmoins cela ne l’a pas empêché de faire de la science. Il estime qu’il a réussi car il témoignait de curiosité. Il pense qu’en Inde, les gens sont trop superstitieux, qu’il n’y a pas assez de science, que les gens ne sont pas assez scientifiques globalement et surtout les politiques. I.P, également post-doctorant vient d’un milieu intellectuel avec beaucoup d’esprit critique, estime-t-il. Son grand-père était très diplômé, mais il a refusé d’être employé par le gouvernement britannique à l’époque et donnait des cours privés. Lui a refusé d’être ingénieur. J.L, doctorant vient d’un milieu intellectuel également, avec par exemple une mère enseignante de philosophie. Mais il a plutôt été incité à bien gagner vie, que de se dédier au savoir. Il estime, comme d’autres l’ont souligné que globalement, au Bengale, il y a une forte valeur accordée au savoir, plus que dans la plupart des autres Etats du pays. Le savoir, dit-il, était l’objectif des brahmanes, avant d’être pervertis par le régime des castes. Avant, tous ceux qui voulaient se dédier au savoir étaient reconnus comme brahmanes. Lui-même est d’origine brahmane. Comme ses deux collègues, il est de famille hindoue, et comme eux, se dit agnostique. U.X a fait ses études à la Rāmakrishna mission school de Calcutta, une des nombreuses écoles inspirée par Rāmakrishna, sage et mystique bengali du XIXème siècle de très grande notoriété.  Ses parents sont aussi issus d’un milieu éduqué (parents médécins et philosophes ). Il a lu les livres de S.Hawking quand il était jeune, dans la bibliothèque de ses parents. Comme nombre des ses collègues, ce qui l’a attiré à la physique c’est la recherche du fonctionnement de l’univers. L.B et L.J.viennent aussi du Bengale et de Calcutta, et confirment que c’est un endroit très académique, où les gens préfèrent le savoir au fait de gagner de l’argent, ils s’orientent davantage vers les sciences que la finance. Par tradition Calcutta est ainsi. Ces jeunes se trouvent différents de leurs amis, qui ont choisi des métiers lucratifs, pour eux, ce qui les a motivés à choisir la recherche est la passion de la connaissance. « Mes amis choisirent l’électronique, l’ingénierie. J’ai choisi la physique alors que je savais qu’il n’y avait pas vraiment d’avenir », dit J.L.

 

Les scientifiques interrogés constatent une nette différence de comportement parmi la jeune génération de scientifiques indiens. U.X estime qu’ « il y a une différence de génération : avant les Indiens avaient besoin de reconnaissance extérieures, c’est la raison pour laquelle ils faisaient leurs études aux Etats-Unis, maintenant c’est moins le cas ». Les aînés sont considérés comme peu sûrs d’eux, se sentant un manque de légitimité. Un autre post-doctorant considère qu’« un scientifique indien qui travaille par exemple à Bangalore ne sent pas totalement faire partie de la communauté mondiale, il se sent un peu en dessous, en retrait. Pourtant les jeunes, comparés aux plus vieux sont plus courageux. Les vieux étaient inquiets. Ils n’osaient pas, dit-il. U.T, physicienne proche de la cinquantaine reconnaît que « les jeunes sont plus fonceurs aujourd’hui » et qu’ils sont moins soumis au manque de confiance caractéristique de leurs aînés. Cette mise en confiance est peut-être liée à l’amélioration de l’enseignement. Lorsque les indiens sont confrontés à une expérience à l’étranger, ils reprennent confiance en leurs compétences. I.P. post-doctorant en poste à Paris trouve qu’avant, en Inde, on respectait l’autorité, on n’osait pas prendre la parole quand on était étudiant ou jeune chercheur. Il a été dans un colloque en Inde récemment et a été surpris de voir les jeunes étudiants ou doctorants poser des questions délicates à un ponte venu des USA qui d’ailleurs n’avait pas bien préparé son speech et qui a été dérouté par les questions. « Les jeunes osent plus et aussi ils sont mieux formés » dit-il.

Cette mise en confiance de la jeune génération se fait en parallèle d’une volonté de revenir travailler en Inde. Quelle est la cause, quelle est la conséquence ? Il n’y peut-être qu’une corrélation non causale. Mais K.M, physicien expatrié trouve qu’à chaque fois qu’il retourne en Inde « ca change à très grande vitesse ». Quand il y faisait ses études, il estime qu’ils étaient assez peu mis en contact avec le monde de la recherche, et que cet aspect change.  Un physicien d’origine indienne installé en France a l’impression que « les jeunes reprennent confiance en eux. Avant, il fallait se soumettre au maître, au père, à l’Anglais. A l’époque de son père, c’était Nehru l’idéal : parler comme un anglais, étudier en Angleterre. Les expatriés ne revenaient pas. Maintenant ils partent travailler un peu ou étudier à l’étranger mais pas longtemps, ensuite ils reviennent ». U.J, théoricien indien en poste à Paris explique : « Quand j’étais étudiant, aller aux Etats-Unis, était ce qu’il fallait faire pour quelqu’un qui avait de l’ambition et qui voulait une vie confortable. L’Inde, la Chine, sont des pays qui vont dominer la scène scientifique des prochaines années. J’ai été invité à Stanford récemment. Avant j’y étais doctorant. J’ai trouvé que dans la Silicon Valley les jeunes Indiens n’y trouvent plus une destination privilégiée. Les gens m’ont dit à Stanford qu’à mon époque, peut-être 80% de mes collègues indiens partaient aux Etats-Unis, maintenant ils ne sont que 20%.  Il y a beaucoup d’opportunité en Inde, on peut avoir un même salaire dans une entreprise en Inde, pour les ingénieurs, dans entreprises internationales. A mon époque, un scientifique ambitieux devait passer par les USA. Maintenant en Inde, on n’a plus nécessairement besoin de faire ses preuves à l’étranger ».

Peut-on adjoindre des faits à ces ressentis ? Lorsque l’on regarde les statistiques, on n’observe pas vraiment de décroissance dans le nombre d’étudiants qui partent étudier aux Etats-Unis.  Ainsi, d’après le NISTADS, CSIR. 2008. “India Science & Technology 2008.” Human ressources, p.22, le pourcentage des étudiants indiens qui viennent aux USA continue de croître progressivement (cf.tableau 1). Par contre, on remarque que le nombre d’étudiants américains venant étudier en Inde augmente. Mais ceci est également vrai pour la Chine. Cependant nous n’avons pas trouvé de chiffres très récent, donc il se peut que le ressenti exposé ici se retrouve dans des chiffres plus récents.

 

Tableau 7: Flow of students from China and India to USA andvice-versa. Kumar, Naresh, International flow of students – An analysis related to China and India, Current Science, Vol. 94, No. 1, PP. 34-37, 2008

 

Concernant les chercheurs indiens expatriés, il est vrai que le gouvernement a mis en place des mesures afin de les inciter à revenir en Inde (Priyadarshini 2011). L.K, jeune physicienne indienne venue en post-doctorat en France explique une de ces mesures. « A few years ago they reviewed the salaries of students and postdoc. They started with a quite good amount of money which put same at the reasonnably good state economically compared with software engineers”. Néanmoins, des blogs de doctorants et post-doctorants indiens en Inde[1], se plaignent de leur bas salaire, donc ces mesures ne semblent pas s’être généralisées. ” En Inde, un diplôme d’ingénieur (degree in engineering) vaut tellement plus sur le marché de l’emploi par rapport à un diplôme de physique », explique Arnab Bhattacharya , un diplômé d’un IIT et maintenant basé à l’Institut Tata de recherche fondamentale à Mumbai . ” “A difference between industry and research salaries is a factor of 2 to 2.5 times higher. [2] Les salaires des post-doctorants et des chercheurs restent faibles et incitent toujours nombre de chercheurs à trouver un poste à l’étranger ou dans le secteur privé de l’industrie, même si la tendance s’inverse. Nous remarquons donc que les jeunes générations ont une plus grande confiance en eux que leurs ainés, ce qui pourrait considérablement changer la place des Indiens dans la recherche internationale dans les années à venir. En effet, c’était l’aspect le plus caractéristique des chercheurs Indiens, le manque de confiance en soi.

 

L’argent est incontestablement un élément important pour une majorité de jeunes indiens. Beaucoup plus que pour leurs aînés. Cela s’étend aussi aux jeunes chercheurs. U.J constate qu’« aujourd’hui, pour les jeunes chercheurs, il y a volonté de faire de l’argent ». K.M raconte que, dans sa famille, on lui a dit qu’il devrait gagner plus d’argent s’il était intelligent. Il y a tellement de jeunes en Inde que le but de chaque famille est de faire partie des quelques milliers qui mettront leur enfant dans un centre d’ingénierie, un IIT. Ou alors faire médecine, c’est ce que lui disait son grand-père. Rare sont ceux qui trouvent le temps ou les moyens de faire de la science par passion » . Les gens qui font de la physique sont vraiment passionnés par ce sujet parce qu’ils ont eu beaucoup de pression dans leur famille pour ne pas faire de la recherche en science. U.T, physicienne au CERN, explique : « Il y a beaucoup de compétition en Inde, dans le monde universitaire. Les gens ne choisissent pas leur métier par goût. Ils choisissent en fonction de leur besoin de faire de l’argent. Leur but est d’avoir un statut social, grâce à l’argent ». En effet le statut social des chercheurs est bas en Inde car il est peu lucratif. Il donne peu de pouvoirs et de responsabilités sociales. Donc, le choix d’être chercheur repose sur un goût marqué. Plus qu’en France où beaucoup sont arrivés dans ce métier parce qu’ils étaient bons élèves et où le statut financier est un peu moins important. En Inde, les meilleurs élèves se retrouvent dans l’ingénierie, l’industrie ou le commerce. C’est donc une ambivalence de cette jeune génération de chercheurs indiens, une motivation pour le métier de chercheur si forte qu’elle dépasse le souci financier et en même temps une revendication pour élever le salaire des chercheurs. Le physicien L.X juge les jeunes plus individualistes : « ils veulent avoir leur équipe de recherche avec leurs étudiants. Il y a une perte du travail collectif, une mise en avant des égos. Et puis, ils davantage attirés par argent. Or le métier de chercheur moins lucratif qu’ingénieur. Depuis l’ouverture de l’Inde au libéralisme économique en 91, la société est devenue beaucoup plus consumériste. La qualité des étudiants diminue car il y a beaucoup de nouveaux IIT et un manque de bons profs. En plus les meilleurs étudiants choisissent des carrières lucratives. La motivation pour la recherche diminue. Il y a 200 doctorants en physique par an sur un milliard d’habitants ! Cependant, il y a beaucoup d’argent en Inde pour physique fondamentale, sans doute plus qu’en France ». Les différents aspects sont réunis dans ce discours.

                                                                                                        

Conclusion sur l’évolution de la jeune génération de physiciens indiens

Nous pouvons donc observer dans ces différents parcours de physiciens en Inde, l’évolution d’une profession, à l’origine occupée principalement par des classes cultivées, des hautes castes et/ou des milieux de gauche, issues des villes, et en particulier du Bengale et de Calcutta, voire de l’Inde du sud, qui petit à petit attire des gens des grandes villes, de milieux sociaux et régionaux variés, même si le monopole de Calcutta et des classes cultivées perdure. On voit aussi le rôle de l’état, qui à une époque communiste a orienté certaines carrières. Ce qui caractère les dernières années est l’attraction vers les carrières d’ingénieurs, de télécoms et de finance, qui réserve la recherche à des passionnés.

On trouve également donc une ambivalence dans la jeune génération de chercheurs indiens, une motivation pour le métier de chercheur si forte qu’elle dépasse le souci financier et en même temps une revendication pour élever le salaire des chercheurs. Elle se juge elle-même plus individualiste que les aînés, plus ambitieuse aussi, notamment sur les questions financières. Elle semble aussi avoir davantage confiance en elle. Enfin, on remarque un constat encore peu perceptible dans les chiffres d’une attraction du pays pour les chercheurs expatriés ou étrangers.

 

 

 

 

[1] Tels que sur http://www.natureasia.com/en/nindia/

[2] Salary range Rs 35,000 40, 000 p. m and institute provided housing (or a house rental allowance of 30% of the stipend). Scientific Officer C (Scientific Computation): 5 ans d’experienne, phd, moyenne 600 000 roupies/an environ 8500 euros par an.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jean -Barnabé MILALA dit :

    Le site est très utile pour une recherche des tradiions savantes alternatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search