La problème de la recherche aujourd’hui : des points de vue de physiciens indiens et français

Cette annexe présente une synthèse des points de vue recueillis auprès des physiciens interrogés sur les problèmes actuels de la recherche. Il s’agit en effet d’une question posée systématiquement aux physiciens, dans le but premier de sonder – de manière contournée- leur position face aux cloisonnements des disciplines. Nous ne l’avons pas exploité directement dans la thèse, car elle n’apportait rien à la problématique, mais les éléments qui en ressortent sont intéressants pour apprécier le ressenti des physiciens sur l’état actuel de la recherche, dans leur pays, et dans le monde. Il permet entre autres, de percevoir, les différents enjeux locaux de la recherche selon les problèmes sociaux auxquels sont confrontés les pays. Nous voyons par exemple comme élément marquant les contraintes administratives vécues par les chercheurs français, ou le statut de la femme vécu par les chercheuses indiennes.

 

Les physiciens indiens

Ca va plutôt bien !

Le discours des physiciens indiens a été globalement peu réprobateur sur l’état actuel de la recherche. A la question « Que changeriez-vous dans la recherche ? » un physicien théoricien spécialiste des neutrinos estime ainsi que : « des réformes seraient nécessaires mais ca va plutôt bien » (A.J). D’autres répondent de manière similaire. Une telle réponse est plutôt rare dans le discours des physiciens français. Faut-il comprendre que l’état de la recherche est plus favorable en Inde qu’en France ? (la question portait sur la recherche en général, pas spécifiquement en Inde, mais elle a été souvent appréhendée localement). Ou bien que les Indiens sont de nature moins critique ou revendicatrice ? Il y a bien une certaine forme de fatalisme dans leurs discours : « c’est le courant des choses, il n’y a rien à faire, explique un physicien des particules, avant la science était autrement, aujourd’hui elle est ainsi, les méthodes d’évaluation évoluent avec les époques, selon les contraintes sociales » (L.L).  Nous avons déjà rencontré cette forme de fatalisme dans la pensée indienne, concernant ce que nous avons appelé « le mode de pensée indien ». Il y a aussi le fait qu’ils ne se sentent pas forcément légitimes pour proposer des changements « qui suis-je pour donner un avis ? » rétorquent deux physiciens indiens. Ce sentiment de non-légitimité, nous l’avons vu également ailleurs (par exemple, sur la question de l’interdisciplinarité). Donc, le constat que « ca va plutôt bien » est en partie au moins lié à une forme de désengagement assez fréquent chez les Indiens, que ce soit du fatalisme ou de la non-légitimité. Nos entretiens ne nous permettent que de faire ressortir le ressenti des scientifiques, nous ne prenons pas leur discours comme une preuve de cette évolution. Mais nous pouvons la mettre en confrontation avec les données chiffrées que nous avons pu recueillir, ce que nous tenterons ici de faire le plus possible. Ainsi, le constat est indéniable que la recherche en Inde se porte mieux ces dernières années, et c’est peut-être ce qui fait dire que « ca va plutôt bien ». En effet, le gouvernement a augmenté le budget alloué à la recherche d’environ 20% chaque année depuis 2009[1]. Ce nombre est à pondérer avec l’évolution de l’inflation, mais il y a néanmoins une augmentation sensible des moyens alloués à la recherche en Inde depuis quelques années : nombre d’instituts de recherche, salaires des chercheurs, postes, etc. sont en augmentation notable. Ainsi, par exemple, au TIFR de Bombay où nous avons mené une grande partie des entretiens, les salaires ont augmenté de 50 % au cours des dernières années, la plupart des professeurs gagnent maintenant de 50 000 à 100 000 Roupies par mois ( 1000-2000$)[2].

Les problèmes de la recherche scientifique en Inde

Malgré cette « plutôt bonne » satisfaction, un certain nombre de critiques sont émises. Celles-ci portent sur l’état actuel de la recherche dans leur pays, et dans le monde. Chandra Wardana physicien devenu vice chancelier d’université résume les éléments essentiels pour faire une bonne recherche : “a supporting infra-structure of technology;  a vibrant intellectual climate, libraries and colleagues to support intellectual effort ; some steady funding where politicians and businessmen do not attempt to micro-manage the scientists and academics » (Baron 2013 p2). Il constate que les pays en développement manquent de tout cela

Pourtant, ce qui ressort des entretiens n’est pas de cette nature. Au niveau national, les critiques portent sur quatre points principaux : l’enseignement des sciences, la gestion du personnel et la place des femmes dans la recherche et la mentalité peu novatrice et autonome.

Critique du système d’enseignement

L’aspect essentiel qui doit être amélioré en Inde, d’après les scientifiques interrogés, est le système d’enseignement, en particulier l’enseignement scientifique. La critique des physiciens porte sur différents points :

 

L’enseignement des sciences n’est pas suffisamment attractif pour les étudiants, ce qui fait, que ce ne sont pas les meilleurs élèves qui choisissent ce cursus. Plusieurs éléments rendent cet enseignement peu attractif :

            – le manque de qualification des enseignants « En Inde, le métier de professeur est très peu valorisé, on ne le fait pas par choix, mais seulement quand on ne peut rien faire d’autre. Les enseignants n’ont pas un bon statut social et ils gagnent peu, du coup, ceux qui finissent enseignants le font par dépit, faute de mieux. C’est très mal payé », dit U.T. Pour mettre en perspective ce point de vue avec des données chiffrées, il faut connaître le salaire des enseignants et le comparer à d’autres types de salaires, comme celui des ingénieurs, profession apparemment bien mieux valorisée. Le salaire moyen d’un enseignant à l’université équivaut à 3350 euros par an à comparer avec le salaire moyen d’un ingénieur en programmation : 5200 euros par an, et 2460 euros pour un enseignant d’école élémentaire[3]. Mal rémunérée, cette profession n’est pas non plus valorisée socialement : « This profession is not looked up as something brilliant or extraordinary. You do a science degree, a bachelor, because you can not do something else. It is paradoxal because if you want to be a researcher, you have to be among the best. In pure science you have to be very good ”dit L.T.

            – la place de la recherche dans l’enseignement des sciences. W.M estime que « le problème des universités est que les professeurs n’ont plus le temps de faire de la recherche donc ce ne sont pas forcément les meilleurs transmetteurs d’envie ».  « L’enseignement est mal fait, il est surtout basé sur de la théorie, il n’y a pas vraiment d’expériences car les laboratoires scolaires sont peu fournis, donc l’expérimentation n’est pas un aspect valorisé et elle n’attire pas forcément les meilleurs élèves » dit L.Z. physicienne d’une soixante d’année, en physique des particules. Nous avons demandé à des élèves de master leur ressenti sur ce sujet, et ils estiment qu’ils auraient voulu en effet « être mis davantage en contact avec le monde de la recherche, avoir des stages de recherche. Faire des expérimentations » (U.L et K.W). Le physicien W.M considère que c’est « le système d’éducation qui présente mal la science et qui rend peu attractive la recherche ce qui fait qu’on ne récupère pas les meilleurs éléments. Mais, dit-il, des instituts comme les Ces Indian Institutes of Science Education and Research (IISER) font un bon boulot dans ce sens ». Ce sont des instituts d’enseignement supérieur de très haut niveau. Justement, l’une des principales différences entre les pratiques des IISERs et l’enseignement des sciences dans les universités indiennes traditionnelle est l’accent mis sur la recherche. Tout est conçu pour faciliter un contact permanent des étudiants avec la recherche : les enseignants-chercheurs ont peu de cours magistraux, le temps d’enseignement ne représente pas plus de 20 %, mais ils encadrent des projets menés par les étudiants : c’est l’apprentissage de la science par la pratique de la recherche qui est visé. Parmi les diplômés des deux premiers lots des élèves à IISER Pune, près de 70% ont continué à faire un doctorat en sciences et 10 % sont impliqués dans la recherche industrielle et le design. Dans les universités classiques, seuls 25 % des étudiants poursuivent des carrières dans la science (Dacey 2012,p.28). Cependant il s’agit d’un système très sélectif. Nous avons déjà noté que l’Inde avait régulièrement misé sur l’excellence d’une petite élite au détriment de la majorité. Nous retrouvons cette idée dans la bouche de J.T, chercheur en physique statistique : “I think the overall progress of the society depends on the best of science”.

Pour revenir à la mise en valeur de la recherche expérimentale dans l’enseignement, un astrophysicien regrette que ce soit si difficile de « recruter des étudiants motivés par l’astrophysique. Cette discipline n’est pas bien mise en avant dans les études car elle nécessite des instruments d’observation » dit J.O. La différence est ici frappante avec la France où les élèves motivés par l’astrophysique sont légion, mais les postes très rares. Nous avons vu que c’était une tendance marquée en Inde que la recherche soit davantage théorique qu’expérimentale, pour de nombreuses raisons, entre autres économiques, car les accélérateurs ou autres instruments d’expérimentation coutent très cher. U.N, post-doctorant en physique des particules au CERN explique cependant que « Parmi ceux qui font de la physique, il y a plus de théoriciens proportionnellement parce que traditionnellement les indiens sont plus théoriciens. Ils sont assez peu orientés vers les expérimentations ». Du coup, lui, au College a été peu initié à l’expérimentation, il l’a découverte en faisant des stages d’études et a choisi cette voie.

 

La critique est donc faîte au système d’enseignement de ne pas rendre attractif le métier de chercheur. Cependant ce dernier n’est pas le seul responsable. La physicienne U.T dit : « L’autre problème, explique une physicienne du CERN est l’attractivité en termes de salaire des métiers de la recherche. En Inde, les gens ne choisissent pas leur métier par goût. Ils choisissent en fonction de leur besoin de faire de l’argent. Pour faire de l’argent, il faut avoir un diplôme, le plus gradé possible pour être mieux payé : ingénieur, manager, etc. Leur but est d’avoir un statut social, grâce à l’argent. Le problème des sciences en Inde est ce besoin de faire de l’argent, du business. […]Mais notre société est dans un modèle de création de buisness. C’est surtout de ça dont il faut sortir. La science suit ce modèle imposé par la société» . D’après la jeune physicienne L.K, «  In India, the best students become engineer, doctor or something technical”. Pourtant, le gouvernement a relevé les salaires, comme nous l’avons vu plus haut, en même temps qu’il augmente le budget de la recherche. « Le gouvernement a relevé les salaires des chercheurs mais cela n’a pas engendré plus de respect pour le métier de chercheur » estime-t-elle. Notons qu’il existe des différences selon les régions. Ainsi, L.Z estime par exemple que « le Bengale est un endroit très académique, où les gens préfèrent le savoir au fait de gagner de l’argent, ils s’orientent davantage vers les sciences que la finance. Par tradition Calcutta est ainsi ». 

 

 Les failles du système d’enseignement et de la mentalité business actuelle font donc qu’il y a un manque de bons candidats pour les postes de chercheurs. « On a des jobs et de l’argent, mais pas d’étudiants motivés. Ils préfèrent travailler dans des banques » estiment des élèves interrogés qui sont en master de physique (U.L et K.W).  J.L, post-doctorant à Bombay en physique des particules, juge qu’en Inde, « on trouve facilement un poste de chercheur.» Ce qui est frappant, comparé à la France, c’est de manière générale l’inadéquation entre postes et candidats mais à l’opposé : en France, il y a trop de candidats pour les postes proposés, alors qu’en Inde, c’est l’inverse qui est ressenti.

La place des femmes

La proportion de femmes interrogées parmi les physiciens indiens (8 femmes sur 35) était le même que pour les physiciens en France. Cela représente une proportion de 23%. Nous avions voulu nous rapprocher du quota de femmes dans la recherche dans ces pays, mais ils sont fort différents.  Ainsi, en France, la part des femmes dans la recherche est en moyenne de 28%, en Inde de 12% toutes disciplines confondues (United Nations Education 2007 p94). En physique, en moyenne 20% de chercheurs sont des femmes en France, avec des variations selon les domaines – notamment pour la physique théorique qui n’accueille que 10% de femmes[4]. En Inde, le nombre de femmes dans les départements de physique des universités et instituts de recherche dépasse rarement les 10%. Cette proportion est relativement constante depuis une décennie (Godbole and al. 2005, p129). Mais elles représentent 30% des étudiantes de master de physique, 20% de doctorantes en physique. Comme nous avons interrogé des physiciennes en poste mais aussi des doctorantes et des étudiantes de master, il était difficile d’avoir une proportion représentative. Et cette proportion de 8 femmes sur 35 dans nos entretiens nous a semblé un compromis convenable pour représenter le point de vue féminin.

Le problème de la place des femmes dans la recherche n’a pas été une seule fois évoqué par les physiciennes françaises, alors qu’il a été systématiquement évoqué par les physiciennes indiennes quelque soit leur âge et leur discipline. L.K, une jeune post-doctorante en physique théorique souligne ainsi que la faible proportion de femmes dans sa discipline est un problème pour elle. La physicienne nucléaire Y.N dresse le même constat. « Il n’y a pas assez de femmes, surtout en maths et physique. Alors qu’il y en a beaucoup en biologie et en médecine. C’est aussi vrai aussi aux USA, en Allemagne, moins en Italie, en France il me semble ». Ces physiciennes estiment que l’Inde est un pays où « it is difficult to be a scientist, and it is even more complicated when you are a woman. As a woman, it was hard to become a scientist. You’re supposed to get married and have children ” (L.K). D’une part, les femmes sont supposées se marier, c’est leur principale fonction au sein de la société indienne, et avoir des enfants. Et c’est souvent incompatible avec une carrière de chercheur, où les études sont longues et les séjours à l’étranger nécessaires. D’autre part lorsqu’on est une femme, et que l’on travaille avec des hommes, on est confronté à la jalousie des hommes, qui ne supportent pas qu’une femme soit supérieure hiérarchiquement explique la physicienne K.X : « Being a woman is always a problem because they do not want to take you on a challenge. It is a usual problem”. Concernant la physique et les mathématiques, ce sont des disciplines supposées difficiles pour des femmes, encore davantage pour les mathématiques. Les deux doctorantes L.B et L.J auraient voulu faire des mathématiques, mais elles ne leur ont pas été conseillées, car soi-disant trop difficile pour les filles. Elles se sont rabattues vers les physiques théoriques, où elles sont encore moins représentées que dans les autres branches de la physique. L.Z, physicienne plus âgée raconte qu’à son époque, « si on était bon en maths ou physique ou nous dirigeait vers ca car on manquait d’ingénieurs à cette époque. Dans son milieu, on incitait volontiers à faire des études, et en master, il y avait au moins 30% d’élèves qui étaient des filles, une plus grande proportion qu’aux USA. Mais ensuite, la pression sociale pour se marier, et le fait de s’occuper des enfants, du foyer, leur faisaient lâcher leurs ambitions. Elle, ses parentes ne l’ont pas incité à se marier (elle l’a fait plus tard) » Nous avons en effet remarqué plus haut que la proportion des femmes dans les secteurs de la physique chute au-delà du doctorat. R.W, l’une de ces huit physiciennes interrogées est particulièrement impliquée dans la place des femmes dans la recherche indienne, elle a écrit des ouvrages sur le sujet. Son argument est que « Du fait de leur éducation, les femmes il faut le reconnaître pensent différemment que les hommes. Donner plus de place aux femmes c’est favoriser la diversité, et la diversité est productrice de savoir ». Donc pour que la recherche évolue, elle doit favoriser la place des femmes. Nous n’avons pas d’explication immédiate pour cette disparité entre la revendication des physiciennes indiennes, comparée à l’absence de revendication sur ce sujet des femmes françaises. Une explication pourrait être que les physiciennes indiennes qui ont réussi à devenir physicienne ont toutes eu un parcours difficile, et qu’elles tiennent à changer cet état de chose ; de plus, le statut de la femme est un enjeu important en Inde aujourd’hui, et se montre de manière générale, plus problématique qu’en France. Le ressenti des femmes sur ce sujet se montre donc plus vif. Le gouvernement a lancé quelques mesures visant à aider les femmes dans la recherche : des horaires de travail flexibles, la possibilité de travailler à domicile en cas d’enfants en bas âge, la mise à disposition de crèches dans les campus, etc. (Priyadarshini 2011). Mais l’enjeu majeur pour ces femmes reste leur choix de carrière. Un article de Shastri résume la situation : “there exists gender inequity within science practice, and the imbalance is entirely attributed to society “outside” of it. Second, there are gaps between the intent and implementation of governmental initiatives; for example, the “skill building workshops only for women” clearly miss the important point that women lag behind not because of lack of caliber, but because they are discriminated against. Third, the negative impact of patrifocality in family decision making with regard to choice of subjects of  study and of careers continues to be significant. Finally, it has been argued that there may be paradigms embedded or hidden in the practice of science that contribute to gender inequity” (Shastri et al. 2013, p107).

Mode d’évaluation, de sélection

Le manque de rigueur dans l’évaluation et la gestion des postes et carrières scientifiques en Inde a été souligné par plusieurs chercheurs. K.X affirme explicitement qu’en Inde, l’évaluation des chercheurs n’est pas suffisante : « People are selfish. The Indian government does not a have a proper way of evaluating the end result. Corruption is one problem in India. […]So sitting in Delhi, they will decide, Okay, India should take part in some projects. So they grant money, but what about the other representations? If you grant money, after three years, you review.  What’s have you done with the money? It’s not happening ». Elle n’est pas la seule à faire ce constat. L’un de ses collègues critique le fait que l’accès aux postes ne se fasse pas sur le mérite mais sur les relations (L.W). Quant à la gestion de l’activité des scientifiques, elle est également critiquée : « les scientifiques gaspillent l’argent, mentent en disant qu’ils partent pour une conférence alors qu’en fait, ils se baladent. Et pendant ce temps, des millions de gens manquent d’argent. Il faudrait plus de chercheurs, mais qu’ils soient moins individualistes » dit K.M. D’après K.P, « Il y a beaucoup d’argent pour la recherche en Inde, mais il est mal géré. » L’impression qui ressort, c’est que la gestion de la recherche en Inde n’est pas conduite de manière rigoureuse, tant sur le processus d’évaluation, que de la gestion du personnel et des financements.  Cela est résumé par le post-doctorant U.X : « il manque de leadership en Inde, pour cadrer et diriger la recherche ».

 

Pour résumer les principaux problèmes de la recherche en Inde, telle qu’elle est ressentie par les physiciens : il y a des postes, il y a de l’argent, mais il est mal géré, mal réparti (inégalité lié au genre mais aussi à l’accès aux meilleurs instituts) avec un manque de bons candidats et une mauvaise gestion de leur compétences.

 

Mentalité peu novatrice et peu autonome

Une autre critique a également été beaucoup formulée, qui porte davantage sur la mentalité dans la recherche en Inde. Plusieurs physiciens ont souligné le caractère étouffant des environnements de travail où on ne permet pas à de nouvelles idées de s’exprimer librement. Nous pouvons la résumer sous les termes de « mentalité peu novatrice et peu autonome». L.T explique ainsi : “We do science because other do science. They don’t have internal drive, that is why they don’t master in science. They don’t believe in transforming person. Plus grand prestige de ne pas s’occuper des garbages, most important theorcial beauty. If western say most important to take care of garbage, they will do so. They don’t think science is for garbages, it is for prestige. So many money for that. But who will read the papers ? Indian are not doing very weel in science, because they are submitted to a strong thema : they lack self confidence. There is a French mathematician who said, that the big deal is to find theorems, justify or demonstrate them are for ‘imbeciles”. J.T décrit mentalité  à sa manière : “I would not want to make very general statement, but I think that in general we can say that people in India are often more narrow in scope than USA. I don’t know exactly, but they are quiet sort of limitating scope, often. Not everybody but often”.  Une journaliste scientifique indienne a écrit dans un article, Beeing a scientist in India, au sujet de la manière dont la science indienne est accusée de faire du « copycat science » dupliquant le travail déjà mené dans les pays occidentaux (Priyadarshini 2011). N.J explique : “in India we are following the west. Rather, we should pursue this on our own (have our unique methodology of research), ask the important questions which are of more concern to us. But I think this trend of research is prevalent elsewhere as well, the important questions which should concern us are imposed (upon us) by the west. I think, till the time this trend continues, the real science will not develop in this country. Until you ask your own view’s questions and postulate on those basis”. “Why can’t we ask some questions which is different from (the stated ones), questions which are essential to us, which we follow? Most of us just follow them (referring to the western theories). Let me give you an example: I think Indian scientists are not very good at continuing research on water etc, which are burning questions (important areas of development) for India. Not many Indian scientists are putting their efforts towards these kind of research.” Le jeune J.L déplore également que les scientifiques indiens étudient ce qui est à la mode, ce qui vient de l’Occident : « si on leur disait il faut étudier les poubelles, ils le feraient » Ils manquent d’autonomie dans leurs choix.  D’après la physicienne U.T, “If it is not you who built a computer, you will not try to work on it, you will protect it. And in India, when the first computers came from America, they didn’t try to fix it, to tuch it, there were retire their chooses, not to pollute it, they were doing rituals. We do not build computer here in India”.

Quelles sont les raisons de ce manque d’autonomie ? Est-ce un effet post-colonial ? Nous avons en tous cas plusieurs scientifiques qui semblent de cet avis. Ainsi, U.T, physicienne, proche de la cinquantaine reconnaît qu’ « un scientifique indien qui travaille en Inde ne se sent pas vraiment connecté à la communauté scientifique mondiale, à moins d’être une sorte de génie pour qui tout semble possible et accessible. Les Indiens sont plutôt défaitistes, timides. En Inde, on a peu confiance en nous, du sans doute à des raisons historiques (coloniale et hiérarchie mais aussi à la complexité de l’administration, tout est toujours difficile), donc, on ose assez peu prendre les devants Un américain, lui, va arriver sans prendre de gants et tout prendre en main. » Selon L.T, « You must have a strong self confidence to propose a theorem that you can not demonstrate. Indians loss self confidence, partially because they don’t have models, in their own history”.

Les problèmes de la recherche dans le monde

Concernant les problèmes mondiaux de la recherche, les discours des physiciens indiens entonnent une rengaine largement partagée par leurs collègues français. La première de ces critiques concerne le publish or perish, puis la place de la recherche fondamentale, et des éléments que l’on ne trouve pas chez les Français : l’étroitesse du savoir scientifique et l’orientation éthique de la recherche.

Publish or perish !

Le processus de sélection des chercheurs sur les indices de publication est le principal problème souligné par les Indiens au niveau mondial. Ce processus ne semble pas affecter fortement les carrières en Inde pour le moment (comme nous l’avons vu plus haut, c’est davantage le réseau qui compte), mais les physiciens l’ont ressenti dans les pays où ils ont pu séjourner, par exemple en France ou aux Etats-Unis et ils commencent à le ressentir en Inde. “I think some specificity of science is actually quiet detrimental. One is the overemphasis of citation counts, as the miracle of the goodness of science. I think it is overused. So now people don’t read the papers, they just see how often their paper has been cited. This is the growing trend, and unfortunately our government seems to encourage these kinds of trends” dit J.T. Donc, ce qui est mis en cause est le manque d’approfondissement corrélé à cette course à la publication. Il y a une revendication pour moins de quantitatif et plus de qualitatif : « Le publish or perish est de la responsabilité des institutions scientifiques et des scientifiques eux-mêmes. C’est à eux de trouver des formes d’évaluation qui ne soient pas quantitatives » estime R.W. Cette prépondérance du quantitatif induit une forme de pression sur la publication. Selon U.X, « Il faut diminuer la pression et prendre plus de plaisir, pour pouvoir être moins rapide à produire ».

Un savoir moins étroit

Cette critique du mode de publication n’est pas indépendante d’une autre critique formulée à l’égard de l’étroitesse du mode de pensée scientifique. « Publish less, think more” ! revendique le théoricien T.P. « Trop de publications, pas assez de réflexions », explicite-t-il. Avant les gens étaient des “natural philosophers”, ils avaient un savoir moins étroit. Lui a fini par ne plus se préoccuper de ce que pensent les gens de son travail, maintenant qu’il a un poste stable, et qu’il est reconnu, qu’il a trouvé des gens dans d’autres pays qui pensent comme lui, il se permet de faire des recherches qu’il juge moins étroites, notamment sur la gravité quantique et la relativité.

Cette impression d’étroitesse d’esprit est partagée par d’autres physiciens, la plupart théoriciens. Cela parait cohérent, car la physique théorique se place à un niveau d’abstraction qui permet de se situer entre plusieurs domaines de recherche, comme nous au sujet de l’interdisciplinarité. N.J, théoricien de la gravité se réjouit ainsi de travailler aussi bien sur la théorie quantique ou la super-symétrie, et critique les esprits trop étroits de la recherche actuelle : “The way in which science is done here, it’s a very competitive manner. With people focused on a very narrow area of their interest. They don’t even cover the entire theory, theoretical inquiring is not done from all the required aspects, they are only concerned on the problem they working on. It’s actually against the spirit of any intellectual enquiry. You ought to deflect and ponder about things rather than narrowly keep on publishing papers in the narrow area that you’ve designated for yourself. This, unfortunately, leads to the situation that you publish papers without giving a serious thought. And what you publish, in this entire process, is truly abstract. It has no relevance.  This is clearly a trend that we are witnessing and I do not support it. Anyway, I’m happy that I don’t follow this sort of trend. […] I think, till the time this trend imposed by the west continues, the real science will not develop in this country. We should discourage the concept of rat-race: the idea of continuously working on something without putting much thought to it” [5]. C’est aussi l’avis de K.L, théoricien des cordes qui estime qu’il n’y a pas  assez de philosophie, dans le cursus des étudiants et chez les chercheurs, « alors que les questions philosophiques sont essentielles dans la physique d’aujourd’hui, si on veut lever des impasses, on ne peut pas se contenter de dire que ca marche, estime-t-il. L’expérimentatrice Y.N partage aussi cet avis : « Les gens aussi se perdent dans les détails, ne réfléchissent pas assez ».

 

Développer la recherche fondamentale

La volonté de rendre la réflexion plus large et plus profonde nous semble s’associer avec le souhait assez partagé par les physiciens de développer la recherche fondamentale. En effet celle-ci a pour spécificité de ne pas chercher à se décliner en une application immédiatement utilisable. Elle est donc généralement plus large. Ainsi le physicien R.K assimile une recherche moins appliquée à une recherche moins étroite. « I think we should not compartmentalize so much. We should unify things more than we do now.[…] And there should be a large part of science which should be founded just for answering questions.  Of course we have the Higgs Boson, kind of research which has taken huge money, but if you look at small science it looks like even small scientist becoming all over the world like – see my colleagues – trying to formulate complete proposal, how he knows what he will find out“. On remarque aussi dans cette phrase l’opposition entre des expériences qui prennent beaucoup d’argent (huge money), telle que la recherche du boson de Higgs, et la small science. Ce trait est également souligné par le théoricien A.J, spécialiste des neutrinos, pour qui « l’argent est trop centralisé sur les grosses expériences ». La jeune cosmologiste L.J aimerait aussi avoir « plus de temps pour penser aux choses fondamentales ». Le physicien K.M considère avec recul que « depuis cinq ans, la science dans le monde sélectionne des candidats davantage pour l’argent qu’ils peuvent rapporter », donc en fonction du caractère appliqué de leur objet de recherche.  Pour lui, « les Chinois ont bien compris l’importance de préserver la recherche fondamentale , les Indiens commencent juste ». Le point de vue de L.X, physicien indien travaillant en France depuis quinze ans, est particulièrement éclairant car il dispose d’une expérience dans deux modèles différents de recherche : « le problème, dit-il, c’est qu’on suit le modèle des USA. Et le modèle des USA est guidé par la rentabilité, alors qu’en France, il n’y pas si longtemps on avait encore une recherche autonome qui permettait de pousser les sujets à fond. Aujourd’hui, on publie très vite, et quand on est bloqué, au lieu d’approfondir le sujet, vu qu’on doit publier à fond, alors on change de sujet. Ca empêche de faire de la bonne recherche fondamentale. Il faudrait revenir à l’autonomisation, par les fonds publics, du CNRS. Aujourd’hui, les comités de recrutement font n’importe quoi. Par exemple, les gens qui pratiquent la physique des particules ne connaissent pas les autres disciplines, et ça c’est vraiment nouveau. Je vois les étudiants, ils sont spécialisés très tôt. Je vois à la commission nationale du CNRS, c’est comme ça. Les gens de la physique des hautes énergies n’arrivent pas à juger quelqu’un de la physique statistique. Je pense que c’est un peu dommage, il y a quinze-vingt ans, les gens avaient une culture un peu plus élargie, un peu plus large. Et là maintenant, c’est très spécialisé ». Ce même chercheur estime que c’est aussi le cas en Inde : « Avec la pression des publications. Les gens n’ont pas le temps. On a suivi les Etats-Unis. On est jugé en fonction des subventions (grants) dont on dispose, on n’a pas le temps de faire de la recherche un peu profondément. Avant les laboratoires de recherche étaient organisés différemment en France, les gens avaient plus de temps, dit-il. Pour le physicien J.T, qui exerce à Bombay, ces aspects ne gênent pas les progrès de la science, « but they make the life of scientist less satisfactory, less enjoyable ».

 

Pour le bien de la société

Plusieurs physiciens indiens ont répondu à la question de « ce qu’il changeraient à la science » sur un point qui n’a jamais été évoqué par les Français à savoir les enjeux sociétaux et éthiques de la recherche. Le physicien K.P estime qu’il faut prendre en compte le fait qu’on vit sur une planète finie aux ressources limitées et que la recherche doit être publique pour choisir de bonnes orientations. Pour J.T, ce sont des thèmes de recherche qui ne doivent pas être poursuivis, la science ne doit pas s’intéresser à tout : “Certainly, I can say that there are some kind of things that we don’t need to investigate further, because trying to learn them causes more harm than the good expected to come out of learning them. So, some kind of limitations on the type of experiments we do. Some kind of experiments should be avoided if it is culturally undesirable”. Un autre estime qu’il faut donner la priorité à des thèmes tels que l’environnement ou la santé. Le jeune U.N reproche à la science son côté utilitaire mal orienté. Il cite la bombe atomique qui est d’ailleurs étudiée dans son Institut de recherche. Il pense que « seules les bonnes personnes devraient faire de la science ». Un autre chercheur, C.H, estime que les scientifiques doivent travailler pour le bien de la société et non pour faire des armes. Pour autant, estime-il, ce n’est pas à la société de choisir les thèmes de recherche des scientifiques : Il faut laisser les scientifiques choisir les orientations, car eux savent mieux ce qui est important, dans quelle direction chercher. U. J et R.W sont de cet avis, pour eux, la société ne peut pas juger de l’utilité de telle ou telle recherche fondamentale. Elle n’en a pas les compétences.

 

Comment risque d’évoluer la recherche en Inde sur ces différents aspects ? U.J estime que  « Pour l’Inde, je pense qu’on peut développer quelque chose de spécifique, des spécificités locales, comme c’était le cas il y a quelques années en France, mais ca risque de prendre du temps, à courte échéance, le pays va plutôt continuer à suivre le modèle américain, car ca reste un pays leader en recherche » C’est difficile à prévoir, les chiffres indiquent une tendance vers l’augmentation des budgets et du nombre de postes, les opinions des chercheurs indiquent des points faibles qui ne semblent pas évoluer.

 

Il est étonnant de constater que nulle critique n’a été faite au sujet du traitement bureaucratique de la science – qui est pourtant légendaire. Plusieurs explications possibles : l’habitude, ou le fait que ce ne soit pas un problème aussi important que ceux qui ont été mis en avant.

 

Point de vue des physiciens français

Problèmes de la recherche en France

« Ca va »

Nous avons vu que les Français étaient encore moins enthousiastes sur l’état général de la recherche. Et nous allons voir pourquoi. Nous devons cependant évoquer ces deux physiciens qui en sont satisfaits. P.Z « ne changerait pas grand-chose » Il apprécie notamment le lien entre recherche fondamentale et recherche appliquée : il applaudit les dépôts de brevet par des physiciens du domaine public, qui utilisent leur recherches fondamentales pour des applications industrielles (vulcanologie, détecteur de muons), ce qui leur permet d’innover. X.P trouve que « la France tient bien son rang, car elle a l’université et les grands organismes de recherche, c’est différent d’autres pays comme la Grande Bretagne où tout se passe dans les universités. En France, historiquement il a fallu autre chose que les universités pour que la recherche se développe vraiment, avec la fondation du CNRS. Ca, je pense qu’il ne faut pas y toucher. Sinon, j’ai regretté de ne pas pouvoir enseigner davantage, de ne pas avoir assez de souplesse. Mais à part cela, je n’irai pas faire de critique révolutionnaire pour tout chambouler ». Ces deux personnes sont loin d’être caractéristiques du discours général que nous allons voir, mais il nous a semblé honnête de laisser une place pour leur ressenti positif.

Trop d’administratif, recherche de budget, rentabilité

Nombreux sont les physiciens interrogés à se plaindre de la surcharge administrative, du manque de souplesse et du manque de temps disponible au final pour la recherche. C’est le point le plus soulevé et quasi unanimement critiqué. Ainsi J.J se plaint de la stratégie de la recherche en France, où les dossiers administratifs – HCERS, conseils scientifiques, etc.- représentent plusieurs années équivalent chercheurs. Cela conduit dit-il à un manque de productivité incroyable. Et les journées sont fractionnées. « Dans le système actuel, tout est réglementé, il faudrait le contraire. J’introduirai plus de souplesse. On a appris à réfléchir, on est grand. Par défaut dans le système actuel on commence par réglementer, et il faut vraiment contourner les règles pour avoir un peu de souplesse. Par défaut il faudrait que ca soit souple, et si ca ne marche pas, introduire des règles pour ceux pour qui ca ne marche pas. » Il réduirait les aspects administratifs, pour que les gens aient de vrais espaces de réflexion. Il cite l’exemple des USA, où les chercheurs sont libérés des charges administratives et d’enseignement s’ils le souhaitent. « A Princeton les chercheurs viennent en familles, et les disciplines sont mélangées, les gens se fréquentent dans un immense parc. Les ponts se font plus facilement. Il y a une production extraordinaire ». L.P. va dans le même et regrette la perte de temps passée à répondre aux évaluations, faire des dossiers de subvention.  « Le CERN, dit-il, prouve que la collaboration marche mieux que la compétition ».  La physicienne H.I trouve qu’« Aujourd’hui les demandes de recherche de financement, ca devient très chaotique l’organisation de la science. Ca vient de la multiplication des couches administratives, des entités administratives ». « Pour avoir un financement, raconte F.I, je dois faire 5 dossiers au lieu d’un seul, à 5 organismes de financement de la recherche. 5 personnes vont analyser mon dossier. Et je vais le défendre 5 fois. Quel intérêt ? ». Les plus anciens ont observé le changement progressif de l’état de la recherche en France. W.I a eu dit-il, la chance de démarrer dans les années 60 dans une ambiance propice sans soucis matériel. Depuis, il estime que la situation s’est dégradée et qu’elle est aujourd’hui « épouvantable ». Les deux physiciennes N.X et N.T estiment qu’elles ne font plus le même métier que quand elles ont commencé, aujourd’hui, elles s’occupent beaucoup trop d’appels à projets, passent plus de temps à rechercher des financements qu’à faire de la recherche. Pour CC, les scientifiques passent leur temps à dresser des rapports, et il trouve que ce n’était pas le cas avant les années 80. Le physicien J.Y, bientôt à la retraite, raconte que « pendant des années, on nous a persuadé que le meilleur système était anglo-saxon avec des chercheurs non permanents, des appels à projets, etc. Une des chances de la France avant les années 80 était d’avoir un régime complètement différent. Cette spécificité est en train de se perdre et c’est dommage ». Pour EI., il n’y a pas assez de financement récurent, ils fonctionnent trop sur projet. « Ca a beaucoup changé en 10 ans, pas en bien ». Les dernières années ont semble-t-il empiré les choses, « sous l’ère Sarkozy, dit encore J.Y, les grands changements introduits avec les ANR etc., ont stimulé une recherche avec des résultats immédiats. Il faut être compétitif. Les conséquences fâcheuses de tout cela c’est la précarité, la course aux projets, on va trop vite au détriment de la qualité de réflexion ». La physicienne U.U. estime « qu’avant, le système était super, il permettait aux gens d’être créatifs. On est en train de le casser pour ressembler au système américain. On a fait un système hybride qui concentre les pires difficultés des deux mondes. On transforme les chercheurs en chefs d’entreprise. Et en même temps on leur impose une lourdeur administrative. Lourdeur et défiance. La communauté administrative ne connaît pas la communauté des chercheurs. L’astrophysicien U.Z a vu l’augmentation exponentielle de la bureaucratie. Il passe son temps à demander de l’argent mais pas à l’utiliser. Il estime qu’il n’a pas été formé pour gérer des budgets. Et que surtout ce n’est pas sa vocation. Un chercheur n’est pas un gérant, dit-il. Y.R estime aussi que la « réforme imposée il y a dix ans, a eu plus d’effets nocifs que de bienfaits. Cela s’est cumulé avec la crise économique. » Les chercheurs reçoivent moins de crédits du gouvernement, ils sont obligés de tronçonner les projets pour les soumettre devant les financeurs, ce qui les rend moins réactifs. « Cela est vrai dans nos disciplines, explique-t-il. Pas nécessairement dans d’autres disciplines qui sont peu couteuses et qui ont des résultats à temps courts. » Il y a une demande pour davantage de moyens publics. Le jeune Y.Z remarque une orientation vers le privé, qui profite à l’industrie, il y a aussi plus de sous-traitance. Il estime que la recherche ne doit pas répondre à des besoins de profit, ni d’application à court terme plus qu’à long terme. Tout le monde se plaint observe J.Y, « mais personne ne lutte.  Il faut faire quelque chose ».

P.X pondère ces propos : il rappelle que la France est le seul pays où l’on peut être permanent (fonctionnaire, CDI) sans avoir de responsabilité d’encadrement d’équipe. En Allemagne, en Suisse, par exemple, les chercheurs non-encadrant n’ont que des contrats temporaires (5 ou 10 ans). En Allemagne et en Suisse, une thèse dure 5 à 6 ans, dit-il.

Hiérarchie de la recherche

Le fait que les décisions viennent d’en haut est un enjeu fréquemment soulevé. « La recherche ne se pilote pas par en haut » estime X.P, qui critique notamment le manque de diversité des zones de recherche. En physique, il estime ainsi qu’ » on a mis nos billes dans le même sac : le modèle standard. Il n’y aucune recherche sur les théories alternatives. » Il faut laisser de la créativité. L’université a trop tendance selon lui à cibler les sujets de thèse pour les étudiants. Y.Z estime quant à lui qu’il faudrait une refonte du système de gouvernance des universités, de la démocratie. Et une physicienne n’apprécie pas la conduite par le haut des enseignements de la science, avec des programmes changeants sans vision.

Plus de lien avec la société

Un autre point a été assez souvent soulevé pour mériter un paragraphe. Il s’agit du lien science/société. Ainsi, pour J.Y, le grand public et les contribuables ne prennent pas la recherche au sérieux. H.I estime qu’il y a un problème dans la façon de la transmettre la science au reste de l’humanité. « Le regard du public de la science est encore très archaïque » dit-elle. Pour améliorer cette relation, elle pense qu’il faut améliorer l’enseignement et l’interface grand public. Elle-même s’engage d’ailleurs en ce sens, en développant des actions scientifiques pour les publics « défavorisés ». Un autre chercheur (X.U) remarque « un problème de sur-spécialisation. On ne sait plus traiter de problèmes simples. Du coup, cela crée un manque de communication société/science ». Pour I.I, « la communication des médias sur les découvertes scientifiques est mauvaise, les gens ne s’intéressent qu’au foot, les hommes politiques manquent d’intérêt dans la science. » Pour remédier à cela, il faudrait, d’après J.X « Plus de transdisciplinarité, de pragmatisme. Il faudrait développer une culture scientifique ».

Les soucis des jeunes

Les doctorants ne sont pas encore trop confrontés aux lourdeurs administratives. Ce n’est donc pas ce qui les préoccupe. Ce qui les touche en premier est qu’ils ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent. X.I, par exemple, aurait voulu faire de la physique appliquée, il fait de la physique théorique, pour E.T, c’est l’inverse, il voulait faire de l’expérimentation et il fait de la théorie. Ils mettent cela sur le dos du manque de postes, qui poussent les candidats à prendre ce qui vient. Mais également à la spécialisation qui rend la recherche moins intéressante. « Vu le niveau de complexité, il faut beaucoup de gens qui font des choses pas intéressantes ».

Il y aussi l’excès de mobilité, « Les doctorants sont davantage incités à la mobilité internationale en France, dit P.X. Dans les autres pays que je connais, quand on est chercheur et que l’on aime bien un doctorant, on le garde auprès de soi, en France, on l’incite à s’ouvrir vers l’extérieur. »

Problèmes de la recherche dans le monde

Le problème principal qui concerne la France, c’est à, dire la lourdeur administrative, est considéré comme essentiellement français. « Ce n’est pas le cas dans d’autres pays, explique le physicien I.I, l’Allemagne, la Norvège, l’Inde, où je vais souvent, […] avec une vraie volonté politique pour la recherche. » Le fait que « les chercheurs ne peuvent plus travailler tranquillement, sans se soucier de problèmes matériels. Ce n’est pas le cas dans les pays émergents. » I.P, physicien indien, en post-doctorat en France fait le même constat. « En France, il y a trop d’administration, les chercheurs sont des « managers de la recherche », ils n’ont plus le temps de faire de la recherche. Aux USA, c’est différent, les directeurs de laboratoires font de la recherche ». Les problèmes qui touchent la recherche dans le monde sont donc différents de ceux qui touchent la France, même si certains sont bien sûrs partagés.

Publier ou périr

Comme pour les Indiens, la course à la publication est le principal problème soulevé pour la recherche dans un contexte mondial, quoiqu’il soit moins cité par les Français que par les Indiens. Ainsi X.U évoque le « Publier ou périr, et le problème de l’accès aux revues, de plus en plus chères. » E.C. et W.W condamnent l’évaluation et la compétition liés au « publier ou périr ».  Pour L.P et J.R critiquent la compétition qui n’a rien de stimulante.

Disciplines

La question de l’interdisciplinarité était un aspect plus important pour les Français que pour les Indiens, comme nous l’avons vu par ailleurs. Cela se confirme avec les quelques rappels adressés à ce sujet dans le cadre de cette question sur les problèmes de la recherche. Quoique les Indien aient évoqué l’étroitesse du savoir, celle-ci était moins liée au problème de la sur-spécialisation qu’à une ouverture d’esprit. Pour les Français, dans ce domaine « ce qu’il faut améliorer dans le monde de la recherche, c’est le fait de « mettre plus de ponts entre les disciplines » (U. Y) et favoriser la collaboration (P.Q ou N.I).

Recherche fondamentale

Toute comme pour les physiciens indiens, la recherche fondamentale est un sujet de préoccupation parmi les physiciens français. X.Z constate que « ceux qui commanditent la recherche ce sont les Etats et ils ont des objectifs de compétitivité, de productivité et donc, forcément ils commanditent une recherche appliquée et spécialisée. Sans se rendre compte qu’ils détruisent recherche fondamentale. En même temps c’est difficile qu’un Etat qui a des moyens limités va accepter à pure perte de développer des projets. Le mouvement que j’ai observé depuis plusieurs années c’est le contraire. Ca n’a cessé continûment. Alors que les moyens financiers étaient auparavant alloués par laboratoire, maintenant ils sont donnés sur chaque projet. Si les laboratoires voulaient mener des recherches non appliquées, avant c’était possible. Plus maintenant ».  X.K confirme ce changement. Il évoque les recherches qu’il a pu effectuer dans le passé et qui n’avaient aucune application en vue, sur les symétries de la table périodique des éléments, bien qu’elles aient fini par en avoir. « Avant c’était plus facile, la recherche ne cherchait pas à être utile. » L.I confirme lui aussi, « il n’est plus possible de se lancer sur des pistes où l’on n’est pas sûr de réussir. Dans les projets on doit dire comment on va y arriver. Et qu’on a des chances d’aboutir ». Mais la France n’est pas la pire. L’exemple de la Grande Bretagne est donné, où il semble que même les salaires sont suspendus à un projet. Le salaire est financé par la ressource que le scientifique a trouvée pour mener le projet. Y.Z interroge : quelle est la finalité que l’on attribue à la vie humaine, comment on la conçoit, si c’est la compétitivité, ca reste cohérent. Mais est-ce la finalité ? La recherche fondamentale pâtit également du besoin de justifier une recherche sans pouvoir laisser ouvert le champ, « on cherche ce que l’on trouve du coup, et on déploie des moyens dans des champs déjà balisés » (W.W). Ce chercheur propose une année « sabbatique » de recherche pour laisser la possibilité de faire des recherches à la marge.

Conclusion sur les problemes de la recherche

 

Cette comparaison sur le vécu des problèmes de la recherche nous permet de mieux comprendre les enjeux actuels de la science dans le monde, et de voir qu’ils ne sont pas vécus de la même manière dans les différents pays. Nous pouvons constater un consensus sur des points qui touchent tous les chercheurs, comme par exemple, la course à la publication (publish or perish) ou l’étroitesse du savoir disciplinaire. Mais nous avons pu voir que les stratégies de recherche au niveau national induisaient des différences fortes sur le vécu des chercheurs. La France est ainsi marquée par un excès de bureaucratie, de manque de souplesse et de recherche de rentabilité qui nuit à la recherche et au bien-être des scientifiques. Cette dernière orientation s’explique par des choix politiques influencés par la tendance anglo-saxonne d’autonomisation de la recherche mais aussi par un contexte économique néolibéral qui pousse les Etats à rentabiliser la science. L’Inde, quant à elle, vit une montée en puissance de ses outils de recherches : augmentation des postes, des salaires, des infrastructures. Et la gestion humaine ne se révèle pas en adéquation. Les vieux modèles de hiérarchisation sociale sont toujours présents et influencent la place des femmes, l’évolution des carrières, les origines sociales, … Nous verrons avons vus ailleurs que les hautes castes prédominent encore parmi les chercheurs, ce qui n’est pas sans conséquence sur le choix de recherche (théorique plus qu’appliqué), ou l’évolution des carrières (par réseau). Le modèle coloniale y laisse aussi quelques traces, comme le manque de confiance et d’autonomie que nous avons évoqué et que nous reprendrons plus loin dans cette partie.

Enfin, ce que cette comparaison nous révèle fortement, c’est l’inadéquation entre la formation des étudiants (lacunes du système d’enseignement), leurs attentes (priorité au salaire, à la reconnaissance sociale) et la volonté politique d’une Inde forte sur le plan de la recherche. Cela semble témoigner des enjeux des pays émergents pour la recherche mondiale. L’avenir de la recherche semble clairement se dessiner sur ces enjeux-là.

[1] Source : Ministry of science and technology, notes on demand for grants 203-2014, demand n.85 Dpt of science and technology, Budget allocation. Nous avons également une donnée sur l’apport de l’Inde  au “world global R&D” son pourcentage est passé de 1.6% en 2002 (12.9 billion USD PPP) à 2.2% (24.8 billion USD PPP) en 2007. Department of Science and Technology Government of India New Delhi. 2012. “Bibliometric Study of India’s Scientific Publication Outputs during 2001-10. Evidence for Changing Trends” (July).

[2] Source : worldphysics special report India, decembre 2012 p.12

[3] Source payscall.com les données sont en roupies, nous les avons converties en euros selon le cours de janvier 2015

[4] source DGRH MESR2012-2013 et CNRS, bilan social 2012

[5] « La façon dont la science est faite ici est très compétitive. Les gens se concentrent sur un domaine très étroit. Ils ne couvrent pas même la théorie entière, l’enquête théorique n’est pas effectuée sur tous les aspects exigés, ils sont seulement concernés par le problème sur lequel ils travaillent. Cela va à l’encontre de l’esprit de l’enquête intellectuelle. Les gens devraient remettre en question et réfléchir sur les connaissances plutôt que de continuer étroitement à publier des papiers dans le domaine étroit qu’ils ont choisi. Ceci, malheureusement, mène à la situation qu’ils publient des papiers sans réfléchir sérieusement. Et ce qui est publié, avec ce type de processus, est vraiment abstrait. Cela n’a aucune pertinence. C’est clairement une tendance dont nous sommes témoin et je ne la soutiens pas. De toute façon, je suis heureux de ne pas être dans ce cas. […] Je pense que tant que cette tendance imposée par l’occident perdurera, la science ne pourra guère se développer dans ce pays. Nous devrions décourager cette foire d’empoigne : l’idée de travailler sur quelque chose sans y apporter beaucoup de réflexions. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search